Nos archives web



Malgré le titre pompeux de certaines agences de presse internationale, il n’y a pas eu de cadavres ramassés dans la capitale de la Région Atsinanana, Toamasina. Des cadavres auraient été ramassés ces derniers jours dans les rues de Toamasina, sans qu’on ne connaisse les causes de ces décès, indiquent en effet des dépêches, publiées sur les sites web de ces agences de presse connues. Ces agences laissent entre autres entendre que l’envoi de renforts de militaires et de médecins à Toamasina auraient un lien avec ces corps retrouvés dans les rues…Il faut souligner d’emblée que les éléments des Forces de l’ordre, tout comme les médecins déployés à Toamasina, seront chargés de maintenir l’ordre et de faire appliquer les mesures sanitaires ordonnées par le pouvoir central. La distribution du  tambavy CVO pourrait également faire partie des attributions de ces éléments des Forces de l’ordre.
En outre, il est utile de souligner la mauvaise foi de ces dépêches. En effet, des propos du porte-parole du Centre de commandement opérationnel – Covid-19 ont été sortis de leur contexte par l’auteur de la dépêche pour étayer son propos. Dans les propos attribués au Professeur Hanta Marie Danielle Vololontiana, la doyenne de la Faculté de médecine de l’université d’Antananarivo parlait notamment de la comptabilisation des morts du coronavirus à Madagascar et en particulier, les patients positifs au coronavirus, mais morts d’une autre pathologie. Des propos qui ont été repris par les agences de presse en question pour étayer leurs articles.
En tout cas, aucun cadavre n’a été ramassé dans les rues de Toamasina. Faire un amalgame entre les personnes ayant perdu connaissance pour diverses raisons et retrouvées inconscientes dans les rues, et des décès de personnes atteintes de coronavirus est totalement déplacé de la part de ces agences. Officiellement, seuls deux patients sont morts du coronavirus à Madagascar, tous recensés à Toamasina. Il est vrai qu’une crainte d’une flambée de l’épidémie se fait sentir sur le territoire, toutefois les affirmations de ces médias laissent perplexes. La question est de savoir quel est l’objectif de ces agences de presse ou plutôt de leurs correspondants à Madagascar ? Un rappel à l’ordre de la part des autorités compétentes pour des cas de désinformation flagrants tels que celui-ci serait compréhensible, si certains détracteurs du pouvoir crieraient eux encore une fois à l’atteinte à la liberté d’expression à Madagascar…

La Rédaction


L’affaire a démarré par une récente publication sur Facebook par un internaute. Actuellement, il a eu maille à partir avec les services de  cybercriminalité du pays à la suite d’une annonce, ou plutôt de son communiqué qu’il a diffusé sur les réseaux sociaux, précisément en date du lundi dernier. Le suspect est donc incriminé pour escroquerie. Dans sa publication, le suspect prétendait être en mesure d’aider ceux qui ont perdu leurs permis de conduire ou autres cartes grises, et donc de les remplacer, surtout en cette période de confinement. Car le concerné l’a d’ailleurs précisé sur sa page Facebook.  Et comme le gage supposé de sa bonne foi, il a demandé à tous ceux qui sont intéressés par son service de le contacter par MP sur les réseaux sociaux. Du coup, le « centre immatriculateur » d’Ambohidahy, qui se sent particulièrement arnaqué, a réagi. Dans leur plainte, les responsables en son sein ont  alerté un service  de cybercriminalité de la place.

Il n’a pas fallu longtemps pour les enquêteurs de la cybercriminalité d’avoir les indices nécessaires pour identifier assez rapidement  le suspect. Depuis hier même, sa photo   circule déjà sur Facebook, histoire de mettre les différents services de recherche  des Forces de l’ordre, mais aussi le public au parfum de l’affaire.  A n’en pas douter, et en attendant confirmation, le public a affaire à un rabatteur ou « mpanera », qui a l’habitude de racoler sinon proposer ses prestations, déjà  « douteuses » auprès des personnes, qui doivent régler leurs formalités au « centre immatriculateur » d’Ambohidahy. De toute façon, c’est ce service qui est ici le plaignant dans cette affaire. L’affaire a surtout un relent d’arnaque du fait que le « centre immatriculateur » n’a procédé à aucune délivrance de permis, ni de carte grise depuis la proclamation par le Président de l’état d’urgence sanitaire, pour cause justement de la pandémie de Covid-19 au pays, il y a de cela près de deux mois. Affaire à suivre.
Franck R.
 

A la croisée

Publié le mardi, 26 mai 2020

La cinquième quinzaine du confinement tire déjà à sa fin d’ici quelques jours. Le Gouvernement se prononcera sur la suite à réserver de cette mesure tant décriée, le confinement, mais  vitale pour la survie de la population. Ainsi que les nouvelles consignes que le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina  donnera aux concitoyens. Une chose semble certaine, compte tenu de l’évolution inquiétante de la pandémie dans l’ensemble du territoire national, ce ne sera pour demain ni pour le lendemain la veille du déconfinement. La tâche n’est pas de tout repos mais en tant Chef de la magistrature suprême de la Nation, il lui incombe de droit et la tâche de décider ce qui est utile pour le bien de tous et de ce qui est nécessaire pour les intérêts majeurs du peuple.
Le pays se trouve à la croisée des chemins. Il n’y a pas trente-six directions auxquelles il faut choisir pour dénicher la meilleure voie qui mène sûrement vers la porte de sortie. Au fait, deux options uniquement s’offrent devant : le chemin de la réussite ou celui de l’impasse. Les dirigeants du pays en général et le Président en particulier sont appelés à choisir parmi les deux avec discernement et vigilance.
Evidemment, sur le point du croisement, le chemin qui conduit vers la réussite s’impose. Mais attention, un bon itinéraire n’est pas exempt d’embûches et de pièges ou encore d’embuscades. Si le chemin de l’impasse se résume par la solution de facilité, du moindre effort et de l’anarchie, la voie qui mène sûrement vers la porte de sortie n’est pas du tout repos. Certes, il s’agit d’un choix difficile à traduire en actes mais le prix à payer en vaut la chandelle.
Sans doute, le Président Rajoelina optera, comme il l’a déjà fait auparavant, pour la bonne voie, celle de la réussite. Discipline et sacrifice sont la clé incontournable pour y aboutir. Bien entendu, le chemin à faire sera long et difficile.
Au stade où nous en sommes,  il faut d’abord se débarrasser de ce « hôte indésirable » et menaçant, le Covid-19. Et le court chemin pour y  parvenir passe par le respect strict des mesures qui s’imposent à savoir le confinement, le port de masque à bouche/nez,  le geste barrière et se laver les mains en permanence. Des fois, les gens se trompent en choisissant la voie de la facilité et de l’anarchie. On évite la discipline et le sacrifice. Or que si l’on veut repousser et vaincre, dans les meilleurs délais, cet ennemi invisible et redoutable, nous n’avons qu’une seule option : le respect total des consignes. C’est là que le bât blesse !
Il faut avoir en conscience qu’à travers le chemin de la réussite, un autre combat aussi âpre que rude nous attend après le Covid-19 à savoir la dure bataille pour le redressement moral de la population et surtout la relance économique du pays. Un sacré combat qui nécessite de gros efforts et d’immenses sacrifices de tous. Nous ne sommes pas tous sans savoir que le pays se trouve, en ce moment précis, coincé dans une situation de mauvaise passe. La participation et la solidarité de tous les concitoyens sont les bienvenues.
A la croisée des chemins, un tournant décisif pour l’avenir du pays.
Ndrianaivo



 


Les clubs qui évoluent en championnat national, division Pro league, se trouvent dans une situation de plus en plus désagréable vu l’arrêt de la compétition depuis le début du confinement à cause de la Pandémie de Covid-19. Comme les îles sœurs, l’Etat malagasy a aussi décrété l’arrêt de toute activité sportive dans le pays à cause de l’urgence sanitaire.
Presque la moitié des clubs qui évoluent en division Elite et deuxième division nationale n’ont pas caché leur  difficulté financière. Bien entendu, cela aura beaucoup d’impacts sur les résultats.
Pour la Pro league, il est difficile d’arrêter la saison et d’offrir le trophée à mi-parcours. Rappelons qu’il reste 7 journées alors que la CNaPS Sport Itasy (33 points), Cosfa (31 points) et Ajesaia (30 points) sont à égalité des points mais Fosa Juniors (30 points) et Elgeco Plus (26 points) ne sont pas loin du compte. Rien n’est encore décidé dans le championnat. Jouer les matchs restants à huis clos sera aussi calamiteux pour ces clubs qui n’ont pas assez de revenu. En effet, lors d’un déplacement, un club dépense au minimum 8 millions d’ariary d’après un dirigeant.
Dans la Grande île, le nombre d’équipe sponsorisée se compte sur le bout des doigts, la plupart dépend des particuliers qui ont des moyens financiers. Effectivement, la survie du club en dépend de la possibilité du président du club et de son partenaire. Comme le football est depuis devenu une affaire d’Etat, la seule issue pour sortir de cette situation et évoluer le niveau du football à Madagascar d’un cran serait d’intégrer massivement la participation des entreprises par le biais de loi ou de décret imposé par l’Etat.
Elias Fanomezantsoa





La campagne de vanille vient d’être lancée à Ambanja. Et les paysans peinent à trouver des preneurs de leurs produits. En effet, les collecteurs proposent le kilo de la vanille à 20 000 ariary alors que les paysans fixent leur prix à 300 000 ariary. Les deux parties ont commencé le marchandage. Au final, les collecteurs ont monté leur prix à 50 000 ariary tandis que l’autre partie a baissé son prix à 220 000 ariary. Vu la rigidité entre l’offre et la demande, l’échange n’a pas a eu lieu. Les photos ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux concernant cette situation, lundi dernier. « Pour le moment, tout le marché fonctionne selon la loi de l’offre et de la demande entre ces deux entités. Aucune disposition règlementaire ne stipule la fixation du prix pour les paysans et les collecteurs. Afin de rémédier aux profiteurs, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a établi un prix plancher lors de la précédente campagne. Le prix de référence minimum à l’exportation s’élève à 350 dollars par kilo, tandis que le prix sur le marché local pour la vanille préparée est fixé à 900 000 ariary le kilo. Nous étudions actuellement le prix pour les paysans et les collecteurs pour que toutes les parties prennates tirent profit de cet or vert dans tout le circuit de distribution », explique un membre du groupement des exportateurs de vanille à Madagascar.
Selon un responsable auprès du ministère de tutelle, un tel abus peut être dénoncé auprès des organismes rattachés dans les Régions. Rappelons que la campagne précédente s’est avérée morose pour les opérateurs. Non seulement, la pandémie a touché de plein fouet l’exportation à cause du ralentissement de l’économie mondial, mais le prix du produit a baissé considérablement. La recette issue de ce produit phare de Madagascar était réduite de 50 %. Ainsi, les opérateurs craignent que la même situation se reproduise, surtout en ce contexte de crise sanitaire.
Solange Heriniaina




Les ambulances disposent d’une autorisation de circulation exceptionnelle. A cause de leur fonction, elles peuvent circuler librement sur tout le territoire national. Cependant, les conducteurs ambulanciers abusent souvent de leur statut pour accomplir des actes irréguliers. C’était le cas d’une ambulance appartenant au Centre hospitalier universitaire (CHU) Joseph Raseta Befelatanana. Le véhicule a été appréhendé lundi dernier à Ampiaviana, Antsirabe, en train de transporter des voyageurs clandestins. Un contrôle a été effectué dans cet endroit et plusieurs voitures ne respectant pas les barrières sanitaires ont été coincées dont cette ambulance. D’après une source auprès de la Gendarmerie de Vakinakaratra, trois passagers clandestins ont été à bord de ce véhicule. « Lors d’une constatation, ces personnes ont quitté la Capitale et ont payé une certaine somme pour rejoindre Antsirabe », avance le responsable au sein de la Gendarmerie locale. Le conducteur mis en cause fait encore l’objet d’une enquête au poste de la Gendarmerie.
Sans attendre, le CHU de Befelatanana a mis en place une nouvelle organisation afin d’éviter qu’une telle situation se reproduise. Sur ce, tous les ambulances en service durant cette crise sanitaire seront équipées de GPS afin de connaître tous leurs mouvements et itinéraires.
Depuis le début de ce mois, le nombre des cas de déplacements illicites dans les Régions concernées par la propagation du Covid-19 ne cesse d’augmenter, autant que les arrestations. Le week-end dernier, trois taxis-brousse transportant une trentaine de voyageurs clandestins ont quitté la Capitale pour rejoindre la Région d’Itasy, celle de Bongolava et Faratsiho, dans la Région de Vakinankaratra. Ils ont pris la route de Vontovorona menant vers Imerintsiatosika, en espérant pouvoir échapper au barrage sanitaire installé sur la RN1. Cependant, la ruse n’a pas fonctionné. Tous les véhicules ont été mis en fourrière et 5 personnes dont les 3 conducteurs et leurs aides sont interrogés au sein de la Brigade de gendarmerie de Fenoarivo.
Par ailleurs, une vingtaine de personnes ont fui Ambatolampy en voulant entrer clandestinement dans la Région d’Analamanga. Elles ont été arrêtées à Antsahadinta. Quant aux véhicules transportant des marchandises, leurs chauffeurs cachent les passagers clandestins entre les marchandises.
Anatra R.

la une du 27 mai 2020

Publié le mardi, 26 mai 2020

Le gardien de l’équipe nationale de Madagascar, Melvin Adrien, est un jeune garçon qui a grandi à La Réunion. A l’âge de 17ans, il a déjà été titulaire de son club avec le FC Jeanne d’Arc. Une équipe qui évolue en première division réunionnaise. Il a été par la suite recruté par le FC Créteil, l’ancien club de Faneva Ima, où Melvin a fait la connaissance de ce dernier. Lui-même l’a convaincu de renforcer les rangs des Barea de Madagascar dans son aventure conquérir sa première qualification à la CAN, la première fois, du football malagasy. Actuellement, il évolue en tant que portier du club FC Martigues en France.

En plus d’un travail débordant, les personnels de santé font également face aux angoisses des patients atteints du Covid-19, lesquelles se traduisent parfois par des réactions émotionnelles incontrôlables. Les personnes testées positives manifestent souvent des symptômes dépressifs  au cours du traitement à l’hôpital, pas seulement à cause du coronavirus mais pour diverses raisons. « Quelques-uns s’enferment dans leur chambre. Il existe ceux qui refusent même de se nourrir. A cela s’ajoutent les patients fondant en larmes, sans parler des violences verbales lancées à l’endroit des personnels médicaux. De telles situations se remarquent toujours à chaque fois que les résultats des tests PCR se révèlent positifs, même après des jours de prise de médicaments », avance un médecin traitant.

Vers 8h du matin hier, la localité d’Alakamisy- Fenoarivo dans le district d’Antananarivo Atsimondrano a été le théâtre d’un assaut de bandits. Quatre individus, dont l’un est armé, ont alors pris un commerçant de gros pour cible qui s’est fait déposséder d’une certaine somme d’argent. Mais grâce à l’intervention musclée de la Gendarmerie, trois assaillants ont été capturés vivants et ils croupissent actuellement dans les locaux de la brigade de gendarmerie d’Alakamisy-Fenoarivo pour le besoin de l’enquête. 

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Recherche par date

« May 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff