Publié dans Société

Caisse nationale de prévoyance sociale - Révision à la hausse des prestations

Publié le dimanche, 07 août 2022

Une revalorisation s’impose. La sortie du Décret n° 2022-626 du 4 mai 2022 fixant le salaire minimum d’embauche (SME) à 250.000 ariary entraîne la révision à la hausse des prestations perçues au niveau de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS). « Les calculs des prestations s’effectuent sur la base de 250.000 ariary au lieu de 200.000 ariary. En conséquence, la valeur du plafond des salaires soumis à cotisation est fixée à 2.000.000 d’ariary », communique la Caisse.

Ainsi, les adhérents de la CNaPS percevront une allocation familiale de 7.000 ariary, au lieu de 6.000 ariary auparavant. L’allocation prénatale et celle de maternité payée en deux tranches sont fixées respectivement à 63.000 et 84.000 ariary. Ces prestations étaient à 54.000 et 72.000 ariary auparavant, soit une hausse respective de 9.000 et 12.000 ariary. Le remboursement des frais d’accouchement se chiffre désormais jusqu’à concurrence de 100.0000 ariary, contre 80.000 ariary avant la hausse du SME.

Quant aux accidents de travail et maladies professionnelles, l’indemnité journalière est désormais plafonnée à 44.444,44 ariary. Pour le repas et le découcher, inclus dans le remboursement des frais de séjour, les montants sont fixés respectivement à 5.769,32 ariary et 21.634,00 ariary. « Cette revalorisation sera effective à compter du mois d’août pour les allocations familiales et au paiement en septembre pour les pensions et les rentes. Ceci avec des rappels puisque les nouveaux montants auraient dû s’appliquer depuis le mois de mai », informe notre source auprès de la CNaPS. 

Les adhérents de la Caisse se réjouissent de cette révision à la hausse des prestations perçues. « Avec la cherté de la vie actuelle, cette augmentation s’avère indispensable. Pour mon cas, avec 3 enfants à la charge, je mets de côté les allocations familiales d’une année pour acheter une partie de leurs fournitures scolaires. J’ai pu épargner 162.000 ariary entre octobre 2021 et juillet 2022 », nous confie Judith R., machiniste auprès d’une entreprise franche d’Antananarivo. Pour information, la CNaPS a enregistré 278.087 enfants de moins de 21 ans, dont les parents touchent les allocations familiales. 21.033 mères de familles ont reçu des allocations prénatales et de maternité. 5.992 adhérents ont touché les rentes suite aux accidents de travail et maladies professionnelles tandis que 88.380 retraités ont perçu leurs pensions de retraite, selon toujours les statistiques de l’année dernière.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff