Publié dans Société

Antananarivo - Des montagnes d’ordures s’entassent dans la rue

Publié le mardi, 03 décembre 2019

D’un quartier à un autre, desordures s’éparpillent et  souvent accompagnées d’odeurs nauséabondes.  Antananarivo, la capitale de Madagascar  ne cesse de se dégrader en matière d’hygiène et assainissement. La grande ville est envahiepar des déchets à savoir les ordures ménagères  notamment  les épluchures de légumes et fruits  ainsi  que les plastiques.Les bacs à orduresmise à disposition  par le Service Autonome de l'Assainissement de la Ville d'Antananarivo (SAMVA)  débordent et les résidus finissent par s’entasser dans  la rue. Du côté de Soavimasoandro-Amboditanimena, les sachets plastiques, les restes d’aliments occupent  presque la moitié de la route  principale. « Nous sommes contraintes de passer par cette voie tous les jours. Pourtant,  les odeurs sont dégoûtantes. Le  fait de sentir et d’avoir  une vue microscopique des ordures,  si tel est  le mot, nous  procurent une sensation de malaise et d'inconfort au niveau de l'estomac. Mes enfants   ne  cessent d’éternuer en y passant tous  les jours. Nousdemeuronsà quelques kilomètres de cet endroit mais je n’imagine pas comment ces gens qui  habitent tout près font pour survire avec cette insalubrité » raconte un usager de  la route. A Anosibe, Anosipatrana, la  situation demeure pareille. « Je ne sais plus  qui  reproché,  les Tananariviens qui produisent beaucoup de déchets ou  la commune qui n’honore pas ces responsabilités  ou encore moins le Samva   à qui cette responsabilité d’amasser les  ordures a été attribué. D’autant plus que cet établissement vient de recevoir des camions pour faciliter  le ramassage et l'enlèvement des ordures en cette période » martèle un  habitant d’Anosizato. 

 

Quant à la structure de proximité  en charge de collecte des ordures  ménagères au niveau des  Fokontany qui est le RF2, leur fonction ne le permet pas de s’en assurer.  Selon   Rasoa, un des responsables auprès du Fokontany 67ha, son rôle consiste au ramassage d’ordures et leur transport dans les bacs à ordures du Samva. Mais le projet s’étend aussi le balayage des ruelles ainsi que le nettoyage des petits canaux d’écoulement d’eaux entre les quartiers  poursuit-elle.

Pour  quelques citoyens ayant accepté  de nous livrer  leur impression, cette réalité  résulte du mauvais comportement et pratique habituelle qu’il faut à tout prix changer.  « Il s’agit d’un combat difficile mais faisable avec des  moyens  matériels entre autres » souligne une mère  de famille résidant  à Andavamamba. A l’heure où nous mettons sous presse, aucune explication de ce retard de  ramassage  et cet amas d’ordure n’a été reçue de la part du  Samva après l’avoir contacté. 

KR.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff