Nos archives web

Football- Election FMF Reportée ce jour à 10h

Publié le dimanche, 04 novembre 2018

 Faute de réunir le quorum requis, l’élection à la présidence de la fédération malagasy de football ( FMF) est reportée ce lundi à 10h dans un lieu qui reste encore inconnu.   L’article 32 alinéa 2 du statut électoral  du ministère de la Jeunesse et des Sports, stipule que «  si le quorum requis n’est pas atteint, autrement dit les 2/3 des électeurs, le vote est reporté ».  Sur les 22 ligues, seulement 14 étaient présentes à l’hôtel Las Palmas Sambava durant le jour de l’élection. Huit ligues étaient absentes du rendez-vous. Il s’agit de la ligue régionale du football, Analamanga-Boeny-Betsiboka-Menabe-Itasy-Sava-Ihorombe-Alaotra Mangoro.

De A à Z. SOS Villages d’enfants Madagascar en collaboration avec Allianz Madagascar ont remporté cette année le « Allianz Social Innovation Fund 2018 » grâce à leur projet d’employabilité des jeunes. Ainsi, les deux parties s’engagent à promouvoir le travail décent pour les jeunes. Pour ce faire, il accompagnement l’insertion professionnelles des jeunes en leur octroyant une éducation de qualité ainsi qu’un accès à des emplois. Dans ce contexte, les employers de l’assureur s’engageront personnellement dans l’identification des besoins des bénéficiaires en matière d’éducation, de formation mais aussi de compétences générales dont les économies ont besoin. « Dans ce projet, les jeunes venant de SOS Villages d’enfants seront pris en charge de A à Z. Et nos employés dédieront deux à quatre heures de leur temps sur une fréquence de deux fois par mois pour cela », explique Philippe le Breton, administrateur et directeur général d’Allianz Madagascar.

Ils sont deux, le père et son fils à être en état d’arrestation par la compagnie de gendarmerie, dans la commune rurale de Fiadanana à Ankazobe, le 26 octobre dernier. Ils étaient arrêtés pour les motifs tels que le premier se qualifie de général de la Présidence et le second journaliste. En réalité, tous les deux ont récidivé pour une affaire de blanchiment de bovidés soit 31 têtes. Les animaux ont été mis en fourrière, depuis.  Une affaire qui leur a valu d’être déjà  placés sous mandat de dépôt durant la période de l’opération de sécurisation baptisée « Mandio » de la gendarmerie, mais à laquelle ils ont finalement obtenu la liberté provisoire.

Marc Ravalomanana - Tout sur les 1,3 million hectares monnayés à DAEWWOO

Publié le vendredi, 02 novembre 2018

Il s’en est fallu de peu. C’est le cas de le dire au vu du dossier qui circule dans les salons ces derniers temps et relatif à
l’affaire dite « DAEWWOO » de 2008. Rappelons qu’il s’agissait d’un projet de « cession » au profit de ce géant sud-coréen de 1.330.085 hectares de terres arables situées sur les côtes Ouest et Est de Madagascar (voir carte) pour servir de plantations de maïs et de palmiers. Le projet était déjà à un stade relativement avancé et il a fallu qu’il soit mis à nu par la presse, tant nationale qu’internationale, pour que les deux parties, Etat malagasy et DAEWWOO logistics Corporation, fassent machine arrière. Le premier à travers un communiqué du 25 novembre 2008 démentant l’attribution « gratuite » des terrains à la société sud-coréenne et cette dernière soulignant qu’elle n’a pas encore pris possession des terrains en question. On aura remarqué que, dans l’un ou l’autre cas, la réalité du projet de cession n’a été nullement démentie.

La rage de gagner

Publié le vendredi, 02 novembre 2018

Andry Nirina Rajoelina (ANR), le candidat n° 13, imperturbable, continue son chemin. Il fait comme si de rien n’était ! Rien qu’à voir le méga-meeting organisé ce jour à Antsonjombe. Des embûches et guet-apens, des blocages et des sabotages qui, parfois, dépassent l’entendement. Mais, la caravane passe ! C’est méconnaiître l’homme ! ANR ne reculera jamais devant n’importe quel obstacle ! Il n’a pas froid aux yeux. La rage de vaincre pour gagner à toute compétition l’anime au plus profond de son âme. Depuis son âge, ANR est l’homme des défis. Quand il s’engage à participer à quelque tournoi ou une épreuve que ce soit, il le prend toujours au sérieux et fonce. Il ne prend jamais à la légère une décision prise. Quand la banque BNI-CL lançait le concours pour le Prix de meilleur entrepreneur, une compétition réservée uniquement aux jeunes opérateurs, ANR y prenait part. Et, il avait remporté le trophée.

Bien qu'aucune arrestation n'ait été encore annoncée, la triste affaire liée au triple lynchage de trois inspecteurs de police par des civils déchaînés à Ambodihazinina Fénérive-Est, hante encore les esprits et soulève un vent d'indignation générale.  Pas plus tard que le 1er novembre dernier, le collectif des inspecteurs de police de Toamasina a brisé le silence pour monter au créneau.Dans un communiqué récemment lu par son président national, en l'occurrence l'inspecteur Andrianarivo Richard Rakotondrahajarizafy, le collectif a déclaré, entre autres les trois points évoqués, qu'il reste intraitable face à l'assassinat de ses trois collègues.  La demande à ce que l'enquête sur cette affaire soit accélérée, est sans doute le deuxième point important de la déclaration. Enfin pour le troisième, la reconnaissance de l'association envers les acteurs civils, militaires et syndicaux pour leurs déclarations afin de condamner cet acte barbare.

L’insécurité routière notamment sur les routes nationales est en recrudescence depuis quelque temps, à croire qu’en raison de la présence massive des Forces de l’ordre dans le Sud de l’île, la sécurité sur les grands axes routiers a quelque peu été délaissée. Plusieurs cas d’insécurité routière notamment dans les routes nationales témoignent l’existence des bandits qui braquent les voitures en prenant les effets personnels des voyageurs, l’argent ou encore les objets précieux…Généralement, les bandits connaissant très bien la route, ainsi que les environs, savent où  frapper et poser leur piège.Selon les témoignages, quand les brigands se lancent à l’attaque, il est impossible de s’enfuir, ainsi, les victimes surtout les chauffeurs ne peuvent rien faire. Selon les victimes, les bandits sont toujours armés de fusils ou d’armes blanches.
 Solution pour tous
 Face à cette insécurité routière qui concerne presque toutes les routes nationales de la Grande île, notamment et surtout la RN1 reliant Bongolava et Antananarivo, le groupement de la gendarmerie de Bongolava et l’association des transporteurs routiers de Tsiroanomandidy ont décidé de reprendre l’opération « Escorte ».  Selon le Colonel Andrianambinina Olivier, commandant du groupement de la gendarmerie de Bongolava, la ponctuation sur le suivi des disciplines a été de nouveau évoquée. En effet, les taxis-brousse doivent prendre le départ vers 2h15 en faisant une caravane avec les gendarmes. Les retardataires devront ainsi attendre le départ dans la matinée et ne peuvent plus prendre la route seuls. Selon les informations recueillies, trois groupements de la Gendarmerie c’est-à-dire celui de Tsiroanomandidy, Itasy et Analamanga, se joindront à la lutte contre cette insécurité. Apparemment, beaucoup sont les taxis-brousse qui voyagent la nuit par la simple raison que beaucoup de voyageurs veulent se rendre tôt dans la matinée à Antananarivo pour diverses raisons personnelles mais aussi pour pouvoir éviter les embouteillages.  Selon la Gendarmerie nationale, le dernier cas d’attaque routier sur la Rn1 bis reliant Bongolava et Antananarivo a été enregistré en juin dernier. Jusqu’à maintenant, la situation est assez calme grâce à ces interventions. Un exemple qui doit également être appliqué dans les autres routes nationales.Notons que l’idée de caravane est un dispositif pris par les Forces de l’ordre afin de lutter contre les attaques de tout genre. Il serait donc souhaitable de la respecter, notamment sur la Rn7qui est la plus touchée.
 T.A.

Aménagement des villes - Madagascar en phase de transition urbaine

Publié le jeudi, 01 novembre 2018

Crucial. Actuellement, le problème urbain est une préoccupation au niveau mondial. En effet, la vie urbaine se caractérise particulièrement par la pauvreté et la dégradation de la qualité de vie dans plusieurs quartiers. La Journée mondiale des villes est ainsi organisée afin de trouver des solutions efficientes à ces problèmes. Et Madagascar, par le biais du ministère de l’Aménagement du territoire et des Services fonciers (MATSF), célèbre cette journée depuis l’année dernière. L’objectif principal étant de favoriser la transition urbaine de la Grande île. Pour cette année, le thème est basé sur « Construire des villes durables et résilientes ». La commémoration de cet évènement s’est faite dans la Capitale mais également dans la ville de Fort-Dauphin, avec l’appui de l’Agence française de développement, de la Banque mondiale et du Groupe SMTP. « Cette célébration est importante, surtout que notre pays enregistre aujourd’hui un taux de croissance très élevée de la population urbaine, soit 4,6 % par an. Dans ce contexte, il est en effet important d’instaurer des infrastructures répondant aux normes et aux besoins de la population.  C’est donc une occasion de faire le bilan de ce qui a été faite et de ce qui reste encore à faire », précise Christine Razanamahasoa, ministre de l’Aménagement du territoire et des Services fonciers.
Pour un but précis
Il faut noter que cet évènement a un objectif bien précis, notamment la mobilisation de tous les acteurs afin de favoriser la phase de transition urbaine et promouvoir le développement des villes. Effectivement, des actions concrètes doivent être réalisées. A travers les expositions et les conférences, les acteurs sont donc informés sur les objectifs et les engagements en matière de développement urbain durable, ainsi que sur la mise en œuvre de la politique de la ville. Par conséquent, ils pourront réfléchir et échanger sur les thématiques les plus préoccupantes des villes. Et c’est également une occasion pour mobiliser les partenaires potentiels afin de les inciter à s’y investir. « Des initiatives ont déjà été entamées, mais nous devons encore fournir beaucoup d’efforts avant d’arriver à construire des villes durables et résilientes », conclut le ministre.
Rova R.

 La rivière Laniry, dans le village de Laniry à Betioky au Sud-ouest de Madagascar est complètement asséchée. Il n'a pas plu depuis plusieurs mois. Les villageois creusent pour que les femmes puissent y puiser un peu d'eau, sinon elles quittent le village très tôt le matin. Lorsque cette rivière sera complètement à sec, ces femmes devront faire plusieurs kilomètres à pied pour trouver de l'eau.
 D’après le dernier rapport du Programme alimentaire mondial (PAM), Betioky est l'un des Disctricts les plus sévèrement touchés par l'insécurité alimentaire causée par la sécheresse. 35% des ménages ont un score de consommation alimentaire pauvre. Leur régime alimentaire est très peu diversifié et peu nutritif. Pour survivre, les habitants devront parcourir quelques kilomètres jusqu'à la forêt pour cueillir le "monky", un tubercule sauvage qui est un aliment consommé en temps de Kere.

L’émotion était à son comble hier au Centre de Conférence International (CCI) Ivato hier. Ce fut au cours d’une cérémonie à la fois solennelle et conviviale partagée avec ses collaborateurs qu’Andry Rajoelina a partagé les détails des 13 « Velirano » (contrat social ou engagement) qui vont le lier avec le peuple malagasy. Le moment fort de cet évènement fut sans aucun doute le message de Mialy Rajoelina à l’endroit de son époux ainsi que tous ses collaborateurs dans le cadre de cette campagne présidentielle.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

Recherche par date

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff