Publié dans Société

Innovation dans la fonction publique - L'« IVOTORO » récompensé !

Publié le vendredi, 24 juin 2022

Le premier « call center » étatique de Madagascar. Le centre d'informations administratives et d'orientation ou « IVOTORO » est opérationnel depuis le 26 novembre 2020, jour de son inauguration par le Président de la République Andry Rajoelina. Sous tutelle du ministère de la Communication et de la Culture (MCC), le centre vise à promouvoir le droit d'accès à l'information d'une part et pour assurer une meilleure transparence de l'administration publique, de l'autre.

Autrement dit, sa mission consiste à faciliter les démarches et formalités administratives pour diminuer les tentatives de corruption et rapprocher les administrés des autorités compétentes. Opérationnel depuis maintenant 19 mois, le centre dispose des informations administratives complètes dans la plupart des domaines et services publics, sauf pour la Justice. Les innovations qu'il a apportées dans le domaine de l'administration publique lui valent le prix de l'innovation, attribué hier par la ministre de la Fonction publique, Gisèle Ranampy.

« Actuellement, le centre reçoit 400 à 600 appels journaliers. Les 35 fonctionnaires qui y travaillent se chargent de l'orientation et de l'octroi de conseils pour les usagers », informe Lalatiana Andriatongarivo, numéro Un du MCC. La plupart de ces appels demandent des conseils et orientations dans le domaine du foncier. D'autres se plaignent suite à des affaires au tribunal, à en croire Harimé Sylvia Randrianantoandro, directrice de l' « IVOTORO ». Sur les 10 personnes qui appellent pour demander de l'aide, 7 reçoivent les réponses dont elles ont besoin. Ce centre d'appel reste joignable au numéro « 640 », valable pour tous les opérateurs téléphoniques, du lundi au vendredi durant les heures de bureau.

Après la création de ce centre l'appel étatique, son site web www.ivotoro.mg sera bientôt fonctionnel afin de renforcer l'octroi d'informations administratives aux administrés. Le site propose les 10 procédures les plus recherchées, dont le certificat foncier et celui de la nationalité ou encore la mutation de véhicules administratifs ou encore le changement de propriétaire, etc. Son opérationnalisation résulte de la collaboration avec le Comité pour la sauvegarde de l'intégrité (CSI), sur un financement de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). D'un autre côté, le MCC et ses partenaires envisagent l'extension de l'« IVOTORO » dans les autres Régions. « L'innovation et la rénovation restent un dur combat au sein de l'administration publique, notamment faute de moyens », reconnait la ministre de la Communication. Le soutien des partenaires s'avère ainsi indispensable…

Patricia Ramavonirina

 

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff