Publié dans Société

Associations des taximen - Une pétition pour interdire les taxis-moto

Publié le lundi, 16 août 2021

Les taxis – ville en situation de détresse. En effet, certains d’entre eux ont déjà suspendu leurs activités, tandis que d’autres misent seulement sur le transport de clients fixes. L’existence des taxis- moto, qui envahissent les rues de la Capitale jusque dans les zones stratégiques comme les stationnements de taxi, les hôpitaux, les Centres de santé de base, les pharmacies, les bureaux administratifs, en est l’une des raisons de cette situation.

Ces taxis-moto ne se cachent plus contrairement à d’autres secteurs illégaux, et osent même accaparer les clients des autres. Mais le pire, c’est que ces derniers ne paient ni droit ni taxe. « Ils piétinent notre platebande et détruisent nos activités à petit feu », soutient un taximan. La majorité d’entre eux ne disposent même pas d’assurance et de licence d’exploitation dans la Capitale.

 Selon la constatation des usagers de la circulation, les malfaiteurs et les escrocs se cachent souvent derrière les taxis – moto. Ils ont déjà fait plusieurs victimes. « J’ai pris un taxi- moto du côté d’Anosy et en montant sur la moto, le conducteur m’a proposée de mettre mon sac dans le porte- bagage. Puis, il a fait en sorte que mon casque soit tombé et il s’est arrêté pour que je puisse le récupérer. Une fois descendu du deux roues, il a pris la fuite », raconte Johanne, la victime.

Face à cette situation, les propriétaires et conducteurs de taxi, réunis dans quelques associations, ont haussé le ton. Depuis hier, ils ont fait circuler une pétition comportant plusieurs signatures qu’ils vont déposer à la Mairie de la Capitale afin d’interdire les taxis – moto dans la ville d’Antananarivo. Ils revendiquent ainsi le renforcement de la surveillance autant que les sanctions à l’égard des taxis- moto, et rayer carrément ce secteur.

Pour rappel, au début du mois de mars dernier, l’association des taximen a déjà effectué une déclaration annonçant le rejet de ce moyen de transport qui exerce dans la ville car ce dernier gêne la circulation, vu le nombre des véhicules qui circulent chaque jour dans le pays, sans parler des accidents de la circulation.

Anatra R.

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff