Publié dans Société

Santé publique - Une épidémie virale frappe les enfants

Publié le mardi, 19 octobre 2021

Boom du nombre de consultations auprès des centres de santé et cliniques privées. Les enfants, notamment ceux âgés de moins de 5 ans, constituent les premières victimes d’une épidémie virale. Celle-ci persiste depuis maintenant 3 semaines, à en croire les témoignages des parents et les confirmations des médecins. « Mes deux enfants sont malades depuis le début du mois d’octobre.

L’un est atteint d’une diarrhée avec vomissements et fièvre tandis que l’autre est paralysée par la grippe, notamment la toux, sans parler de la conjonctivite. Ils sont encore faibles alors que nous avons déjà consulté deux fois le pédiatre qui nous a prescrit un traitement médicamenteux », nous confie Z.S., téléopératrice résidant à Ambohitsoa. « J’ai dû prendre deux semaines de congé pour m’occuper d’eux et suivre de près l’évolution de leur état de santé », ajoute cette mère de famille. Comme elle, bon nombre de parents témoignent et font part des maladies de leurs enfants, non seulement auprès des centres de santé mais aussi dans la société et sur les réseaux sociaux.

Plusieurs virus circulent…

Dr Tovohery Ravelomanana, pédiatre en activité à Antananarivo, confirme l’existence d’une épidémie affectant les enfants. « Plusieurs virus circulent en ce moment, affectant généralement les enfants âgés entre 6 mois et 5 ans », affirme ce spécialiste. Pour son cabinet médical, plus de la moitié des consultations quotidiennes durant ces 2 ou

3 dernières semaines concernent les maladies virales. Celles-ci se manifestent notamment par des conjonctivites, un état grippal avec des toux et une fièvre, une fatigue permanente ou encore de la diarrhée et des vomissements. « Dans la plupart du temps, les maladies virales se guérissent facilement, même sans intervention médicale. Mais le problème actuellement c’est que l’on ne sait pas combien de virus atteignent un enfant malade. Aucun PCR ni surveillance épidémiologique y afférents ne sont pratiqués dans le pays », ajoute le pédiatre. Le rétablissement traine puisque d’autres virus pourraient entrer en scène alors que le petit patient est encore en traitement d’une maladie virale, d’après toujours notre source.

Respect des gestes barrières

« Le changement de saison ainsi que la rentrée des classes  favorisent la circulation de ces virus, d’autant plus que les enfants peinent à respecter les gestes barrières », constate le Dr Tovohery Ravelomanana. Pourtant, le respect des gestes barrières constitue la prévention la plus efficace contre les maladies virales. Il s’agit du lavage fréquent des mains avec du savon, le port du masque - notamment dans les endroits clos ou encore la distanciation sociale d’au moins un mètre. D’ailleurs, le pédiatre recommande aux personnes vulnérables, y compris les enfants, d’éviter les zones à forte fréquentation, à l’exemple des marchés.

Outre le respect des gestes barrières, la consommation d’aliments sains, équilibrés et riches en vitamines figurent parmi les astuces pour la prévention des maladies virales. La consommation de légumes frais et de fruits reste la plus recommandée, sans oublier l’eau potable. La consultation médicale est aussi conseillée dès qu’un enfant ne se sent pas bien. L’automédication demeure proscrite, au risque d’aggraver les cas. Notons que les maladies virales peuvent être traitées par des médicaments selon leurs symptômes.

Patricia Ramavonirina

 

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff