Nos archives web

La Police a arrêté deux suspects dans le District de Toliara II. Ils venaient de perpétrer une attaque à main armée mardi dernier dans le quartier de Besasavy Maninday, Commune rurale de Mitsinjo Betanimena. Tout a démarré par l'alerte donnée par le « fokonolona » local à la Force d'intervention de la Police (FIP) ainsi qu'au Commissariat central de Toliara à propos d'un assaut de bandits ayant ciblé un cash-point situé dans le secteur sus-mentionné.

 

Les images atroces montrant ces véhicules réduits en un amas de tôles froissées, parlent d'elles-mêmes. Il s'agit de cet accident survenu vers 16h mardi dernier sur la voie rapide située au niveau  de Tsarasaotra, sur l'Imamba, et qui a coûté la vie à une personne, mais aussi  occasionné de graves blessures sur deux autres. Les faits. Un véhicule tout-terrain de marque Nissan AX était entré en collision avec un minibus Mercedes Sprinter.

 

Covid-19 - 4 nouveaux sujets contacts confirmés

Publié le mercredi, 01 avril 2020

Le nombre des personnes contaminées en étant en contact avec les passagers positifs au Covid-19, suite à une analyse effectuée par l'Institut Pasteur de Madagascar, s'accroit. Au cours de ces dernières 24 heures, plus précisément entre mardi après-midi et mercredi à 12 heures, 4 autres sujets contacts, tous de nationalité malagasy, viennent se rajouter aux deux autres identifiés la semaine dernière. Selon le Professeur Vololontiana Marie Hanta, hier lors du rapport récapitulatif de 13 heures à la Télévision nationale malagasy (TVM), il s'agit de deux hommes âgés respectivement 30 ans et 49 ans, un adolescent de 13 ans, et une femme de 43 ans.

Coronavirus - Le TDR n'est pas suffisant

Publié le mercredi, 01 avril 2020

7 cas positifs ont été détectés, hier, durant le dépistage massif du Covid 19, pour les passagers en provenance de l'étranger, ayant voyagé sur les vols du 11 au 15 mars 2020. Cependant, d'après le Professeur Zely Randriamanantany, premier responsable du centre de Test de diagnostic rapide (TDR) au CCI Ivato, ce test n'est pas suffisant pour confirmer que ces passagers sont atteints ou non du coronavirus. Certes, la période d'incubation de la maladie, qui est de 7 jours est déjà dépassée, et ils ne sont pas malades. « Ces personnes sont peut-être testées positives, mais seules les analyses PCR (réaction en chaîne par polymérase) effectuées par l'Institut Pasteur de Madagascar (IPM) peuvent confirmer si ces passagers sont atteints  ou non par la maladie. Une analyse PCR recherche le virus », explique-t-il.

 

La contribution de tous est la bienvenue. Aujourd'hui, le monde fait face à une importante crise sanitaire. De ce fait, tout le monde doit s'engager pour que toute la population mondiale, et en particulier la population malagasy, puisse vaincre ce virus, d'où la multiplication des dons faits par des entreprises engagées dans cette cause commune. Dans ce contexte, l'industrie minière Ambatovy a ainsi offert des produits de première nécessité (PPN) pour appuyer le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) de Toamasina.

Un coup de pouce pour le secteur privé. Le Gouvernement favorise les entreprises qui œuvrent dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Après l'annonce d'un vaste et généreux Plan d'urgence sociale par le Président de la République, les autorités ont lancé un appel à la solidarité à l'endroit du secteur privé. Afin de motiver les entreprises, les dépenses complémentaires ou dons utilisés directement dans la lutte contre le Covid-19 seront déduits de l'impôt sur le revenu. « C'est une mesure exceptionnelle en cas de catastrophe ou état d'urgence. Auparavant, le Fisc accepte uniquement les charges normales dans la déclaration comptable des entreprises. Les dons n'étaient pas déductibles également », explique Germain, directeur général des Impôts, hier.

 

Le Président de la République a affiché sa confiance en la capacité de l’Etat à ramener sous contrôle la situation du nouveau coronavirus (Covid-19) dans un proche avenir. " Les mesures prises pour combattre le coronavirus ont jusqu’ici été efficaces (…) Un traitement d’attaque est administré aux patients atteints du coronavirus ", a-t-il indiqué lors de son allocution télévisée d’hier, sur les mesures de prévention contre le Covid-19.

 

Comme à chaque période marquante de la vie de la Nation, l'Observatoire de la Vie publique (SEFAFI) a de nouveau émis une analyse de la situation. Cette entité aborde, cette fois - ci, les réalités derrière la lutte contre le Coronavirus. Pour cet observatoire, le Covid-19 est « révélateur de l'injustice sociale ». D'emblée, le SEFAFI rappelle les dispositions prises par l'Etat sous forme de Plan d'urgence sociale. Des mesures destinées à soulager l'absence de rentrée d'argent quotidienne pour les couches les plus vulnérables qui sont touchées par la décision de confinement. « Ces mesures semblent tomber sous le sens. Pourtant, la réaction d'une partie de la population, notamment dans les centres urbains et leurs périphéries donnent à réfléchir », souligne le SEFAFI.

 

LA UNE 02 AVRIL 2020

Publié le mercredi, 01 avril 2020


Depuis le 23 mars, Madagascar est confinée. Face à l’épidémie de coronavirus, Andry Rajoelina a demandé aux Malagasy de rester chez eux… Mais, le Chef de l’Etat veut, lui, absolument aller sur le front de ce qu’il a appelé une « guerre ». Depuis que les premiers cas de coronavirus ont été enregistrés à Madagascar, Andry Rajoelina essaie d’incarner le combat contre l’épidémie en multipliant les déplacements pour montrer aux Malagasy qu’il est sur le front dans cette « guerre ». Depuis plus d’une semaine maintenant, le Chef de l’Etat passe le plus clair de son temps au Centre de commandement opérationnel - COVID-19 d’Ivato qu’il a inauguré avec son épouse Mialy Rajoelina. Dans la nuit du 25 mars, le Président était descendu en personne au BANI d’Ivato pour réceptionner les matériels médicaux offerts par la fondation Jack Ma pour lutter contre la pandémie en Afrique. Samedi dernier, le Président est passé du côté de l’Institut Pasteur de Madagascar pour un constat de visu des processus de réalisation des tests effectués au sein de ce laboratoire pour le dépistage du coronavirus. Hier, le couple présidentiel s’est rendu à l’Académie nationale des sports d’Ampefiloha pour honorer la cérémonie de distribution de vivres pour les marchands de trois arrondissements de la Capitale. Andry Rajoelina s’est ensuite rendu au Centre de conférence international d’Ivato où il a assisté au dépistage massif de passagers ayant débarqué dans la Grande île. Une façon pour lui de montrer sa proximité avec le personnel soignant. Ses prochains jours de déplacement dans les Régions seraient au programme. Le Chef de l'Etat montre qu’il n’est pas un Président dans l’évitement et qu’il est au contact permanent.
Et être au contact permanent, c’est aussi parler aux Malagasy. Andry Rajoelina ne s’est jamais autant exprimé à la télévision. Chaque jour à 20 heures, il s’adresse aux Malagasy à la télévision. Ces allocutions télévisées lui servent à rasséréner et à essayer de mobiliser les Malagasy pour qu’ils fassent « bloc » derrière lui. Andry Rajoelina cherche l’unité nationale. La présence permanente du Président de la République est saluée par une frange non négligeable de la population malagasy. La gestion de l’urgence sanitaire ne fait pas l’objet de beaucoup critiques. Certains regrettent seulement le manque d’intransigeance du Gouvernement sur le confinement mais reconnaissent les nombreux efforts du Gouvernement. Il faut dire en effet qu’Andry Rajoelina s’appuie sur les recommandations des scientifiques. Avant même l’entrée du coronavirus sur le territoire malagasy, le Chef de l’Etat a consulté des médecins, des experts… Une manière pour lui de montrer que les décisions ont un fondement scientifique et non uniquement politique et qu’elles sont motivées par l’intérêt général. Ensuite, cela permet aussi au Président de montrer qu’il décide de manière collégiale. Pour autant, Andry Rajoelina ne veut pas laisser penser que c’est la science qui gouverne. Les experts proposent et lui dispose.
La Rédaction

Fil infos

  • Scandale dans la recherche du vaccin contre le Covid-19 - L’Afrique comme cobaye, selon deux officiels français !
  • Confinement partiel - Stop ou encore ?
  • Lutte contre la propagation du coronavirus - L’Etat commande 5 millions de cache-bouches aux industries locales
  • Coronavirus à Madagascar - Le ver est dans le fruit
  • Dépistage massif au CCI Ivato et Ankorondrano - Les initiatives du Président rassurent les étrangers et les nationaux
  • Réquisition de la presse privée - Un débat futile et honteux !
  • Traitement du COVID-19 à Madagascar - Des signes encourageants de guérison !
  • Coronavirus - Le Président a confiance en la capacité du pays à maîtriser la pandémie
  • Madagascar face au coronavirus - Le SEFAFI interpelle sur les défaillances du système
  • Croisade contre la pandémie - Andry et Mialy Rajoelina sur le terrain

La Une

Recherche par date

« April 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff