Publié dans Société

Agression d'un commissaire de police - Deux assaillants à Tsiafahy

Publié le vendredi, 03 mai 2019

La nuit du 15 avril 2019, des maisons appartenant à des particuliers étaient attaquées par des bandits armés dans le quartier d'Anoronala à Ambilobe. La Police était intervenue et le commissaire de cette ville fut blessé au cours d'une fusillade avec les assaillants. Récemment, la Brigade criminelle a vu le couronnement de son enquête. Deux assaillants ont été interpellés grâce à une embuscade. Actuellement, ils sont déjà envoyés en prison, précisément à la maison de force de Tsiafahy, dans la banlieue sud de la Capitale. La Police a donc pu remonter la piste des deux suspects après la nuit même de cette fusillade à Ambilobe, et ce malgré le fait qu'ils aient réussi à prendre la fuite. Cependant, les fuyards, dans leur empressement pour déguerpir, ont laissé tomber par inadvertance un sac par terre. Ce qui a facilité la tâche des enquêteurs, étant donné que l'objet a constitué un indice pour connaître l'identité de l'un des  fugitifs. Depuis, les Forces de l'ordre leur ont tendu une embuscade le long de la route nationale reliant le Nord. Et c'était dans ces circonstances que les deux suspects mentionnés s'étaient fait prendre à bord d'un taxi-brousse à Maevatanàna.

A ce moment, les fugitifs ont espéré gagner secrètement la Capitale. Aussitôt, la Police les a embarqués vers les locaux de la Brigade criminelle pour les interroger. Lorsque les victimes ont été invitées à les identifier à travers la vitre tapissée d'identification de suspects dans une salle d'interrogatoire, les premières ont rapidement reconnu les bandits. L'un d'eux est un récidiviste. Il est incarcéré depuis 2015 et devra encore continuer à purger sa peine jusqu'en 2020. Par ailleurs, l'acolyte des deux est encore en fuite. Pour retracer brièvement les faits, les assaillants qui étaient équipés de fusils de chasse et d'objets tranchants, étaient en train d'attaquer ce foyer du quartier d'Antafiakatsaka. Pourtant, l'assaut a coïncidé avec le passage à la hauteur de l'endroit des patrouilles de policiers et de gendarmes. Si l'une était à pied, l'autre était motorisée.  De plus, les locataires ont donné l'alerte. Leurs appels de détresse étaient parvenus jusqu'aux oreilles des policiers et des gendarmes. C'est le cas de ce commissaire et du chef du District, qui ont voyagé dans une voiture.  Le fonctionnaire de police a alors procédé  à  des tirs en l'air de dissuasion. Mais la réplique des assaillants ne s'étaient pas fait attendre. L'un d'eux a visé le commissaire dont le projectile lui  a pénétré la cuisse.  Déjà, la veille de cela, la maison d'un businessman d'Ambilobe était également visée. La brutalité des agresseurs fut telle que la maîtresse de maison ainsi que son enfant furent grièvement blessés. Enfin, les assaillants s'étaient enfuis avec une somme d'argent s'élevant  à quelques millions d'ariary.
Franck Roland

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff