Nos archives web

Des divagations !

Publié le jeudi, 08 août 2019

Que des fantasmes. Des divagations à n’en plus finir autour d’un sujet relatif à la mise en place définitive du statut de l’opposition surtout au mode de désignation de son chef devant le représenter auprès du Parlement (Chambre basse). La Constitution de la République, en vigueur, dans son Art. 78 alinéa 2, prévoit une place bien définie sinon un rang de dignité précis auprès de l’Assemblée nationale à l’opposition : la vice-présidence. Un poste  donnant droit à des avantages divers (protocolaire ou espèces sonnantes) non négligeables à celui ou à celle qui aura la …chance de l’occuper. Une grande première dans les annales de la République où la loi donne lieu à cadre officiel à l’opposition. Tout cela au nom de la démocratie qui a pour temple l’Assemble nationale.  Le poste nouvellement créé dédié à l’opposition, à son chef notamment, provoque des hystéries fiévreuses au sein du microcosme politique local. Bien que le cadre légal n’ait pas été encore défini officiellement par les autorités compétentes des leaders de partis se réclamant le statut d’opposants se livrent déjà à des « luttes » sournoises pour avoir le titre. En effet, le Gouvernement doit d’abord publier le décret d’application. Apparemment, il prend son temps. Etant dit qu’il s’agit là d’une première expérience pour le pays, on se donne le soin de bien étudier la chose. A entendre la présidente de l’Assemblée nationale, c’est un avis, semble-t-il, partagé par les tenants du pouvoir. En effet, Mme Razanamahasoa Christine, députée d’Ambatofinandrahana et nouveau  tenant du perchoir à Tsimbazaza,  se prononçant sur ce sujet de discorde, écarte toute démarche conduisant à toute de précipitation. Il faut, ajoute-t-elle, bien creuser et s’offrir l’occasion de débattre à fond le sujet avant de trancher. D’ailleurs, les députés vont prochainement s’y attaquer durant leur session au Palais de Tsimbazaza qui devrait se tenir normalement la semaine qui vient.  

Secteurs clés pour le développement économique. L’agriculture et l’élevage demeurent les activités qui assurent le quotidien de 80 % de la population malagasy. C’est dans ce cadre que le groupe FILATEX finance le programme de développement agricole « Roso » mené par l’Organisation non gouvernemental (ONG) « Iray Dia ». Le projet sera mis en œuvre durant ce mois d’août. Cela tombe bien car Madagascar se trouve en ce moment au cœur d’une grande campagne rizicole. Tous les travaux sont alors exécutés dans la Commune d’Ambohijanaka dont 12 Fokontany en sont bénéficiaires.
 Plusieurs activités
 Dans son action, l’ONG « Iray Dia »vise essentiellement à améliorer de façon durable la sécurité alimentaire et le revenu des agriculteurs. Ainsi, dans ses activités, l’équipe transfert aux paysans les bonnes pratiques agricoles, notamment le Système rizicole intensif (SRI) et les cultures maraîchères. Mais en même temps, l’ONG appuie les activités d’élevage que ce soit des bovins, vaches laitières, volailles ou la pisciculture. Outre cela, l’organisation offre une formation dans la gestion de l’eau et la fertilité du sol, la facilitation à l’accès aux intrants agricoles et surtout la gestion du budget familial. A noter qu’un technicien accompagne les paysans durant toutes ces activités.

Le gendarme principal hors classe Soloherinarivelo est l’énième membre des Forces de l’ordre, tué par des bandits. Le commandant de brigade (CB) de la Gendarmerie de Befandriana-Nord a succombé hier de ses blessures après moins d’une semaine d’hospitalisation à l’Hôpital militaire de Soavinandriana (HOMI). Victime des tirs nourris des bandits, le 29 juillet dernier dans sa Circonscription, le gendarme principal hors classe a été évacué d’urgence en hélicoptère à Antananarivo. A l’issue des vaines tentatives des médecins pour le réanimer, il a rendu l’âme hier vers 12h 30.
Notons que le maire de la Commune de Belalona, qui fut blessé en même temps que le CB, est décédé le lendemain même de l’agression. Alors que la population locale s’apprêtait à l’inhumation de son maire hier, la seconde mauvaise nouvelle annonçant la mort du commandant de brigade a de nouveau assombri le ciel de Befandriana-Nord et de ses habitants. Les deux victimes ont été touchées par les balles de chevrotine des assaillants. Le CB a voulu  porter secours et assistance au défunt maire lors de l’agression lorsqu’il fut touché à son tour. Actuellement, la Gendarmerie remue ciel et terre pour retrouver les assassins du maire et du commandant de la brigade qui a laissé une veuve et trois orphelins.
F.R.

L’astuce est simple mais d’une efficacité diabolique, du moins auprès de ceux qui ne connaissent pas suffisamment Mediapart. Il s’agit dans un premier temps de publier un article sur le célèbre site d’actualité français, au titre des abonnés de celui-ci. Partager ensuite le lien sur les réseaux sociaux en l’accompagnant d’un court commentaire d’introduction pour la faire passer pour un article de l’équipe de Mediapart même. De nombreux comptes « fake » prennent ensuite le relai, les uns pour jouer les scandalisés, les autres pour enfoncer le clou en corroborant les informations publiées par des témoignages fabriqués de toutes pièces. Certains autres enfin se chargent de partager au maximum la publication. Un buzz créé de bout en bout d’une manière artificielle.
Rien que ces deux derniers mois, deux articles pourfendant le régime en place ont été lancés sur la Toile de cette manière. Le premier titré « Madagascar : Le triumvirat d’un pouvoir dictatorial », publié le 28 juin 2019 et signé par un certain Andrew Berthold et le second en date du 7 août 2019 et intitulé « Madagascar : une République libertine » portant la griffe d’une certaine Arielle R. L’objectif des initiateurs de cette manip’ n’est autre que de faire croire que les révélations contenues dans lesdites publications sont issues des enquêtes de l’équipe de Mediapart et ce, afin de leur faire profiter de la notoriété de celui-ci. 

Le Président de la République Andry Rajoelina a décidé d’envoyer la Cour des comptes et l’Inspection générale de l’Etat au niveau de la compagnie nationale de distribution d’eau et d’électricité, dans le cadre d’une politique d’assainissement et de redressement de cette société. La décision fait partie des annonces phares annoncées, hier, lors du premier Conseil  des ministres depuis la  formation du troisième  Gouvernement Ntsay Christian. Le Chef de l’Etat a dit que « La JIRAMA doit être gérée comme une entreprise privée à partir de maintenant ». Dans ce sens, un « audit organisationnel et financier devra avoir lieu ». Mené par un cabinet et avec la Cour des comptes et l’Inspection générale de l’Etat, cet audit fait partie d’une large politique visant au redressement de la compagnie nationale. Selon le rapport de la rencontre des ministres, un calendrier pour la mise en œuvre du redressement de la compagnie nationale devra être établi.  Outre l’audit, les départements étatiques sont sommés de payer leurs dettes envers la JIRAMA, accumulées du mois de janvier 2019 au mois de juin 2019, qui s’élèvent à 30 milliards d’ariary.  « Le redressement de la compagnie et l’apurement de ses dettes doivent être effectués dans un délai n’excédant pas les deux ans », indique le rapport du Conseil des ministres.  Toujours dans ce cadre, un comité de pilotage,  composé notamment du représentant de la Présidence de la République, de la Primature, et du ministère de tutelle doit être mis en place.

« Nous n’acceptons pas la cession de notre marché. Nous n’acceptons pas la construction de box marchands sur un canal d’évacuation ». Telles ont été notamment les inscriptions aperçues sur les banderoles déployées par des marchands, hier au marché d’Andravoahangy. Les commerçants attirent l’attention des responsables par rapport à la construction de pavillons dans leur marché. Des infrastructures qui seraient construites  sur le canal d’évacuation d’eaux de ce marché. Les marchands installés sur les emplacements de ces nouveaux pavillons ont tout simplement été dégagés, sans autre forme de procès, selon toujours ces marchands. Le manque  de transparence des dirigeants au sein du marché est mis à l’index. Installés sur ces emplacements depuis plusieurs années, ces derniers se plaignent ainsi de ne pas avoir  été consultés pour ce projet de construction de pavillons. Des cas de corruption sont ainsi suspectés par les commerçants qui pointent du doigt le premier responsable du marché local ainsi que des délégués.  Les travaux de construction ont commencé au début du mois de juillet dernier.

La une du 8 août 2019

Publié le mercredi, 07 août 2019

Pds ou pas 

Publié le mercredi, 07 août 2019

Le mandat respectif des maires des Communes urbaines et rurales prend fin. En fait, élus  en 2015 pour une mandature de cinq ans, la durée d’exercice de leurs fonctions arrive à son terme au mois de septembre. L’organe chargé d’organiser et de gérer les élections à Madagascar, la CENI, a déjà pris les dispositions qui conviennent. Une date a été proposée pour le mois d’octobre prochain. Mais pour des raisons d’ordre général dont le détail relève de la compétence exclusive du pouvoir central, l’Exécutif décida de prolonger le mandat des maires en exercice. D’emblée, la décision déclencha des fantasmes et des vagues. Comme dans tout pays qui respecte les enjeux de la démocratie, le débat est ouvert. Société civile, acteurs politiques en particulier, ceux revendiquant de l’opposition, la presse locale et internationale, observateurs de la vie politique du pays et simples citoyens ne s’en privent pas d’émettre leurs avis. Dans les salons, sous les chaumières, dans les transports en commun et sur la place publique tout le monde entre en lice. Pour donner le cadre, le Chef de l’Etat déclare de façon catégorique qu’il écarte toute option tendant vers la nomination des Délégations spéciales. Les dirigeants en place ne songent point à mettre en place une structure provisoire pour joindre les deux bouts des mandats et le Gouvernement annoncera pour bientôt la date du scrutin. N’empêche que le sujet intéresse les acteurs de la vie politique nationale. Quoique le Président Rajoelina veuille bien  délimiter le contour, les avis vont bon train. Pour les uns, la nomination d’un Pds serait une opportunité à ne pas rater afin donner un souffle nouveau. Il n’est plus un secret à tous que certaines Communes en ville aussi bien qu’en milieu rural sont mal en point. Des élus ont montré leur limite. Pour la plupart des cas, ils ou elles sont nettement en dessous des attentes. Incapables de relever le défi, les premiers magistrats de nombreuses  villes ne parviennent pas à surmonter les difficultés.

Les Barea de Madagascar ne participent pas aux Jeux africains qui se dérouleront du 19 au 31 aout à Rabat Maroc. Pour cause, cette compétition est réservée pour les U20 pour la discipline football. Effectivement, l’allégation du directeur général du sport, Rosa Rakotozafy dans la station de la radio nationale a étonné plus d’un. En mentionnant que « les Barea ne seront pas qualifiés car, pour être qualifié, seules les disciplines médaillées d’or aux Jeux des îles de Maurice ont été sélectionnées ». Pourtant, au mois de mai, la CAF a déjà annoncé  que « ce sont les équipes nationales U20 qualifiées pour la dernière CAN de la catégorie au Niger qui disputeront le tournoi de football des Jeux africains 2019 (19-31 août) au Maroc. « Ce changement est dû au fait que le dernier tour des éliminatoires de le CAN U23 aura lieu en septembre prochain et non en juin afin d’éviter le déroulement des matchs pendant la CAN Egypte 2019 », lit-on dans le courrier adressé pour l’instance continentale aux associations membres.
Ainsi, les Jeux des îles ne sont pas du tout un critère de qualification aux Jeux africains pour le football encore moins pour les régions de l’Océan indien.

La nuit du 15 juin, l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) d’Ambodifototra à Sainte-Marie avait été cambriolée. Ce n’est que deux mois après, précisément la journée du lundi 5 août que les trois présumés auteurs du forfait ont été arrêtés. Ils furent déférés au Parquet le même jour. De plus, une partie du butin fut retrouvé dans un cimetière situé à un endroit non loin de l’église même et une autre chez un suspect. Il est constitué de deux baffles, d’un ampli, d’une table de mixage, d’un câble ainsi que d’un émetteur micro.  Cette découverte fut le fruit d’une enquête menée par les Forces de l’ordre. Elles ont pu remonter la piste des suspects à la suite d’un fait presque anodin de société. Un individu avait cherché à revendre un ampli. Il a trouvé rapidement un preneur, qui était loin de se douter de quelque chose. L’acheteur était rentré chez lui avec le matériel. Or, c’est là où le bât blesse. Son épouse était horrifiée en voyant l’ampli car elle le reconnaît comme étant la propriété de l’église catholique.

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Recherche par date

« August 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff