Nos archives web

Ce sera pour une autre occasion. Dès l’annonce de la venue du Pape François à Madagascar, des catholiques se sont tout de suite attendus à la canonisation de la bienheureuse Victoire Rasoamanarivo, la première Malagasy élevée à ce rang. Effectivement,  béatifiée le 30 avril 1989 à  Antananarivo par le Saint Pape Jean Paul II, les fidèles ont pensé que 30 ans après, elle sera canonisée. Toutefois, ce ne sera pas pour cette fois-ci. Et, même si la canonisation n’est pas au programme, le Pape François visitera quand même la tombe de la bienheureuse, le 07 septembre prochain. « Le Pape vient ici pour une visite apostolique, c’est pour cela que la canonisation de la Bienheureuse Victoire Rasoamanarivo ne figure pas dans le programme. En tout cas, la visite de sa tombe montre déjà le grand intérêt que lui porte le Pape François. C’est déjà un grand signe de respect. Une attention particulière tendant déjà vers cette canonisation. Mais les autorités devront veiller à la bonne élaboration du dossier et au respect des procédures pour arriver à cela », précise  le père Germain Rajoelison, vice-coordinateur de la visite du Pape  à Madagascar, hier, lors de la présentation du programme officiel du voyage apostolique du Pape François au Mozambique, à Madagascar et à Maurice, au siège de la Nonciature à Ivandry. En dehors de cette visite, le programme sera bien rempli avec la grand-messe au domaine diocésiain de Soamandrakizay  et la visite de la ville de l’amitié « Akamasoa », sans oublier les diverses

« Je m’engage solennellement devant vous aujourd’hui que je défendrai  cet avant-projet de loi au niveau du gouvernement sans ôter l’esprit dont vous l’aviez concocté ». Ces propos sont de la ministre de la Communication et de la Culture (MCC), Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, en réponse au souhait du président de l’ordre des journalistes de Madagascar (OJM), Gérard Rakotoniriana. Celui-ci lors de la restitution nationale de l’avant-projet de loi sur la communication médiatisée, hier au Carlton et avant de remettre le dossier final à la ministre, a émis une certaine réserve. « On souhaiterait que l’esprit auquel les patrons de presse et les journalistes consultés à travers les consultations régionales ne soit pas bafoué et modifié. On compte sur vous pour que cet avant-projet de loi soit validé tel quel en conseil de Gouvernement et conseil des ministres et voté ensuite  à l’assemblée nationale et au sénat », lance le Président de l’OJM avant de procéder à la remise de documents de 12 pages renfermant les modifications apportées à la loi  controversée 2016-029 du 14 juillet à la ministre  Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy. Le tout sous les yeux des deux députés élus, respectivement président de la commission communication et président de la commission juridique en l’occurrence Fetra Rakotondrasoa et Idealson. En ouveture de la cérémonie d’hier, le Dg de la communication au sein du ministère, Fanahimanana Tiaray a rappelé les étapes réalisées par son équipe  et celle de l’OJM avant d’aboutir à cette restitution nationale. Rakotondratafika Henintsoa, directeur des affaires juridiques du MCC, quant à lui, a exposé durant une demi-heure les modifications apportées à partir des désidérata des principaux acteurs de la communication.  Dirigeante du Mouvement pour la Liberté d’Expression (MLE) à l’époque de la grande contestation de la majorité de la presse envers cette loi qualifiée de liberticide et votée en forceps par les deux Chambres, l’actuelle ministre de la Communication est certainement la plus qualifiée  pour défendre la cause. « Cela fait exactement 1120 jours aujourd’hui  que nous les journalistes avons refusé l’application de cette loi. Sa modification est inscrite sur mon contrat programme avec le Président de la République et le Premier ministre, c’est maintenant chose faite », se réjouit la ministre de la Communication et de la Culture. Mais auparavant, elle a retracé avec émotion la lutte menée par le MLE depuis le mois de juin 2016, interpellation des dirigeants,  manifestations, marche, sensibilisation de la communauté internationale etc… Le tout à travers un documentaire télévisé projeté dans la salle hier et rappelant à tous la mobilisation sans précédent du milieu des médias malagasy. 

La rentrée !

Publié le lundi, 05 août 2019

La cloche a sonné. C’est la fin de la récré. En effet, les membres du Gouvernement rejoignent ce jour leur « classe » répartie en deux niveaux de cours. Une première Section ou Cours moyen : le Conseil de Gouvernement. Tandis que la seconde ou Cours supérieur : le Conseil des Ministres. C’est au niveau de ces Sections que les travaux des « élèves » se répartissent. Pour le Cours moyen, le Maître-encadreur  suit et contrôle de près les  devoirs et les travaux à exécuter par les « élèves ». En tant que Maître-encadreur, il lui appartient d’apprécier les performances de chacun et donner les notes correspondant. En ce qui concerne le Cours supérieur, les travaux à faire étant les mêmes sauf que le dernier mot appartient à l’encadreur du Cours qui est en fait le « Directeur des travaux ». C’est lui le Patron des patrons ! Il donne les consignes nécessaires. Tout le monde exécute ! De grands sujets sinon d’importants dossiers dont l’urgence ne fait point l’ombre d’un doute attendent les « grands potaches » dès la rentrée. La mise en route effective de la Politique générale de l’Etat (PGE) se trouve aux premières loges. La traduction en actes de la PGE constitue donc l’ossature principale de l’emploi du temps. A chacun selon le « sujet » qui le concerne de mettre sur rails les voies et les moyens afin de venir à bout de leurs devoirs respectifs. L’urgence des cas ne leur permettent point de tergiverser. Ayant déjà passé les six premiers mois de mise en train sinon de mise en condition voire de « stage », les ministres n’ont plus d’excuses à leurs éventuelles hésitations. Toutefois, il existe certains domaines qui nécessitent un démarrage en puissance dès la rentrée. Au premier plan, la lutte contre la pauvreté. Il faut améliorer au plus vite les conditions de vie de la  grande majorité des malagasy.

La une du 6 août 2019

Publié le lundi, 05 août 2019

Toujours d’actualité.  Le sujet se rapportant  à la restitution des îles de l’océan Indien dont les îles Eparses de Madagascar intéresse bon nombre de chercheurs malagasy et étrangers.  Cette fois-ci, c’est Ali Abdou Halidi, un doctorant en Droit public et Science politique à l’Université catholique de Madagascar  (UCM) qui soutient une thèse mettant en exergue les contentieux franco-malagasy, ainsi que l’île de Mayotte revendiquée par les Comores mais administrée par la  France. A cela s’ajoute l’archipel des Chagos qui se trouve au cœur d’un litige vieux de cinq décennies, depuis la décision britannique de séparer de l’île Maurice de cet archipel.  En complémentarité aux négociations diplomatiques engagées suite à l’entretien du Président malagasy Andry Rajoelina et celui de la France, Emmanuel Macron en mai dernier sur la question récurrente des îles Eparses, ce chercheur encourage les trois pays, à savoir Madagascar, Maurice et Comores à unir leur force. « Il s’agit de mettre en place un front commun qui fera entendre la raison, la voix de la loi et du droit », suggère Ali Abdou Halidi.

Vendredi dernier, un sous-brigadier de police a été placé sous mandat de dépôt pour une affaire de complicité pour faux et usage de faux, mais aussi pour tentative de vol. L’enquête sur cette affaire a révélé que le policier mis en cause ainsi que ses deux présumés complices, des civils, ont tenté de commettre un impair dans une entreprise.Leur objectif a été de se procurer illicitement d’une marchandise d’une valeur de 30 millions d’ariary de ladite entreprise. Pour y parvenir, le trio suspect a compté utiliser un faux bon de livraison. Dans leur manigance, c’étaient les civils, puisqu’ils sont les employés au sein de la société, qui s’étaient chargé de ce bon de livraison. Quant au sous-brigadier, lui, a feint de jouer le rôle de client. Il était venu avec un camion pour prendre livraison de la marchandise. Face aux agissements des plus louches des trois suspects, le propriétaire de l’entreprise a aussitôt informé les Forces de l’ordre. Elles ont arrêté  les trois individus sur-le-champ. Selon une indication de la Police nationale, le sous-brigadier en cause risque gros dans cette affaire.

Madagascar football. En tapant ces deux mots sur un moteur de recherche sur internet, un site web traitant le football malagasy y apparaîtra. C’est le nouveau venu dans le monde du média malagasy et le premier à se spécialiser uniquement au sport Roi du pays. Dany Rakotoarimalala est le créateur de ce site qui, loin des feux des projecteurs, fait son petit bonhomme de chemin. Les premiers pas de « Madagascar football »  se sont focalisés sur les Barea de Madagascar mais dans un futur proche, le site traitera toutes les informations sur le football malagasy en général. « C’est un site qui a pour ambition d’être une référence. L’objectif est de faire le football malagasy en général et les sélections nationales en particulier, la vitrine de Madagascar », annonce avec modestie Dany Rakotoarimalala. Et pourtant, pour ses débuts on peut affirmer sans hésiter que le site frôle déjà le succès auprès des internautes. A preuve, les pages ont été vues par 1.300.000 de visiteurs avec un pic de 70.000 visiteurs par jour pendant la CAN 2019.  « Le site est créé, piloté et géré par moi-même pour faire de notre équipe nationale, une vitrine pour le pays, et que le succès et la bonne image des Barea puissent contribuer aux efforts de l’émergence de la Grande île. Un pays attractif et donnant l’envie de visiter et de le découvrir. Madagascar Football est en passe de devenir un tremplin incontournable pour la mise en relation entre la presse mondiale et le pays sur le sujet des Barea.

Les Barea passent par la petite porte. Malgré le score de 3-0 à la pause, les Barea de Madagascar sont quand même qualifiés. Timides puis refusant carrément le jeu, les Barea ont été battus par le Mozambique (3-2). Logiquement éliminés, les Malagasy  ne pouvaient pas laisser leur chance de qualification passer à côté surtout après la victoire (1-0) au match aller. C’est une victoire au goût de la défaite pour les Mambas. Après les deux matches, les deux équipes sont à égalité 3-3. Le coach Franklin Andriamanarivo a changé de tactique avant la fin des 45 minutes.  C’était l’entrée en jeu d’Arnaud, la nouvelle pépite  du football malagasy, durant la deuxième période qui a ouvert la phase de jeu. En étant le buteur durant le match aller, il a réduit le score à la 50e mn sur un rebond du gardien de but qui a repoussé un tir de Toby sur le flanc droit. Lalaina offre le but de qualification servi par Elephoni dans la surface à la 60eme minute de jeu. C’était le but d’écart qui a fait le bonheur des Malagasy. Malgré cette défaite, l’essentiel est là. En effet, les Barea ont décroché leur qualification pour la prochaine étape.

Retour d’âge - Ravalomanana, le cafardeur

Publié le dimanche, 04 août 2019

Lors d’une conférence de presse tenue à son retour au pays après un séjour à Bruxelles, Marc Ravalomanana a révélé les teneurs des discussions qu’il a eues avec des personnalités étrangères sur le sujet de l’opposition officielle. Il est apparu à cette occasion que, comme stratégie, l’ancien candidat n°25 a choisi de rapporter ses « malheurs » à la Communauté internationale. Le but, bien évidemment, est d’amener cette dernière à intercéder en sa faveur auprès du pouvoir en place.
Lors de cette rencontre avec la presse nationale, l’ancien Chef de l’Etat a pris soin d’énumérer d’une manière exhaustive les représentants de la Communauté internationale qu’il aurait rencontrés ici comme ailleurs, comme s’il voulait les brandir en guise d’épouvantails. C’est ainsi que les représentants résidents du PNUD, ambassadeurs de l’Union européenne, de France et d’Allemagne et « hauts responsables » de l’UE ont été cités tour à tour au cours de cette sortie médiatique du patron de l’empire Tiko.
Si l’on s’en tient à ce qui a été déclaré par le fondateur du TIM, il a donc demandé à l’ancien ambassadeur de France et à celui d’Allemagne de lui arranger une rencontre avec l’actuel Président de la République. Toujours d’après Marc Ravalomanana, le premier lui a signifié que la réponse était négative, tandis que le second se serait étonné qu’il n’a pas encore été reçu par Andry Rajoelina alors que celui-ci avait prévu de le faire juste après les législatives. Une manière de faire comprendre au locataire d’Iavoloha, par presse interposée, qu’il a été dénoncé « à qui de droit ».

Le téléphone portable ou mobile a débarqué à Madagascar vers le début des années 90. TELECEL est alors le tout premier opérateur en téléphonie mobile à s’installer dans la Grande-île. Certaines grandes villes, telles qu’Antananarivo, Antsirabe, Nosy Be ou encore Sainte Marie  faisaient partie de villes couvertes avant des extensions à Toamasina et  Mahajanga. Ressemblant à l’époque à des briques beiges d’un kilogramme, le téléphone portable avait une faible capacité de couverture. Le téléphone est alors réservé à certains privilégiés. Quelques années plus tard, MADACOM et ANTARIS faisaient leur entrée sur le marché malagasy. Au cours des années 2000, les modèles de portable commencent à s’affiner. Le nombre d’utilisateurs commence à augmenter. Le boom de l’utilisation de la téléphonie mobile semble toutefois coïncider avec l’entrée de l’opérateur téléphonique TELMA. Le téléphone portable prend une place de plus en plus importante dans la vie des Malagasy. Les ventes de téléphone ont connu une croissance continue ces dernières années. Un essor qui se renforce avec l’arrivée des smartphones sur le marché. L’accessibilité des prix enregistrés ces dernières années, notamment avec la concurrence des marques asiatiques qui se positionnent avec des gammes de produits tout aussi compétitifs, renforce ce décollage des téléphones portables. 

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Recherche par date

« August 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff