Publié dans Société

Approvisionnement en eau à Antananarivo - Mandroseza II opérationnelle d’ici la semaine prochaine

Publié le vendredi, 18 juin 2021


La Capitale a besoin de 300 000 m3 d’eau par jour. Cependant, la centrale de production à Mandroseza ne peut produire que 200 000 m3, selon le directeur général de la JIRAMA, Vonjy Andriamanga. Afin de combler le vide, la JIRAMA a recours à différentes solutions comme la distribution d’eau pour chaque ménage, la construction d’une nouvelle centrale de production. D’ici la semaine prochaine, la station de Mandroseza II sera opérationnelle. Elle pourra produire jusqu’à 40 000 m3 d’eau par jour. Une autre quantité de 24 000 m3 sera distribuée à travers les unités conteneurisées mises en place dans la ville.
La vétusté des infrastructures et leur manque d’entretien sont parmi les raisons qui engendrent les problèmes d’approvisionnement en eau dans la Capitale. Cette année, la JIRAMA mise sur la rénovation de 20 km de tuyau conducteur d’eau à Antananarivo. Quant à la distribution, la réserve d’eau à Tsiazompaniry est encore suffisante pour couvrir le besoin de la population tananarivienne jusqu’à la fin de cette année.
Deux camions citernes pour la JIRAMA
Assurer l’accès à l’eau pour toute la population. Tel est l’objectif du développement durable n° 6. Une vision qui va de pair avec la priorité du Gouvernement concernant l’accès à l’eau potable pour tous les ménages malagasy. C’est un grand défi, vu les conditions climatiques du pays. Afin de venir en aide à la population de la Capitale ayant des difficultés en approvisionnement en eau, une signature de convention entre le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) et la JIRAMA s’est tenue hier à Antanimora. Il s’agit de la donation de deux camions citernes pouvant contenir jusqu’à 20 m3 d’eau chacun. « En attendant la mise en place des solutions à long terme pour résoudre les problèmes d’approvisionnement en eau dans la Capitale, la réception de ces matériels est d’une importance majeure pour satisfaire le besoin des quartiers en difficulté », soutient le DG de la JIRAMA. Ils seront utilisés afin de combler la production dans la réserve d’eau à Mandroseza II.
Madagascar est parmi les 5 pays les plus vulnérables face au changement climatique. Ces dernières années, les catastrophes naturelles comme la sècheresse, l’inondation et le glissement de terrain ne cessent d’augmenter et la pauvreté ne fait qu’aggraver la situation. La ville d’Antananarivo n’est pas épargnée par ce phénomène. Selon le directeur général du BNGRC, le Général Elack Andriankaja, en tant qu’initiatrice des mesures d’urgence, cette  structure opérationnelle est toujours prête à collaborer avec les autres entités et partenaires pour sauver des vies.
Anatra R.




Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff