Publié dans Société

Indemnisation suite à la Rocade d'Iarivo - Près de cent propriétaires non identifiés

Publié le vendredi, 29 octobre 2021

Le traitement des dossiers se poursuit. A la date du 22 octobre 2021, 274 parcelles sur les 738 touchées par le projet « Rocade d'Iarivo » sont en cours d'indemnisation, soit 37%. Les propriétaires des 240 parcelles ont déjà touché leur part d'indemnités. Pour le reste, les procédures d'indemnisation s'enchaînent. Pour les 464 parcelles restantes, les propriétaires de 300 identifiés préparent actuellement leurs dossiers d'indemnisation.

Ce n'est pourtant pas le cas pour 94 parcelles dont les propriétaires restent non identifiés jusqu'à maintenant. « Nous lançons un appel à tous ceux qui ont des parcelles du côté de la Rocade à se présenter au guichet unique d'Antananarivo Avaradrano, sis à Alasora, afin de préparer les dossiers pour leurs indemnisations », avance Holy Rasoariniaina, en charge du projet Rocade auprès de l'AGETIPA.

Parmi ces propriétaires des biens titrés en question, plus de 200 se trouvent en difficulté dans la complétion de leurs dossiers. Pour leur venir en aide, des solutions juridiques via un nouveau décret ont été étudiés par les ministères concernés, dont celui de l'Aménagement du territoire et des Services fonciers (MATSF), celui de la Justice ou encore celui de l'Economie et des Finances. Ce décret fixe les procédures de paiement d'indemnités aux présumés propriétaires immobiliers expropriés qui ne parviennent pas à produire un titre ou si le titre ne paraît pas régulier. « La procédure prévue par ce décret peut être engagée, soit sur la totalité soit sur une partie des propriétés ou parcelles dont les indemnités ont déjà été consignées au niveau du Trésor public », informe Félix Rakotoarisoa, chef de service expropriation au sein du MATSF.

73 présumés propriétaires se sont déjà inscrits dans le registre spécifique durant la première vague de sensibilisation, entre le 4 août et le 30 septembre derniers. « Seul le guichet unique peut se charger du transfert des dossiers auprès du service d'expropriation, lequel les étudie d'abord avant tout envoi au Trésor. Dans le cas contraire, ledit service appelle les propriétaires pour régulariser ou compléter les dossiers pour garantir leur avancement », souligne notre source de l'AGETIPA. Actuellement, la 2è vague de sensibilisation se déroule depuis le 11 octobre jusqu'au 9 novembre. Les présumés propriétaires des parcelles devraient s'inscrire dans le registre spécifique au guichet unique d'Alasora afin d'accélérer le traitement de leurs dossiers. Notons qu'une commission administrative de paiement a été mise en place pour procéder à la validation de la liste des présumés propriétaires.

Patricia R.

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff