Nos archives web

Juste près de la grande surface Score Antsahabe, le trottoir est souillé de sang. Sur les lieux, un chef de famille d’une quarantaine d’années fut mortellement touché par une balle perdue à Antsahabe, vers le début de l’après-midi hier. C’est le triste bilan d’un violent échange de tirs ayant opposé deux équipes de la Police et deux assaillants en fuite. Les faits sont survenus à quelques pas du tunnel d’Ambanidia. La victime était encore juchée sur sa moto lorsque le projectile l’a atteint au niveau de la cuisse. De suite, les secours l’ont transporté d’urgence à l’HJRA Ampefiloha. Malheureusement, il a succombé des suites d’une hémorragie grave, et ce, en dépit des ultimes tentatives des médecins pour le sauver.
De par les coups de feu, les passants ont été terrorisés par les coups que l’on assista à un sauve-qui-peut général. Aussi des gens couraient  en direction d’Ambohijatovo, dans l’espoir de sauver leur vie. Mais qu’est-ce qui s’est passé au juste ? D’après la Police, elle a eu vent que des bandits ont préparé une attaque armée à Ambanidia Ankazotokana. Sitôt informés, des limiers de l’Unité spéciale d’intervention (UIR) et ceux du commissariat du 2e Arrondissement se sont rapidement dépêchés à l’endroit. La Police a dû livrer une course-poursuite avec les assaillants qui filaient à toute jambe vers le tunnel d’Ambanidia où l’un d’eux a été finalement capturé vivant. Celle-ci lui a confisqué une arme de poing et quelques munitions. Et l’autre qui a réussi à s’échapper est encore traqué, du moins au moment où nous écrivons ces lignes. « Dès que les suspects ont vu la Police rappliquer, ils n’ont pas hésité à faire feu sur ses éléments afin de couvrir leur fuite. C’est de cette manière qu’un projectile tiré par eux ont frappé le chef de famille à la cuisse gauche », explique-t-on du côté des Forces de l’ordre.
Quelques moments après les faits, les éléments de la Police ont embarqué la moto de la victime sur un pick-up. Lorsque les esprits ont commencé à s’apaiser sur place, un quinquagénaire, affirmant être le frère de la victime, est arrivé en scooter près du Score. Le nouveau venu n’était pas encore informé de la mort tragique de son frère cadet. « Nous avons fait notre rancart à cet endroit. Nous devons nous rendre à un deuil. C’est ici même que j’ai appris ce qui s’est passé. J’ignore encore ce qui lui arrive en ce moment ! », a déclaré notre interlocuteur pendant une conversation préludant à l’annonce de la mort de la victime.
Domicilié du côté d’Ambohimanga, notons que  le motard victime a laissé une veuve et quatre orphelins. L’enquête suit son cours.
Franck R.

 

L’éducation nationale fait face actuellement à différentes épreuves comme la menace du Coronavirus, et récemment la grève du syndicat des enseignants. Par conséquent, ce sont les élèves qui constituent les principales victimes, notamment ceux qui sont en classe d’examen. Afin de mettre en place des stratégies communs pour améliorer le système d’éducation dans le pays et de se préparer pour la tenue des examens officiels pour cette année, une réunion présidée par le ministre de  l'Education nationale, de l'Enseignement technique et professionnel, Iarintsambatra Rijasoa Andriamanana, s’est tenue hier à Anosy. Les 22 directeurs régionaux de l'Education nationale et de l'Enseignement technique et professionnel (DRENETP), répartis dans tout Madagascar, ont participé à cette réunion. Ces derniers ont réalisé un compte-rendu sur la construction des infrastructures scolaires afin d’offrir un environnement adapté des élèves.
Face à la propagation du coronavirus dans les îles sœurs et beaucoup de pays du monde entier, le ministère a partagé des informations nécessaires afin de se protéger. A leur tour, les DRENETP sensibiliseront le personnel et les élèves dans leur Région respective. Pour ceux qui n’ont pas pu venir à cette réunion, ils ont reçu les ordonnances à travers une viséo-conférence.
Anatra R.

Tout le monde doit se sentir concerné. Aujourd’hui, près de 80 % des entreprises ignorent ce que deviennent leurs déchets, une fois dans la poubelle. Ces chiffres sont notamment le résultat d’un sondage réalisé par la représentation de la société AC2V (Activité de compactage et de valorisation Verny) dans la Grande île. Une centaine d’entreprises ont ainsi été questionnées sur leurs habitudes en matière de consommation de boissons conditionnées dans des bouteilles en plastique et de traitement des déchets. Et effectivement, le sort des déchets est particulièrement sous-estimé dans les entreprises. Des solutions de tri ou autres pratiques ne leur ont pas été proposées, d’où cette situation. « Pour ma part par exemple, pendant mes dix années à la Direction de l’hôtel Akoa à Ivandry, j’ai été confrontée à la complexité de la gestion des déchets plastiques dans mon établissement. Une fois vides, les bouteilles en plastique contenant les boissons hygiéniques innondaient les poubelles de l’établissement. Certes, les collaborateurs récupéraient ces bouteilles pour les réutiliser mais au bout de trois à quatre utilisations, ils se retrouvaient au mieux dans la benne à ordures, ou au pire dans les rues, dans les canaux mais aussi dans les dépotoirs de Fokontany », a soutenu Martine Pless, représentante de l’entreprise AC2V, hier.
« Eco City »
Pour remédier à ce problème, « Eco City » a ainsi été lancée, en collaboration avec les associations Agir pour le Développement Durable et l’Economie Verte à Madagascar (ADDEV) et « Fanavotana » ainsi que la société Adonis. « Eco City » est un collecteur de bouteilles en plastique fabriqué à partir de deux fûts de récupération en acier et doté d’un ecopress, servant à compacter les bouteilles. Les produits obtenus seront ensuite récupérés par les femmes de l’association Fanavotana avant d’être vendus à Adonis. « Les collaborateurs des entreprises équipées d’un "Eco City" ne seront plus uniquement des consommateurs mais également des "consom’acteurs" de la préservation de la nature », rajoute cette responsable à l’initiative de ce projet. Le premier « Eco City » est notamment déjà en place dans l’immeuble Ivandry Business Center. En tout cas, ce système permettra aussi de générer toute une chaîne de valeur, offrant une source de revenus stables aux personnes touchées et un accompagnement dans la formalisation de leur propre entreprise de collecte. 
Rova Randria

Précision. Faisant suite aux instructions présidentielles datant du mardi dernier, l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) a tenu de faire des précisions, notamment par rapport aux vols extérieurs. Dans un communiqué publié hier, les vols d’évacuation sanitaire (Evasan) sont autorisés sous réserve de l’acceptation du pays de destination. Un engagement des membres de l’équipage et des passagers pour la mise en quarantaine à leur retour demeure également important. Une information qui a été soulignée par le conseiller technique auprès du ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Yves Ramanarijaona Rabary, lors d’un point de presse effectué hier au siège dudit ministère. « L’Evasan reste autorisée dans le cas où le pays hôte accepte de recevoir le patient », avance-t-il.
D’autres points ont été également mis en exergue. Il s’agit notamment de la continuité des vols domestiques. Selon l’ACM, les vols intérieurs ne sont pas concernés par la restriction. Par conséquent, ils ne sont pas suspendus. A cela s’ajoutent les vols de fret régionaux et long courrier ainsi que les vols cargo. Le débarquement des passagers et équipages de ces vols est interdit. Par contre, les équipages qui sont contraints de travailler ne sont pas autorisés à sortir de l’avion. En ce qui concerne les vols de rapatriement, ils doivent être sur demande des pays ayant obtenu une dérogation émanant des autorités. Chaque vol aller sera effectué en ferry, c’est-à-dire un vol à vide vers Madagascar.
Recueillis par K.R.

« La Chine n’a pas trouvé le remède miracle. C’est le civisme et la discipline qui ont vaincu le monstre. Faisons pareil », écrit un Facebooker malagasy. Trois courtes phrases qui en disent long sur la plus importante des mesures à observer par tous, sans exception, pour venir à bout de la plus sévère crise sanitaire mondiale des temps modernes. La Chine, l’épicentre initial de la pandémie de coronavirus, est en train de faire rayonner l’espoir.
Aucun nouveau cas d’infection n’est enregistré dans l’empire du Milieu, ces derniers jours. Sans crier victoire toutefois. Le traitement des malades continue et les mesures prophylactiques qui s’imposent en pareille situation se maintiennent. En Chine, les gens se conforment aux consignes données. C’est peut-être le résultat de l’idéologie communiste ou du totalitarisme au niveau des comportements individuels.
En réalité, la pandémie, à son stade actuel de propagation, sévit plus dans les pays dits démocratiques de l’Ouest, où les libertés publiques sont beaucoup plus prononcées qu’ailleurs, que dans les pays à démocratie embryonnaire. L’augmentation du nombre de morts en Italie et en France, entre autres, est révélatrice du fonctionnement des sociétés occidentales en temps trouble, amplifié par la crise du coronavirus. Incontestablement, la discipline reste l’arme la plus puissante pour s’assurer une immunité collective. La Chine donnerait une leçon à ce propos.
Une tactique réussie
Outre la Chine, l’épidémie aussi est désormais largement contrôlée par certains pays et notamment à Taïwan. L’archipel à quelque 200 km de la Chine, avec moins de 60 cas de contamination, fait aujourd’hui figure de modèle. L’île a mis en place des mesures extrêmement tôt, ce qui a été vu comme une tactique réussie. Les autorités taïwanaises imposent une quarantaine à tous les voyageurs en provenance d’Europe, devenue le principal foyer de l’épidémie.
Le monde entier vit au rythme de coronachose [koronakoz] ces dernières semaines marquées par l’intensification des mesures nationales dans l’espoir d’enrayer la pandémie de coronavirus qui affecte de plus en plus de pays. Le scepticisme gagne du terrain chez les moins optimistes qui voient dans la propagation rapide de la maladie le vrai visage de la plus grande menace existentielle. Le nombre de victimes et la panade, qu’elle cause aux économies, inoculent la sensation d’impuissance dans les sociétés.
La virulence du coronavirus déclenche une crise mondiale sévère. Elle jette la planète dans des incertitudes sans précédent et dans un état de méfiance permanent qui nourrit l’angoisse. La multiplication des mesures de fermeture des frontières et de confinement individuel ou collectif radicalise « la distanciation sociale » un peu partout. Dans ce contexte, les vrais/faux conseils et suggestions s’échangent à la vitesse de l’éclair sur les réseaux sociaux. Mais rarement l’invitation à la consolidation du civisme. Au contraire, des énergumènes s’amusent à propager des intox de nature à déclencher la panique générale.
Danger potentiel
 « Madagascar fait partie des rares pays exceptionnellement non touchés jusqu’ici. (ndlr : avant la déclaration du Président de la République). Nous espérons, et c’est le vœu le plus cher de tous, que son cas restera tel le plus longtemps possible. La situation change à tout instant. La prise de décision en dépend en conséquence », souligne la ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Andriatongarivo, hier, lors de l’émission hebdomadaire « Mba tsy tompon-trano mihono » diffusée par 112 stations radios réparties sur toute l’île.
La porte-parole du Gouvernement insiste à dire que l’Etat n’entendra jamais à camoufler les informations sur la situation qui prévaut au pays. Dans le cas contraire, ce serait exposer la vie de tous les habitants sans exception à un danger potentiel. « Les dirigeants font leur travail pour protéger la population ! Il ne sera nullement de notre intérêt que le Covid-19 parvienne à s’introduire chez nous. Le virus ne fait pas la distinction entre pro et anti-régime. Tout le monde y est exposé », s’écrie la ministre.
Manou Razafy

La une du 21 mars 2020

Publié le vendredi, 20 mars 2020

Les stocks disponibles sont suffisants. Dans le cadre de mesures de prévention prises contre la propagation du coronavirus à Madagascar, le ministre de l’Economie et des Finances ainsi que le directeur général des douanes ont effectué une descente à Toamasina, avant-hier. Cette descente a notamment été une occasion pour vérifier que les mesures mises en place sont parfaitement respectées. Cette descente a également permis aux autorités de faire le bilan des importations en PPN (Produits de première nécessité). « Face à des risques de manipulations malintentionnées de la situation visant à augmenter les prix des PPN sur le marché, nous réitérons que suivant les statistiques disponibles, Madagascar dispose de suffisamment de stocks. En se référant à  l’historique des importations, les chiffres montrent en effet un net accroissement des stocks. Pour le riz par exemple, pour l’année dernière, les stocks ont respectivement atteint les 24 900 tonnes au mois de janvier et les 32 700 tonnes en février 2019, contre 79 200 tonnes et 43 100 tonnes pour les mêmes mois de cette année. Il en va de même pour le sucre et l’huile alimentaire » a expliqué Zafivanona Ernest Lainkana directeur général des douanes, hier, en marge de sa visite à Toamasina.
Les importations se font généralement en vue d’une vente pour les prochains mois. Donc même dans l’éventualité d’une fermeture complète des frontières, Madagascar ne devrait pas connaître de pénurie. Mais il y a peu de chance que nous parvenions à une telle situation extrême car la pandémie est en mouvement et si certains pays sont confinés, d’autres s’ouvrent peu à peu. « Toutefois, toutes les mesures nécessaires se mettent en place afin d’anticiper et gérer la situation au mieux. Chacun doit apporter sa part de responsabilité et toute sorte d’abus doit-être sévèrement punie. Les différents départements concernés se donnent la main pour un contrôle strict des prix sur le marché pour ne pas pénaliser les consommateurs » notifie Richard Randriamandrato, ministre de l’Economie et des Finances.
En tout cas, pour ne pas léser le secteur de l’importation et ne pas décourager les compagnies maritimes à venir à Madagascar, sans oublier tous les impacts socio-économiques, la question de la mise en quarantaine des bateaux pourrait être revue prochainement.
Rova Randria

Coronavirus - Madagascar s’isole

Publié le jeudi, 19 mars 2020

Plus aucun vol de passagers en provenance de l’extérieur n’est autorisé à atterrir sur le tarmac de l’aéroport international d’Ivato. Le dernier vol autorisé à entrer à Madagascar a atterri hier à 23h59, sauf changement. Désormais, seuls les avions cargos et de transport de marchandises pourront poursuivre leurs activités, afin d’approvisionner le pays, notamment en produits courants de consommation. Et ce, conformément à l’annonce faite par le Président de la République Andry Rajoelina, au cours d’un Conseil des ministres restreint cette semaine. Devant la presse, il avait annoncé la suspension totale de toutes les liaisons aériennes régionales et internationales entre Madagascar et les autres pays du monde, pour une durée de 30 jours. La nouvelle décision concerne principalement les vols en provenance du Kenya, d’Afrique du Sud, de Maurice ou encore d’Ethiopie. La suspension des vols en provenance d’Europe, de La Réunion et de Mayotte avait, en effet, été annoncée quelques jours plus tôt. Selon des indiscrétions, deux vols de rapatriement seraient toutefois autorisés. Les avions viendraient à vide pour rapatrier notamment les ressortissants français à Madagascar.
La décision de fermer le ciel malagasy a été prise face à la rapide propagation de la pandémie de coronavirus dans le monde et particulièrement en Afrique et dans l’océan Indien. Epargnée jusqu’à ces derniers jours, l’île Maurice a annoncé avant-hier trois cas avérés de coronavirus sur son territoire. Trois personnes ont été testées positives au Covid-19, devait indiquer le Premier ministre mauricien. Madagascar fait donc partie des rares pays dans le monde où le coronavirus n’a pas fait son entrée. Et l’Etat malagasy fait tout son possible pour que le pays soit épargné. Pour ce faire, les contrôles des arrivées à Ivato se sont renforcés drastiquement ces derniers jours. Tous les passagers en provenance de l’étranger sont soumis à un contrôle de température, priés de se placer en situation de quarantaine et dépistés. Le Président Andry Rajoelina avait annoncé mardi l’importation de dispositifs de dépistage rapide de la maladie, afin de permettre de confirmer ou non l’infection dans un délai de 20 minutes. Notons que la décision de suspendre toutes les liaisons aériennes pourra être reconduite selon l’évolution de la situation.
La Rédaction

Le 13 mars dernier, les hommes de la section de recherche criminelle de la Gendarmerie ont jeté trois individus dans leurs filets à Anosibe Angarangarana. Motif : Détention et surtout transaction de fausses coupures de banque d’une valeur numéraire de 7 millions d’ariary.
Après la phase de l’enquête préliminaire, puis le récent déferrement de l’affaire au Parquet, les trois larrons furent finalement placés en détention provisoire à la maison de force à Tsiafahy.
L’enquête a révélé que les concernés avaient déjà mis en circulation 3 millions d’ariary de ces fausses coupures avant que les Forces de l’ordre ne les surprennent avec ces 7 millions d’ariary constitués par des coupures de 20 000 ariary. C’est un militaire répondant au nom de
S. qui a acheté le billet de 20 000 ariary contre 4000 ariary. La transaction s’est produite le 12 mars dernier du côté du Paraky à Soanierana. Ce dernier fut également interpellé.
Par ailleurs, D., le présumé pourvoyeur en faux billets domicilié à Nambolempary Ambositra, demeure encore introuvable, du moins pour le moment. Un constat général s’impose. Cette ville de la Région d’Amoron’i Mania défraie souvent la chronique à cause des faits similaires. C’est parce qu’un réseau de contrefacteurs, pour le moment non identifié, et qui possède des ramifications s’étendant jusque dans la ville de Mahajanga ou celles du Sud-est, agit dans l’ombre. Certes, les Forces de l’ordre ont déjà multiplié les coups de filet. Mais « l’hydre » de la contrefaçon, si l’on puisse la qualifier ainsi, est loin d’être décapitée.  Les derniers faits en date remontent en décembre 2019 à Ambositra où la Police a procédé à une série d’interpellations, soit 5 incriminés,   toujours pour affaire de faux billets de banque.
Et preuve que cela aurait pu être le fait d’un réseau, les concernés ont été poursuivis pour fabrication et circulation de fausses coupures de 20 000 ariary. Ils furent dénoncés par des informateurs de la Police. Les fausses coupures auraient dû servir à des achats mais aussi à des dépôts dans des kiosques spécialisés en mobile banking.
Franck R.


La situation météorologique de ces trois prochains jours se définit par un flux variable localement instable. Plus de précipitations sont attendues sur la partie Est de Madagascar. A cela s’ajoutent les pluies sur les Hautes terres, sur la moitié nord de l'île, ainsi que sur la partie continentale d'Atsimo Andrefana. Le temps  ne sera pas par contre sec sur les Hautes terres qu’à partir du dimanche.
Ce jour, des pluies  voire des averses orageuses sont prévues avec une température minimale de 14° Celsius et maximale de 35° Celsius. Demain, un temps sec sur le littoral ouest et sur la moitié sud de l'île sera observé. Par contre, le reste du pays  va s'attendre à des pluies avec possibilité de pluies éparses sur les Hautes terres. Les températures vont subir une baisse sur les Hautes terres ainsi que sur les côtes Est. Ce dimanche, des averses orageuses se déclencheront sur Boeny, Melaky, Bongolava et Menabe. En revanche, des pluies toucheront Analanjirofo et Toamasina pouvant être accompagnées d'averses sur Nosy Be et Sambirano. Le reste de l'île retrouvera un temps sec. Le degré de la chaleur demeurera stationnaire par rapport à celui de la veille.
En outre, le risque de fortes pluies reste modéré à fort le long des côtes centre -est du pays. Ainsi, la vigilance est mise à jour. Les Districts de Mahanoro, Antanambao Manampotsy et Vatomandry sont classés rouge tandis que Vavatenina, Fenoarivo Atsinanana, Toamasina I - II, Brickaville et Nosy-Varika sont catégorisés jaune.
Recueillis par K.R.


Fil infos

  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire
  • Coronavirus - Une prime de risque pour le personnel de santé
  • Mesures de restriction face au coronavirus - « Priorité à l’intérêt général », selon la CNIDH
  • Réquisition des Stations radio et TV - Dernier avertissement de Lalatiana Andriatongarivo

La Une

Recherche par date

« March 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff