Nos archives web

En cette période de l’année, les grandes enseignes de la Grande île rivalisent d’ingéniosité pour attirer la clientèle, à l’instar de la société Baolai. « De nombreux appareils électroniques neufs et de premier choix sont disponibles dans tous nos show-rooms d’Antananarivo sis à Analakely et Soarano, à l’exemple des téléviseurs Led et Smart Tv « Jeyoo » (garantis 1 an) disponibles en 32, 50 et 55 pouces.

« Il faut arrêter les actes de déstabilisation. Ce n'est plus acceptable. Il est temps de penser à l'avenir du pays et œuvrer pour le développement ». Ces propos sont ceux du ministre de la Justice, Johnny Richard Andriamahefarivo, lors d'une interview en marge de la cérémonie de dotation de matériels à la Cour Suprême hier. Une manière pour le Garde des Sceaux de clore le débat concernant la demande d'annulation ou de réorganisation des élections véhiculée par les membres de l'opposition. « Notre pays n'a aucun intérêt à effectuer à chaque fois un retour à la case départ », a ajouté le ministre d'un ton ferme. Sur cette lancée, il renvoie les contestataires à s'adresser aux instances judiciaires compétentes comme la Haute Cour constitutionnelle pour traiter leur requête.

 

Devant la progression inexorable de la pandémie de coronavirus, les îles de l'océan Indien annoncent tour à tour des mesures pour protéger leurs habitants. A la suite de Madagascar, c'est à Maurice de lui emboîter le pas. L'île sœur a décrété la fermeture de son espace aérien avec l'Europe et La Réunion pour quinze jours. La décision a été officialisée hier par le Premier ministre mauricien, Pravind Jugnauth. Deux jours plus tôt, c'est Madagascar qui avait annoncé mettre fin à ses liaisons aériennes avec l'Europe, de Mayotte et de La Réunion. Des décisions prises bien qu'aucun cas avéré de contagion n'a encore été recensé  sur les deux îles de l'océan Indien.

L'ex-député Leva - Toujours en cavale

Publié le lundi, 16 mars 2020

L'ancien député de Mahabo Ludovic Adrien Raveloson dit Leva reste introuvable. La prière de sa femme Yvonne Razafindrazalia devant les caméras le 19 février reste un appel dans le désert. Elle a exhorté son mari à sortir de sa cachette et à se présenter devant le tribunal en lui faisant confiance. Rien ne s'est produit moins d'un mois plus tard, en dépit du mandat d'arrêt à l'encontre de l'intéressé.

LA UNE 17 MARS 2020

Publié le lundi, 16 mars 2020

Le Teqball est une nouvelle discipline en vogue et qui attire déjà pas mal de jeunes.  Des joueurs de chaque côté d’une table en train de se passer un ballon de football. A première vue, on dirait du ping-pong ou encore un jeu de tennis-ballon. Il s’agit du Teqball où la table a une forme incurvée. Créée en 2014, cette nouvelle discipline combine le rythme rapide du tennis de table avec l’habileté et le dynamisme du football. L’un des grands avantages du Teqball est que vous n’avez pas besoin d’une équipe pour jouer, mais juste d’un ami. Cette discipline existe bel et bien à Madagascar depuis avril 2019. La fédération malagasy de Teqball et la ligue Analamanga ont lancé une compétition dans la salle « Petit palais des sports » ce weekend. Neuf équipes ont participé en catégorie simple et six équipes en catégorie double.

Dans la catégorie simple, Lafatra du club « Mpanjaka kids » a remporté la finale simple monsieur contre Diarra (Hope teqball) après le troisième set. Après avoir gagné le premier set 20/18, il a été égalisé par Diarra 17/20 en deuxième set avant de reprendre le dessus. Elie du club Kids a complété le podium.
Dans la catégorie mixte, « Team Hope » composé de Hery et Fy a remporté la victoire finale devant « Team Rama » qui comprend Fanu et Iloalo. Après avoir gagné le premier set 20/15, « Team Hope » a été égalisé 20/18 mais la vivacité de l’équipe lui a permis de s’imposer en troisième set 20/17 devant son adversaire.  Safidy et Petite  ont pu se hisser à la troisième place.
Dans la catégorie double, « Team Golden Boys » composé par Nandrianina et Brayn  s’est incliné en finale devant  l’équipe de Finoana et Maeva Lahy. Golden a mené au premier set mais a été tout de suite stoppé par Kids qui remportait le deuxième set 20/18 avant de rééditer son exploit en troisième set sur une belle victoire de 20/18.  La troisième place du podium dans la catégorie double a été occupée par « Team Hope » (Hery / Heriliva).
Elias Fanomezantsoa

Tirer sur tout ce qui bouge. L’opposition malagasy, dont la dérive radicale fait tiquer l’international, profite de chaque occasion pour malmener le régime. Avec le coronavirus, elle a trouvé un sujet brûlant à traiter en proposant une unique solution qui risque d’emmener le pays vers une explosion sociale. Marc Ravalomanana a préconisé à ce que les frontières malagasy soient fermées à tout trafic venant de l’extérieur afin que le virus n’entre au pays. Cette proposition a été saluée, évidemment, par ses partisans dont les parlementaires. Ces derniers ont d’ailleurs profité du passage du ministre de la Santé publique à l’Assemblée nationale jeudi pour amplifier ces propos de leur mentor. Et en aval, les « zanak’i Dada » relaient sur les réseaux sociaux cette proposition irréfléchie de leur gourou. Au stade actuel où se trouve Madagascar avec le coronavirus, il n’y pas lieu de prendre une telle mesure.
 Un opérateur économique, Ravalomanana n’est pas sans savoir que la fermeture des frontières est une politique suicidaire pour une Nation dont la majeure partie des produits vitaux viennent de l’étranger. Il ne peut ignorer également que quelques heures seulement après une  décision sur une quelconque fermeture, les prix des produits connaitront une flambée inimaginable avec en prime de rétention de stocks des commerçants. La principale victime dans ce cas n’est autre que la majeure partie de la population contrairement aux spéculateurs. Avec la flambée des prix des produits de première nécessité associée au ralentissement de l’économie qui pourrait conduire à un chômage partiel des entreprises et sociétés, c’est l’explosion sociale assurée.
C’est ce que ce politicien invétéré et non moins  candidat battu aux dernières élections présidentielles souhaite au pays. L’intérêt de la Nation est d’ailleurs le dernier souci de l’ancien exilé d’Afrique du Sud qui fait passer avant tout son intérêt personnel. A preuve, durant son exil, comme il l’a même avoué avec fierté, il aurait demandé  aux partenaires financiers et économiques de ne plus faire «  affaires » avec Madagascar.  Son principal objectif à l’époque était de retrouver son fauteuil présidentiel, qu’il avait pourtant  lui-même abandonné, sans se soucier des milliers de travailleurs des zones franches ou des autres secteurs, victimes de chômage technique.
Ancien président de la République, il devrait connaitre que les premiers soucis des autorités demeurent la santé publique et le bien de la population à travers la mise à sa disposition de ses besoins quotidiens notamment les produits de première nécessité. Il faudrait ainsi trouver l’équilibre en ne privant toutefois ni l’un ni l’autre. Marc Ravalomanana qui est loin d’être un ignare le sait pertinemment mais comme il devrait gaver ses supporters, il avance n’importe quoi. Ça aurait été mieux pour lui, même une fois, de fermer la gueule.

Mieux vaut prévenir que guérir ! Ce fut en citant la version malagasy (Aleo misoroka toy izay mitsabo ») de cet adage que le Président de la République, Andry Rajoelina a défini les mesures prises par l’Etat malagasy pour contrecarrer l’entrée de l’épidémie de coronavirus à Madagascar. Dans un discours adressé à la Nation, samedi dernier, le Chef de l’Etat a d’emblée rassuré le peuple malagasy sur l’inexistence de cas de cette pandémie à Madagascar pour le moment. En effet, la Grande île figure parmi les rares pays du monde à ne pas encore être contaminés par le virus.  Le Président a rappelé les précautions prises par l’Etat dès la confirmation des premiers décès du virus en Chine, avant d’annoncer de nouvelles dispositions à savoir : l’arrêt de toutes les liaisons aériennes entre la Grande île et les pays de l’Europe (France, Italie, Espagne, Allemagne, etc.) pour une durée de 30 jours à partir de jeudi prochain, la suspension des vols reliant le pays vers les îles sœurs qui recensent déjà des cas de coronavirus comme La Réunion et Mayotte, l’interdiction d’entrée des bateaux de croisière dans les ports (déjà effective depuis samedi), et la centralisation de tous les vols à l’aéroport international d’Ivato qui sera ainsi un lieu d’entrée et de sortie unique afin de contrôler la circulation des personnes.
A ces quatre grandes mesures s’ajoutent une autre décision destinée aux compatriotes en mission ou en évacuation sanitaire qui auront jusqu’à jeudi prochain pour rentrer au pays. Prises à la suite de la concertation avec les sommités de la médecine vendredi dernier, ces dispositions seront revues suivant l’évolution de l’épidémie à l’échelle mondiale. Rappelons que les vols qui relient Madagascar avec la Chine sont toujours suspendus.
Haro sur les spéculations
Malgré ces décisions, le numéro un de l’Exécutif a affirmé que « la vie continue ». Il a tenu à apaiser les craintes de rupture de stock en matière de produits de première nécessité et de médicaments. Le Président a ainsi confié la mission de contrôle et surveillance rigoureuse des prix sur le marché au ministère du Commerce. Cela permettra ainsi de dissuader toute tentative de spéculations sur les produits alimentaires par des personnes malintentionnées qui pourraient profiter de la situation actuelle. « Les йchanges commerciaux se poursuivent  pour que notre pays ne soit isolй du reste du monde », a précisé le Chef de l’Etat. Il répond ainsi aux citoyens qui ont demandé la fermeture totale des frontières de Madagascar.
Le Président Andry Rajoelina a également abordé l’éventualité (purement hypothйtique) d’arrivée du virus à Madagascar. Il a ainsi évoqué quelques mesures d’hygiène comme se laver les mains avec du savon ou des produits désinfectants autant que possible, respecter la distance d’un mètre avec les personnes infectées, éviter les contacts au moment des salutations, cacher la bouche pour tousser entre autres. Selon toujours ses propos, les soins prodigués aux éventuels malades seront entièrement pris en charge par l’Etat. Une décision qui vise à montrer que le Gouvernement malagasy est bien préparé à toutes les éventualités avec l’appui indéfectible de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
La Rédaction

Période de soudure, saison des pluies et coronavirus. C’est dans ce contexte que se trouve le marché actuel. Malgré cela, le Gouvernement veille à une stabilité des prix, surtout celui des produits de première nécessité (PPN). Des mesures à prendre allant dans ce sens ont marqué le discours du Président Andry Rajoelina et celui de la ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA), Lantosoa Rakotomalala, samedi dernier. « Les consommateurs occupent une place centrale dans le secteur du commerce. Ils doivent être au cœur de toutes les opérations économiques. Cette année, nous orientons nos missions de manière à sensibiliser le plus grand nombre et conduire des actions pour que leurs droits soient respectés. Cette chaîne d’actions, débutée en 2019 et confirmée par la mise en place de l’opération "Tsinjo" en février, sera pérenne. Il faut noter que nous luttons constamment contre la hausse de prix des PPN. On vérifie le circuit de distribution à partir des importateurs jusqu’aux détaillants, notamment le prix et le stock.  Vu que cette action est une priorité pour le Gouvernement, une sanction s’applique aux profiteurs et aux spéculateurs », explique Lantosoa Rakotomalala, lors de sa descente au marché d’Anosibe durant la célébration de la Journée mondiale des consommateurs.
Traçabilité
Il est encore difficile de maîtriser totalement le circuit de distribution à Madagascar car les consommateurs finaux achètent chez les grossistes et les détaillants chez les importateurs. Alors qu’au milieu de la chaîne s’introduit également le secteur informel. Les factures d’achat sont ansi exigées pour surveiller les prix. « On organise une réunion hebdomadaire avec les importateurs de PPN, dont le nombre est estimé à une quinzaine. On réclame leurs factures d’achat afin d’assurer la traçabilité des marchandises. Il en est de même pour les grossistes. Cependant, il est encore difficile de faire cette vérification chez les détaillants. Bien que cette tâche est un travail de longue haleine, nous poursuivons l’éducation tout au long de notre opération », poursuit-elle. Concernant une éventuelle pénurie, la population n’a rien à craindre car notre île réceptionne encore les produits importés, même si 80 % de nos approvisionnements dépendent de l’extérieur.
Solange Heriniaina

Pic de vente par crainte de pénurie alimentaire ? Le week-end dernier, les supermarchés de la Capitale ont été envahis par  plus de consommateurs que d’habitude. Les rumeurs autour du coronavirus, notamment de la fermeture des frontières malagasy vendredi  et samedi derniers, ont  amené la population à faire des provisions. En effet, les allées ont été bondées et les parkings ont été remplis.  Mais  oui, la réalité s’est caractérisée samedi dernier entre autres par une montée en puissance des achats dans presque toutes les grandes surfaces de la ville d’Antananarivo. Et ce sont les rayons figurant des produits secs, pâtes, riz, farine,  qui ont été très vite vidés mais tout de suite rechargés. Un stock suffisant qui rassure les consommateurs. Les étalages des papiers de toilette et du gel hydroalcoolique ont été beaucoup plus visités que les autres produits d’hygiène.  A la sortie des deux supermarchés situés à Ivandry et Ankorondrano, une dizaine de caddies remplis d’un de ces deux produits ont été remarqués. A cela s’ajoutent les eaux embouteillées qui représentent  un élément indispensable. « Je suis venue faire ma course hebdomadaire et je suis étonnée de voir des gens qui se précipitent à remplir leurs sacs de produits alimentaires. En voyant cela, je me suis décidée de modifier ma liste  au cas où la situation s’empire. L'idée c'est plutôt de laisser les surplus en stock », rajoute une mère de famille. Des propos qui ont été soulignés par d’autres acheteurs qui se sont préparés à s’approvisionner.  « Il vaut mieux prévenir que guérir. Il se pourrait qu’il y ait une pénurie, mais je prie pour que cela n’arrive pas. Toutefois, nous avons des enfants à la maison qui ont constamment faim et nous avons l’obligation de les nourrir convenablement », avoue un père de trois garçons.    Ces témoignages ainsi que ce flux important de clients au niveau des supermarchés ont été bel et bien confirmés par les établissements que nous avons approchés.  « Nous assistons à une journée surprenante comparable à la période de fête avec cette venue en masse des acheteurs.  Je  peux vous affirmer que nous travaillons comme lors des jours précédents la fête de Noël par exemple. Il n’y a personne qui vient chez nous sans dépenser moins de 100 000 ariary », avance une caissière d’une grande surface à Ankorondrano.
Le lendemain de la déclaration du Président de la République concernant la suspension des vols  venant d’Europe, de La Réunion et Mayotte, cette prise d’assaut des grandes surfaces s’est apaisée. Le pays reste toujours en contact avec d’autres continents dont l’Afrique et l’Amérique.
K.R.

Fil infos

  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire
  • Coronavirus - Une prime de risque pour le personnel de santé
  • Mesures de restriction face au coronavirus - « Priorité à l’intérêt général », selon la CNIDH
  • Réquisition des Stations radio et TV - Dernier avertissement de Lalatiana Andriatongarivo

La Une

Recherche par date

« March 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff