Editorial

Justice bananière

Publié le lundi, 04 décembre 2017
Dans une République bananière, les Institutions qui la composent ne pourraient pas être autrement, elles aussi, que bananières. Une République est dite « bananière » quand il s'agit d'un Etat où le pouvoir réel de décision est aux mains de puissances économiques étrangères (Larousse 2015). Logique des sens, une Justice bananière signifie que les arrêts des Tribunaux sont dictés de l'extérieur, plutôt, d'en haut.

Abcès crevé !

Publié le vendredi, 01 décembre 2017
 Cible des tirs croisés, le régime Hvm de Hery Rajaonarimampianina se calfeutre dans son tour d’ivoire. La Communauté internationale n’a de cesse de l’interpeller. Les turpitudes, les bêtises et les bourdes se répètent et s’amplifient. La récente mise  en garde du Parlement européen illustre bien les préoccupations de nos partenaires techniques et financiers sur la déconfiture du contexte général qui prévaut dans le pays actuellement. A mesure que  les échéances de 2018 approchent, les pays amis  s’inquiètent. L’ambiance politique nuisible et  cacophonique embourbe le pays.

Parti d’Etat

Publié le mardi, 28 novembre 2017
Le voile est tombé. Le parti « Hery Vaovaon’ny Madagasikara » (Hvm) se démasque. Le parti et l’Etat ne font plus qu’un ! Le Hvm noyaute l’Etat et l’Etat prend en charge les activités du Hvm. Les cadres dirigeants du parti verrouillent le système général de l’Etat tandis que ce dernier légitime les faits et actes des premiers. Et ainsi de suite… ! Le Hvm, le parti d’Etat, vient de tenir son congrès régional à Mahajanga. Après ceux de Fianarantsoa et Toliary, c’est au tour de la Capitale de l’ancienne Province autonome de Mahajanga de recevoir les barons du parti ainsi que les délégués…

Qui vivra…

Publié le mardi, 28 novembre 2017
Le régime Hvm dégage la voie. Les travaux d'essartage ou de nettoyage politique, déjà en marche depuis un certain temps, atteignent la vitesse de croisière. Les « mauvaises herbes » ou les éléments « gênants » sont déblayés sans autre forme de procès.

Le marché de la honte !

Publié le dimanche, 26 novembre 2017
Abjecte. La honte à l’humanité. Des migrants camerounais acheminés en Lybie comme des …bétails vers l’abattoir furent « étalés », à ciel ouvert, à Tripoli et vendus en esclaves sur le marché. Les investigations menées par la Cnn, la célèbre et intraitable  chaine de télévision américaine, déballèrent sur la place publique mondiale l’existence de ce  « commerce » d’un autre millénaire.  

Nuisible réseau

Publié le vendredi, 24 novembre 2017
Contre-productif. Le réseau de la filière « riz » va à l’encontre de la saine production de cet aliment de base des 24 millions de Malagasy dans le pays. Au lieu de jouer le rôle de levier à la croissance, il fait obstacle. La population souffre, de manière chronique, de l’insuffisance de ce produit vital pour la consommation quotidienne. Le « kapoaka » ou le kilo s’achète à prix d’or sur le marché.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

La Une

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff