Publié dans Société

Cybercriminalité - Les auteurs d’un blâme sur un enfant malade risquent gros

Publié le dimanche, 22 janvier 2023


L’image qui choque ! C’est ce qu’on puisse dire à propos des commentaires obscènes et désobligeants sur la photo de D., ce petit garçon atteint d’une grave maladie, et qui circule sur les réseaux sociaux, depuis hier. A l’index, des internautes ou plutôt deux. Ces derniers ont publié sur leur page Facebook, en marge de la photo du petit innocent, photo à laquelle les suspects ont ajouté des commentaires qui dénotent plutôt une insinuation à la pédophilie, une véritable atteinte à la pudeur aggravée par un non- respect des droits des enfants, de surcroît malades.
Bien que les parents du petit ne s’étaient guère encore réagis, du moins pour l’instant, l’enquête aurait démarré assez rapidement. La rapidité de l’investigation, notamment celle menée en parallèle par la presse en ligne, est telle que les deux suspects auraient été identifiés depuis. L’un d’eux serait l’admin du compte Facebook Z.E. et qui est domicilié à Imerintsiatosika, tandis que l’autre serait l’auteur des commentaires blasphémateurs. Ce dernier habite à Antsirabe.  Dans le courant de l’après-midi hier, un service de la Gendarmerie d’Antsirabe aurait fait circuler un communiqué comme quoi les deux personnes suspectes devront se présenter sans tarder à son bureau à Andranomadio. Interrogée sur ce point, une source auprès de ce service de Gendarmerie a pourtant expliqué que les éléments de réponse à nos questions sur cette affaire incomberaient plutôt à celui chargé de la cybercriminalité du Toby Ratsimandrava. Normalement, ce dernier devrait apporter un éclairage sur cette affaire dès son éclatement.
Or, en nous enquérant de ce côté-là, une source auprès du Toby a fait clairement savoir que la décision sur cette affaire n’est pas encore son apanage, du moins pour le moment. En revanche, notre source n’a pas nié sur le fait que des mesures auraient été déjà prises,sans plus de commentaires.
Le petit D., on le sait, est souffrant depuis un certain temps. Et son état semble être encore loin de s’améliorer, du moins à ce qu’une source locale sur le Net le rapporte. Raison pour sa famille mais aussi des organisations caritatives de solliciter la contribution du public pour venir justement en aide au malheureux, ou du moins pour obtenir sa guérison, ou du moins accélérer son traitement.
C’est là que le bât blesse car des individus à l’esprit malsain, pour ne pas dire pathologiquement morbide, et à l’intention malveillante, ont trouvé encore le moyen de faire la facétie, profitant de l’état du petit innocent, en le faisant jouer un rôle inadmissible, dans cette histoire folle et inexistante ayant trait à la pédophilie. La loi sur la cybercriminalité sanctionne sévèrement les auteurs d’infractions. Et les personnes impliquées risquent davantage gros notamment quand il s’agit de mineurs. Affaire à suivre…
Franck R.

 

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff