Editorial

Un géant s’en va

Publié le dimanche, 29 septembre 2019
Un géant tire sa révérence et s’en va pour toujours rejoindre le firmament. Jacques Chirac est décédé à l’âge de 86 ans. On ne peut pas rester indifférent ou de glace devant le « départ » définitif d’un homme d’Etat aussi célèbre que respecté et aimé comme Chirac. Pendant 40 ans, l’énarque tenait les manettes du pouvoir à tous les niveaux jusqu’au sommet de l’Etat. Du membre du conseil municipal à Corrèze à la mairie de Paris en passant par le Gouvernement (ministre et Premier ministre) jusqu’à l’Elysée.  Un parcours surprenant, « presque » sans faute, que même ses adversaires politiques reconnaissent forcément. L’autre…

Quid du « famadihana » !

Publié le vendredi, 27 septembre 2019
Qu’il nous admette, pour peu qu’il soit, de s’émanciper des échauffourées des élections et les tiraillements voire des tensions autour de la vie politique, et cela, pour se donner l’occasion de faire une petite escapade et scruter la vie du terroir. En réalité, si en villes les attentions sont obnubilées par les enjeux des élections et accaparées par les actions du Gouvernement, dans les campagnes par contre notamment dans le pays profond, dans le terroir, du moins sur les Hautes Terres, le souci et les préoccupations sont ailleurs.

Haro aux intox !

Publié le jeudi, 26 septembre 2019
Madagasikara à l’image des pays en proie à la pauvreté ambiante n’arrive pas à se délier de l’emprise des rumeurs ou des intox. Tout le monde sait bien le mythe du « téléphone arabe » ou de la « radiotrottoir » valable dans plusieurs pays du Tiers-monde. Dame rumeur et Monsieur intox font la loi à tel point qu’on assiste à l’enracinement d’une certaine culture dépravante qui prend en otage la sérénité de la vie quotidienne. Madagasikara a été toujours le théâtre de folles rumeurs et des sales intox.  

Naina, le toubib !

Publié le mercredi, 25 septembre 2019
La Ville des Mille est malade. Gravement malade ! Tel un patient, à l’état végétatif avancé en réanimation, Antananarivo a besoin des soins intensifs urgents. En l’état actuel des choses, elle nécessite la présence effective d’un médecin traitant compétent et suffisamment expérimenté. Un toubib capable de diagnostiquer l’origine exacte des maux et par la suite prescrire les remèdes requis. L’état de santé de la « patiente » est grave. Obligatoirement, on doit faire appel à un spécialiste. Car il en faut recourir à des traitements en profondeur jusqu’à éradiquer la racine du mal. Les interventions du genre « pommades » ou « pansements » superficiels ne suffisent…

Attention, ça couve !

Publié le mardi, 24 septembre 2019
La bataille sur plusieurs fronts que mène le jeune Président des Malagasy ne fait pas que des heureux. Des éléments issus de divers horizons et de différents secteurs de l'Administration s'opposent, en sourdine, aux mesures de redressement effectuées. En fait, ils s'inquiètent de l'avenir incertain de leurs intérêts occultes.  

En chute vertigineuse !

Publié le lundi, 23 septembre 2019
Les résultats définitifs des examens officiels au niveau de l'Education fondamentale (niveau de base ou primaire et niveau secondaire du premier cycle) sont maintenant publiés à travers le pays. Constat général décevant ! Dans tout le territoire national, les taux de réussite accusent une baisse inquiétante. A Tanà, il est de 37 %. Un pourcentage parmi les plus bas durant les dix dernières années. Il existe même dans certaines CISCO des taux de réussite avoisinant les 11 % ou tout au plus autour de 20 %. On cite même le cas d'un centre d'écrit (CEG) où il n'y a eu…

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff