Nos archives web

Basketball -Top8 - Cosmos Diana à suivre de près

Publié le vendredi, 06 avril 2018

La dernière ligne droite de la Coupe du Président de basketball-Top 8 va démarrer demain au Palais des Sports de Mahamasina. Un événement qui sera, bien évidemment, accompagné par Telma Madagascar, sponsor numéro du basketball malagasy. Cette phase regroupera la crème de la discipline pour une semaine de bataille sans merci. Elles sont huit équipes en course pour succéder à l'ASCB Boeny, vainqueur de la 3ème édition.

Gendarmerie nationale - Le colonel Ratsimandrava, un bon exemple

Publié le vendredi, 06 avril 2018

La Gendarmerie est inséparable avec la communauté, un milieu d'où elle vient. Elle assure la sécurité de la population et la Nation. Pourtant, bon nombre de citoyens se plaignent des abus de pouvoir perpétrés par ces gendarmes. La complicité avec les « dahalo » avec leur mise en liberté, la corruption au concours d'entrée à la Gendarmerie nationale en sont des exemples les plus courants. La population n'ose plus porter plainte, même si parfois les bandits sont pris en flagrant délit de vol. Une situation qui favorise les vindictes populaires.

Problèmes socio-politiques - Le SECES Tana propose une concertation

Publié le vendredi, 06 avril 2018

Un appel à la conscience des Malagasy est lancé. L'instabilité socio-politique qui précède l'élection présidentielle se révèle de plus en plus. Face à ce constat, les membres du Syndicat des enseignants-chercheurs et des chercheurs-enseignants de l'enseignement supérieur (Seces), section Tana, se sont manifestés. Dans un communiqué, cette plate-forme qui réunit des intellectuels d'Ambohitsaina appelle à la conscience des citoyens. Ces syndicalistes émettent un doute sur une éventualité de véritable crise.

Dans de beaux draps !

Publié le vendredi, 06 avril 2018

Interrogé sur la récente réunion houleuse à l'Hémicycle (Tsimazaza) au cours de laquelle les projets de lois organiques relatifs aux élections ont été adoptés, au forceps, le Premier Ministre Solonanandrasana Mahafaly Olivier répondit, à la dérobade, en ces termes très provocants que « la démocratie a remporté ». En quatre ans de règne, sans partage, le président Rajaonarimampianina Hery Martial et ses fidèles « collabos » menaient la vie dure à la démocratie et aux droits humains fondamentaux.

En haut lieu on tente de cacher l'affaire mais ce n'est plus un secret pour bon nombre de personnes. Une forte somme d'argent, dont une partie en devise d'un montant de 12 milliards d'ariary qui appartiendrait au Premier ministre, a été volée. Cette somme faramineuse a été placée dans des cartons entreposés dans une maison sise à Ivato sur ordre du Premier ministre (Pm) Olivier Mahafaly. Le vol a été commis le mois dernier par un de ses employés qui aurait abusé ainsi la confiance de son boss.

Scène stupéfiante hier à la « Villa Jean Charles » Amparibe. Une horde d'éléments des forces de l'ordre, accompagnée de dockers et d'un huissier, a débarqué au domicile de la députée, Christine Razanamahasoa très tôt dans la matinée. Leur motif, expulser cette parlementaire  de sa résidence officielle. Les dockers ont entassé tous les meubles et autres fournitures de maison à l'extérieur de l'enceinte.

La une du 07 avril 2018

Publié le vendredi, 06 avril 2018

la une du 06 avril 2018

Publié le vendredi, 06 avril 2018

La Coupe du monde de football aura lieu cette année. Sauf changement, l'élection présidentielle se déroulera également en fin d'année. A priori, une compétition de football ressemble à bien des égards à une élection. L'objectif étant dans les deux cas de gagner un titre. En outre, certaines pratiques sur le rectangle vert peuvent se retrouver en politique.  Dans une compétition de foot, il y a des règles universelles admises et acceptées par tous. Pareil dans une république démocratique, où il existe également des règles spécifiques pour une élection normalement.

Les députés issus du parti « Tiako i Madagasikara » (Tim), « Miraka amin’i Prezida Andry Rajoelina » (Mapar) et le « Malagasy Miara - mianga» (Mmm) ainsi que quelques députés indépendants (environ 73 députés) se sont donné rendez – vous devant l’Assemblée nationale à Tsimbazaza hier vers 10 heures. Ces parlementaires se sont, par la suite, dirigés à Anosy avant de marcher à pied en direction du siège de la Haute Cour constitutionnelle (Hcc) à Ambohidahy. Suivis de très près par leurs partisans respectifs, ils ont déposé une lettre de réserve auprès de  cette Cour d’Ambohidahy par rapport aux lois électorales qui viennent d’être adoptées à la Chambre basse. Devant l’Institution, les députés ont brandi des pancartes avec la mention  « Aok’izay ny kolikoly » (Stop à la corruption) pour dénoncer les faits de corruption qui entourent cette adoption de lois organiques. Comme il fallait s’y attendre, les éléments des Forces de l’ordre ont répondu présent sur les lieux.  « Les lois ont été adoptées de manière illégale. Nous anticipons la situation pour que la Hcc ne soit induite en erreur », a expliqué le maître Hanitra Razafimanantsoa, du parti Tim.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Recherche par date

« April 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff