Editorial

L’éternel otage

Publié le vendredi, 13 avril 2018
 A la fin des années 70, le peuple américain, à l’époque du président Jimmy Carter,  vivait l’un des pires moments de son existence. En effet, le 4 novembre 1979, 400 étudiants prirent d’assaut l’ambassade américaine à Téhéran et réussirent à prendre en otage les 52 membres du personnel auxquels s’ajoutèrent trois autres pris dans les locaux du ministère des Affaires étrangères. Ils ne seront libérés que le 20 janvier 1981 soit 444 jours de captivité. Pour rappel, l’élément déclencheur de cette grave crise fut l’hospitalisation du Shah d’Iran Mohammad Reza Palhavi, réfugié au Mexique, à New-York le 22 octobre 1979.

L'étau se…

Publié le jeudi, 12 avril 2018
L'étau se resserre. Ne supportant point la moindre humiliation, pas plus que l'ombre de l'échec et imbus de la volonté de se maintenir à jamais au pouvoir, les hommes du régime se préparent activement à réprimer tous les éléments gênants ou encombrants de l'opposition. Disposés à tout, les tenants du régime, aux cravates bleues, s'apprêtent à écraser les leaders politiques susceptibles de mettre les bâtons dans les roues de la caravane, surtout de barrer la route pour la « nouvelle victoire ». Ainsi, futurs candidats potentiels et élus non HVM font les frais d'une machiavélique trame.

A tâtons !

Publié le mercredi, 11 avril 2018
 N’importe quoi ! On est bel et bien dans une république bananière. Une république est dite « bananière » quand son moyen d’existence repose uniquement sur la culture de bananes. Elle dépend entièrement des caprices des prix fixés par les grandes compagnies importatrices qui, en fait, en font la pluie et le beau temps. A vrai dire, ce sont les détenteurs des grands capitaux étrangers soutenus par les grandes institutions financières internationales qui tirent la ficelle. Les dirigeants locaux, de vraies marionnettes, exécutent les consignes. Par voie de conséquence, ils gèrent, à vue, les affaires nationales de leurs pays. Entièrement inaptes  à anticiper…

A plate couture

Publié le mardi, 10 avril 2018
La sécurité, du moins la maitrise du domaine sécuritaire, constitue la clé de voûte de toutes les stratégies devant aboutir au développement d’un pays, à l’épanouissement de tout son peuple. Sans un minimum de sureté, on ne pourrait point envisager mettre en route tout programme d’amélioration des conditions d’existence de la population.

Vent en poupe

Publié le lundi, 09 avril 2018
Une rafale de vent de plus en plus violente balaye l’Afrique et semble bousculer quelques pays de certaines vieilles pratiques néfastes pour l’émergence du continent. Les effets « dévastateurs » commencent réellement à se faire sentir. Reconnue unanimement par le concert des éminents experts comme étant berceau de l’humanité, l’Afrique traîne toujours à la queue mais les choses commencent  à bouger. Paléontologues et généticiens s’accordent à conclure que l’homme moderne tel que l’on connait aujourd’hui serait apparu, pour la première fois, en Afrique. 

Arme fatale !

Publié le lundi, 09 avril 2018
Sur le point de perdre la partie, les maitres du régime, en place, usent les « gros » moyens. Tricheries et basses manœuvres dilatoires. L’artillerie lourde pour intimider les adversaires ! Et le tout pour gagner le « match », contre vents et marées. Dès le départ à Mahamasina, le 24 janvier 2014, les dés étaient déjà jetés. Au moment même, où le tout nouveau Chef de l’Etat fraichement investi, ce jour-là, annonçait qu’il allait se démarquer de sa famille politique et rejoindre les « autres », son sort avait été déjà scellé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff