Nos archives web

Les Barea de Madagascar ne participent pas aux Jeux africains qui se dérouleront du 19 au 31 aout à Rabat Maroc. Pour cause, cette compétition est réservée pour les U20 pour la discipline football. Effectivement, l’allégation du directeur général du sport, Rosa Rakotozafy dans la station de la radio nationale a étonné plus d’un. En mentionnant que « les Barea ne seront pas qualifiés car, pour être qualifié, seules les disciplines médaillées d’or aux Jeux des îles de Maurice ont été sélectionnées ». Pourtant, au mois de mai, la CAF a déjà annoncé  que « ce sont les équipes nationales U20 qualifiées pour la dernière CAN de la catégorie au Niger qui disputeront le tournoi de football des Jeux africains 2019 (19-31 août) au Maroc. « Ce changement est dû au fait que le dernier tour des éliminatoires de le CAN U23 aura lieu en septembre prochain et non en juin afin d’éviter le déroulement des matchs pendant la CAN Egypte 2019 », lit-on dans le courrier adressé pour l’instance continentale aux associations membres.
Ainsi, les Jeux des îles ne sont pas du tout un critère de qualification aux Jeux africains pour le football encore moins pour les régions de l’Océan indien.

La nuit du 15 juin, l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) d’Ambodifototra à Sainte-Marie avait été cambriolée. Ce n’est que deux mois après, précisément la journée du lundi 5 août que les trois présumés auteurs du forfait ont été arrêtés. Ils furent déférés au Parquet le même jour. De plus, une partie du butin fut retrouvé dans un cimetière situé à un endroit non loin de l’église même et une autre chez un suspect. Il est constitué de deux baffles, d’un ampli, d’une table de mixage, d’un câble ainsi que d’un émetteur micro.  Cette découverte fut le fruit d’une enquête menée par les Forces de l’ordre. Elles ont pu remonter la piste des suspects à la suite d’un fait presque anodin de société. Un individu avait cherché à revendre un ampli. Il a trouvé rapidement un preneur, qui était loin de se douter de quelque chose. L’acheteur était rentré chez lui avec le matériel. Or, c’est là où le bât blesse. Son épouse était horrifiée en voyant l’ampli car elle le reconnaît comme étant la propriété de l’église catholique.

Depuis 2016, l’Ecole supérieure de multimédia (ESM) sise à Ampandrana n’a délivré aucun diplôme de technicien supérieur (DTS). Ces dernières semaines, l’un de ses étudiants s’est plaint sur le réseau social Facebook de ne pas avoir reçu son diplôme au terme de ses études. Il a même qualifié cet institut supérieur « d’école pas sérieuse ». Face à de tels propos, Randrianarimalala Lanto Erick, directeur général de l’ESM a tenu à apporter des explications. D’après ses dires, en réponse à la demande du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle de renouveler l’accréditation et l’homologation de tous les instituts supérieurs dont l’ESM, la délivrance des diplômes a été suspendue en 2016. Avec l’élaboration du dossier technique à remettre qui a requis la consultation des responsables hiérarchiques ainsi que les allers-retours au ministère de tutelle pour les corrections, tout cela a duré trois longues années. Entre-temps, la formation s’est toujours poursuivie et les mémoires de fin d’études ont été soutenus. Cependant, des procès-verbaux signés par les représentants ministériels ont été enregistrés en guise d’engagement du ministère à la délivrance des diplômes.  Suite à la visite du ministère en charge de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle pour contrôle de conformité en 2018, l’ESM a reçu un avis favorable pour reprendre la délivrance des diplômes. Dans environ un mois, tous les étudiants concernés de  l’ESM vont ainsi s’en servir. La Direction prévoit également d’organiser une cérémonie de sortie de promotion pour les étudiants attendant impatiemment leur DTS.

La décision concernant la date de la tenue des élections communales et municipales sera tranchée sous peu. L’annonce a été faite hier par le Président de la République, Andry Rajoelina. Et ce, au cours d’une interview, en marge de la cérémonie de prestation de serment du nouveau directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO), en la salle d’audience de la Cour suprême à Anosy. Selon le calendrier proposé initialement par la CENI, les prochaines élections communales et municipales devaient avoir lieu le 28 octobre 2019.  Une date que le Gouvernement a décidé de ne pas retenir. A entendre le Président Andry Rajoelina, l’indécision de certains partis politiques, expliquerait le non maintien de la date initiale proposée par la CENI. Le Chef de l’Etat semble viser le parti politique de l’ancien président Marc Ravalomanana. Au début du mois dernier, le Tiako i Madagasikara avait en effet demandé la révision spéciale de la liste électorale avant la tenue des élections communales. Selon le numéro Un de l’Etat, ce parti d’opposition aurait menacé de boycotter ce scrutin de proximité en cas de non satisfaction de cette demande. Ce même parti, qui aujourd’hui, demande pourtant le maintien des élections communales et municipales à la date proposée par la CENI. « Nous devons avancer dans le respect des lois. Si on veut des élections, on fera des élections, si cela est le choix de la majorité », précise toutefois l’ancien édile de la Ville des mille. Le Président de la République indique qu’il va prochainement requérir les avis de tous les acteurs concernés par ces élections communales. « Ce qui est drôle chez nous, c’est cette manie qu’ont certains de s’opposer machinalement à ce qui se passe. Quand on dit qu’il faut avancer, il y en a toujours certains qui s’y opposent  et soutiennent qu’il faut s’arrêter », ironise le Président de la République. Une décision sera prise incessamment au niveau du Conseil des ministres concernant la date de la tenue de ces élections communales et municipales, dit-il.

Un ATR72-500 de la compagnie nationale Air Madagascar à destination de l’île de la Réunion a dû retourner à l’aéroport d’Ivato lundi. Après 35 minutes de vol, le pilote s’est résolu à faire demi-tour suite à un problème détecté au niveau du moteur. Bien qu’il ne soit obligé d’effectuer cette manœuvre, il l’a tout de même fait par prudence.  « Le pilote était certainement en mesure de continuer son vol jusqu’à destination et d’y faire les réparations nécessaires si besoin. Mais il n’a pas tort également de revenir à Ivato », rassure un ancien pilote. Après quelques réglages, l’aéronef est de nouveau opérationnel et a continué ses services. Plus de peur que de mal ainsi pour les passagers contrairement aux personnels navigants qui semblent s’habituer à ce genre de situation, notamment avec cet ATR72-500. Les informations partagées sur les réseaux sociaux indiquent en effet que cet appareil, appartenant à la compagnie EWA, tombe souvent en panne.

Une semaine après la chute dramatique et mortelle de la passagère d’un Piper, la jeune Britannique d’une vingtaine d’années répondant au nom d’Alana Cutland, son corps a été finalement retrouvé dans la Commune de Mahadrodroka dans le District d’Analalava, hier matin. C’étaient les gendarmes de l’opération de recherche et des membres du fokonolona, qui ont fait la découverte. Le cadavre de la jeune femme est déjà assez abimé, d’après une source. Notons qu’elle a chuté dans une zone boisée et se trouve sur une hauteur, d’où la difficulté des recherches. La source avance également que le corps retrouvé et veillé à bord d’un camion depuis hier sera récupéré par un hélicoptère ce jour. Après les enquêtes d’usage, le corps sera vraisemblablement remis à sa famille qui décidera si elle le rapatriera en Angleterre ou  l’incinérera à Madagascar. Rappelons que l’appareil a décollé d’Anjajavy le 25 juillet dernier et faisait cap sur la Capitale. A son bord, il y avait 3 personnes dont le pilote, la victime ainsi qu’une compatriote de celle-ci. Le terrible accident est survenu cinq minutes après le décollage et la victime a fait une chute d’au moins 1200 mètres dans le vide au-dessus d’une zone forestière. 

La une du 7 août 2019

Publié le mardi, 06 août 2019

Au nom des intérêts …

Publié le mardi, 06 août 2019

L’affaire Bekasy réapparait. La presse fait état de la résurgence sur la place publique de ce « dossier » que l’on croyait étouffé et classé …sans suite. Johnfrince Bekasy fait parler de lui de nouveau. Alors qu’il croyait toujours inaccessible et inattaquable comme ce fut le cas à l’époque du régime HVM, Bekasy n’est pas, loin de là, sorti de l’auberge. Toujours sous la coupe d’une « tourmente judiciaire » dixit un confrère d’autre quotidien de la place, l’ « affaire » refait surface. Selon le procureur en charge du dossier, Mahonjo Berthin, auprès du Pôle Anti-Corruption (PAC), l’instruction du dossier relatif à l’affaire dite « Bekasy » serait en phase d’être bouclée. D’ici quelques petits mois, celui qui se considère comme étant l’homme fort de l’ex-Faritany d’Antsiranana serait fixé sur son cas. Johnfrince Bekasy, originaire du grand Nord, clame toujours son innocence. Il persistait et signait qu’il disposait, entre les mains, tous les papiers justifiant son statut d’opérateur économique légal qui au fait concentrait ses activités dans l’exploitation de façon licite, selon ses propres dires, des richesses naturelles, entre autres, les bois  de rose. Inculpé pour « des faits de corruption et infractions financières dans le cadre de trafic de bois de rose », Bekasy écopait d’un mandat de dépôt, une mise en peine préventive, le 28 septembre 2015. En fait, après avoir comparu devant la Chaine pénale anti-corruption (CPAC), l’aïeule du Pôle Anti-corruption (PAC), Johnfrince Bekasy a dû passer quelques semaines en prison. Mais, comme par enchantement, l’homme « disparaissait » et se trouvait par miracle en dehors du territoire. En réalité, il a été discrètement libéré. Ainsi, le procureur de la Cour spéciale dans la lutte contre le trafic des bois précieux (bois de rose et d’ébène) Mahonjo Berthin confirma lors des rapports d’activité du PAC que l’instruction de ce dossier sulfureux arrive en phase finale.  Mais, d’autres dossiers aussi brûlants sont en instance de dénouement. Les affaires Mbola Rajaonah et celle Claudine Razaimamonjy et bien d’autres attendent leurs sorts.

Les scellages continuent. Après la Région de Betsiboka, la délégation du ministère des Mines et des Ressources stratégiques enchaîne avec celle de Diana. Effectivement, dans la Commune rurale de Betsiaka, plus précisément à 32 km de la ville d’Ambilobe, l’exploitation aurifère n’a aucune retombée sur les riverains, encore moins sur l’économie du pays ou les caisses de l’Etat malagasy. Pourtant, l’exploitation de Betsiaka date déjà de plusieurs décennies. « Ce genre de situation est inacceptable. Chaque acteur devra se conformer aux normes imposées à toute exploitation minière. La formalisation de ses activités reste la seule garantie de ses profits. Ce premier contrôle servira d’avertissement. Nous allons poursuivre nos actions afin de lutter contre le pillage des ressources minières dans les localités abritant des exploitations. Ainsi, les richesses enfouies dans notre sous-sol contribueront au réel développement de notre pays », a soutenu Fidiniavo Ravokatra, ministre des Mines et des Ressources stratégiques, le week-end dernier, au cours de ses échanges avec les opérateurs présents sur les lieux.

L’affaire du triple meurtre de Toamasina en mai 2019 connaît une nouvelle évolution. Récemment, le suspect principal prénommé Zaka ainsi que ses acolytes ont été arrêtés. L’assassinat de Francisco Perez (64 ans), cet expatrié de la Guadeloupe, de son épouse malagasy du nom de Soa Monica (48 ans) ainsi que l’enfant de 7 ans du couple en mai 2019, dans leur domicile du Dépôt 4 à Toamasina, avait défrayé la chronique. Les corps atrocement défigurés des malheureux ont été retrouvés dans leur domicile. Depuis, les soupçons pesaient sur un certain Zaka, qui n’est autre que le gardien au service de la petite famille. Ce dernier s’est enfui depuis le moment de la triple découverte macabre.  Depuis, la Brigade criminelle qui enquête sur cette triste affaire, sous la houlette du commissaire Gerverin Raelison,  n’a pas chômé. Elle a reçu un renseignement comme quoi le gardien fuyard se serait caché à Masomeloka, Mahanoro. Et qu’il n’était pas seul. Ses supposés complices s’y trouvent également. Vendredi dernier, un certain Bary Jean, un autre suspect potentiel fut arrêté en premier. D’ailleurs, le concerné a fait l’aveu et a indiqué où se sont cachés Zaka et sa femme. Le même jour, cette dernière fut également interpellée. Quant à Zaka, il a réussi à prendre la poudre d’escampette. Cependant, il n’a pas pu aller loin car hier, il était tombé à son tour dans le piège des Forces de l’ordre.

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Recherche par date

« August 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff