Publié dans Société

Soanierana - Une déséquilibrée mentale assassinée

Publié le mercredi, 05 juin 2019

Scène déplorable mardi soir dans le quartier de Soanierana Ankadimbahoaka. Une femme d’âge mûr mais connue comme étant mentalement déséquilibrée, est morte des suites de ses blessures liées à son agression, notamment au visage et au crâne. Des témoins affirment avoir vu qu’un inconnu lui avait assené de violents coups avant qu’il n’ait pris la fuite, une fois que la victime s’écroulait à terre. De vifs échanges verbaux, à propos de futilités entre l’agresseur et sa victime, auraient poussé le premier à la rouer de coups jusqu’à ce que mort s’ensuive. Ces témoins racontent que la présumée malade mentale aurait alors insulté copieusement son interlocuteur qui a vu rouge et ne put donc finalement  s’empêcher de porter la main sur elle. Mais d’autres s’étaient abstenus d’intervenir, ne sachant exactement quoi faire. Mais l’irréparable s’est finalement produit.  Sa dépouille repose actuellement à la morgue de l’HJRA Ampefiloha, attendant que ses proches

viennent réclamer le corps. Le cas de la victime de Soanierana n’est qu’un exemple parmi  tant d’autres. Beaucoup de dérangés mentaux ou souffrant de déficience ou autres  tares similaires, circulent librement dans nos rues. Certains de ces individus présentés comme malades de l’esprit, il faut l’avouer, sont potentiellement dangereux pour le commun des mortels. Pourtant, il semble qu’on les  laisse toujours agir à leur guise. Si ces fous ne blessent, sinon ne tuent donc pas, ils sont les victimes.  Il est alarmant de constater que face à tous ces fous dangereux qui pullulent nos rues et quartiers,  les différentes autorités les plus directement concernées se renvoient toujours la balle. Souvent, l’affaire est « classée » en cas de décès d’un fou ou d’une folle lors d’un affrontement. C’est ce qui est arrivé récemment à cette maboule de Soanierana. Là, une frange de l’opinion se demande s’il y a au moins une enquête ou non après le drame. Sinon, le crime, puisqu’il s’en est agi un, demeurera impuni à jamais. A part les « dangereux », il existe aussi une autre catégorie de « fous » présentés comme plutôt des pacifiques. Mais souvent, ces derniers deviennent également dangereux par la force des choses. Harcelés et provoqués constamment par les autres, c’est-à-dire ceux que l’on présente comme « sains d’esprits », les premiers finissent parfois par craquer et commettre une bévue. En globalité, il est temps que l’on prenne les responsabilités devant l’accroissement en nombre et  la présence de tous ces  « marginaux » au sein de notre société.
Franck Roland

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff