Nos archives web

Medias - Le grand Franck Raharison n'est plus

Publié le dimanche, 19 janvier 2020

C'est avec une grande consternation que le milieu de la presse malagasy a appris hier matin le décès d'un des illustres journalistes du pays. Il s'agit de Franck Raharison, fauché par la mort à l'âge de 70 ans à la suite d'une maladie qui l'a affaibli ces derniers mois. Signant ses articles sous le sigle de F.R., Franck Raharison, c'est presque plus de trois décennies dans le milieu du journalisme malagasy. Déjà en France, des articles signés par lui paraissaient dans le journal français « Le Monde », dans les années 80.

 

Autosuffisance alimentaire. L'expression était pour la première fois parvenue aux oreilles de la plupart des Malagasy dans les années 80 lorsque le Président de l'époque, Didier Ratsiraka avait laissé entendre que les pays qui seront autosuffisants du point de vue alimentaire dans les années 2000 seront des pays puissants. Un objectif que Madagascar n'a toujours pas atteint jusqu'ici, preuve en est les importations massives de produits de première nécessité du pays. Cette autosuffisance alimentaire figure justement parmi les « Velirano », autrement dit, les engagements, du Président de la République Andry Rajoelina. Un objectif qui semble être atteignable plus tôt que prévu.

 

Reboisement national - Le plus important à faire

Publié le dimanche, 19 janvier 2020

Une ferveur populaire sur fond d'élan patriotique a accompagné le coup d'envoi de la campagne nationale de reboisement donné ce dimanche. Toutes les Régions de l'île se sont mobilisées autour de ce devoir sacré pour la patrie et les générations futures. L'événement dont l'épicentre a eu lieu à Fararazana Ankazobe en présence du Président Andry Rajoelina a coïncidé avec la célébration du premier anniversaire du début effectif de son mandat électif.

 

LA UNE DU 20 JANVIER 2020

Publié le dimanche, 19 janvier 2020

Chaque élève ayant rempli les critères requis pourra passer l’examen officiel du CEPE, BEPC ou Baccalauréat. Pourtant, des écoles privées à Antananarivo et dans les autres régions bafouent ce droit, si l’on tient compte des plaintes reçues auprès du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel (MENETP) ainsi que par l’Office national de l’Enseignement privé (ONEP). « Certains établissements imposent d’autres critères à leurs élèves inscrits aux examens officiels. Ceux qui obtiennent une moyenne inférieure à 10/20 sont écartés à toute participation. Il en est de même pour ceux dont les parents n’ont pas pu régler à temps les frais de scolarité. Nous avons reçu de nombreuses plaintes émanant des parents quant à ces agissements, lesquels restent illégaux et bafouant les législations en vigueur », informe Andriamiakatsilavo Raoniherijaona, directeur de l’Education fondamentale (DEF) au sein du MENETP. Puisque passer les examens officiels est un droit des élèves, ce responsable interpelle les responsables d’établissement à le respecter. Ces derniers le négligent pour garder leur réputation, notamment avec les meilleurs taux de réussite.

Convocation et descente sur place

Pour sa part, le directeur de l’ONEP en la personne de Marcellin Tsarasidy a précisé que pour Antananarivo, 9 plaintes y afférentes ont été reçues à quelques semaines de la fin de la précédente année scolaire. « Notre rôle étant d’obliger les établissements à inscrire leurs élèves aux examens officiels ainsi que de délivrer les convocations y afférentes. Pour ce faire, nous convoquons les responsables d’écoles, suite aux plaintes des parents. Dans les cas les plus compliqués, nous sommes contraints de faire une descente sur place, pour constater de visu les faits et d’arranger les choses. Dans tous les cas, cette situation nécessite une stratégie pour considérer à la fois les intérêts des élèves, des parents et des responsables d’établissement », souligne ce responsable. Concernant l’examen du baccalauréat, l’ONEP négocie avec l’Office du Bac pour le cas des candidats inscrits dans les établissements sans autorisation d’ouverture. « Les négociations sont uniquement valables pour les établissements ayant des dossiers en cours au sein de l’Office. Une quinzaine d’établissements en étaient concernés en 2018-2019, non seulement à Antananarivo mais aussi à Mahajanga et Antsiranana. Pour ces derniers, la situation a pu être réglée via des appels téléphoniques et des échanges d’E-mails », ajoute le responsable.
Patricia Ramavonirina

Défi titanesque

Publié le vendredi, 17 janvier 2020

Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle.

Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les rapides du monde, l’une des plus alarmantes sinon préoccupantes du monde tropical. A ce rythme, la forêt malagasy disparaitra de la surface de la Grande Ile  seulement en l’espace de 10 à 15 ans. La légendaire « Alan’Atsinanana » serait une histoire ancienne.

Et dire que Madagasikara cartonne avec les sinistres records. D’après le classement qui n’a pas été encore revu à la baisse, la Grande Ile fait partie des cinq pays les plus pauvres du monde. Les pays comme l’Archipel des Comores ou le Bangladesh se permettent de nous distancer ! La Capitale de Madagasikara caracole en tête de liste des capitales les plus sales d’Afrique.  L’International Transparency (IT) nous classe parmi les pays les plus corrompus d’Afrique. L’indice de perception de la corruption du pays recule d’une année à l’autre. Nous osons espérer que grâce aux efforts consentis par le régime IEM par le biais du BIANCO, du PAC et les sensibilisations menées par les dirigeants en l’occurrence le Chef de l’Etat et le Premier ministre, Madagasikara se verra améliorer son classement. Ne serait-ce qu’un ou deux points ! L’essentiel c’est qu’on ne recule plus. Et voilà, nous sommes parmi les quatre pays du monde où la vitesse de déforestation en est la plus rapide.

Il y a urgence ! L’Initiative pour l’Emergence de Madagasikara (IEM) accorde une place importante à la sauvegarde de l’environnement dont entre autre la protection de la forêt. Le « Velirano » du Président Rajoelina, dans le point V, identifie la protection de l’environnement en particulier la nécessité de la mise en œuvre urgente d’une politique de reforestation comme étant une priorité nationale.

Le défi est colossal voire titanesque. Le reboisement, on en a fait toujours mais les résultats demeurent insuffisants. En réalité, tout se résume en une banale « sortie en plein air » ou une simple « excursion » du Département où tout le monde joue le rôle de « m’as-tu vu ! ». Désormais, on passe aux choses sérieuses. Place au concret ! La mobilisation générale nationale est décrétée. Le Chef de l’Etat Rajoelina en personne retrousse les manches et met la main dans la boue.  Le Gouvernement en totalité va en ordre de marche !

La journée de demain sera placée sous le signe de Tagnamaro national où tout le monde, sans exception, doit se sentir concerné.  


A l’approche d’un éventuel remaniement du Gouvernement, des ministères se trouvent dans une zone de turbulence provoquée. C’est le cas  du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et le ministère de la Communication et de la Culture ainsi que le ministère de l’Enseignement supérieur.

Dans une semaine, le Gouvernement de Christian Ntsay aura un an. Ce qui signifie que le Gouvernement aura à faire face à une évaluation présidentielle. Du coup, les suppositions vont bon train sur le remaniement éventuel du Gouvernement. Qui remettra son tablier et qui sera reconduit ? En tout cas, des candidats au poste de ministre sont déjà dans les starting- blocks. Il s’agit d’une conquête politique, mais une conquête politique qui devrait quand même faire montre d’une certaine honnêteté.

Parmi ces stratégies figurent des grèves. C’est le cas notamment au ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche où des employés ont décidé cette semaine de débrayer. Il s’agit des agents  de l’ex-ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques qui avancent des arguments peu fiables pour expliquer leur grève. Leurs explications entre autres concernent le traitement inégalitaire dans la répartition des postes et des véhicules lors de la fusion des ministères, l’accaparement des directions transversales et des directions régionales par les agents de l’agriculture et de l’élevage. Pour ces grévistes, ils réclament la séparation de nouveau de ce grand ministère. Les observateurs voient d’un mauvais œil ces revendications et révèlent la vraie raison de cette grève à savoir, le désir d’un politicien ou personnalité d’occuper le poste ministériel du département. Or, la décision de fusionner les deux ministères s’explique par l’austérité prônée par le Président de la République dès sa prise de fonction. Cela se fait ainsi  dans l’intérêt général pour le bien de la Nation et du pays.

Autre ministère victime des attaques en règle mais non fondées est celui de la Communication et de la Culture. La ministre Lalatiana Andriatongarivo a pris la décision de ne plus renouveler le contrat de certains Employés de courte durée (ECD) dans son département, notamment à la Télévision Malagasy. Cela fait suite au constat du sureffectif du nombre du personnel au sein de la chaîne nationale et dont la moitié des ECD. Après avoir effectué l’évaluation de certains d’entre eux et vérifié l’utilité de leurs services à la TVM, il a été décidé de mettre fin au contrat de quelques-uns. Une décision profitée par des personnes qui ont des griefs contre la ministre Lalatiana Andriatongarivo qui, dès le lendemain de sa nomination, a opéré un vague de changements et réforme dans le ministère ainsi qu’au niveau des chaînes publiques, radio et télévision. Des réformes qui ont perturbé « la zone de confort » dans laquelle se trouvaient depuis des années quelques têtes de la TVM. Et pourtant, les ECD savent pertinemment que le contrat qui les lie avec l’employeur est loin d’être de tacite reconduction mais peut –être rompu si ce dernier estime que leurs services ne sont plus nécessaires. C’est d’ailleurs écrit noir sur blanc dans le contrat signé à chaque début d’année. Mais comme c’est un argument comme tant d’autres pour faire monter la tension, les profiteurs l’ont utilisé à « bon escient ». Le président de l’ordre des journalistes, en précampagne, est, lui aussi, venu ajouter de l’huile sur le feu comme si le fait de dénigrer la ministre de la Communication constituerait des atouts pour sa réélection à la tête de l’ordre. Pire, il est allé jusqu’à mettre sur le dos du MCC les fait incriminés par d’autres ministères à l’instar de celui de la Défense nationale aux journalistes.

A priori, la grève et le dénigrement de certains ministres n’est pas le fruit du hasard mais calculés pour être entendu par qui de droit à la veille du remaniement….
Boaza

La saisine de la Haute Cour constitutionnelle du président du Sénat, pour demander la caducité des ordonnances prises par le Président de la République, fait réagir au sein de la Chambre haute. Au cours d’un point de presse, hier à Andrefan’Ambohijanahary, des sénateurs sont sortis de leur silence pour fustiger l’attitude du tenant du perchoir d’Anosikely. Pour ces membres de la Chambre haute, la démarche de Rivo Rakotovao est unilatérale. Les Rabenony Andrianirina, Rajobson Hoela Johary, Randriambololona Mananjara, Rakotomanana Honoré, etc, ont en effet dénoncé, devant les gens des médias, l’absence de consultation préalable des sénateurs avant cette prise de décision du président du Sénat de demander l’avis de la HCC. « Le prйsident du Sйnat est censй porter la voix des sйnateurs. Les grandes dйclarations ou les grandes dйcisions qu’il fait doivent кtre prйcйdйes d’йchanges ou de rйunions avec les sйnateurs. A dйfaut de consultation de tous les sйnateurs, une rйunion des membres du bureau permanent doit кtre organisйe car c’est l’йmanation de toutes les factions des sйnateurs », précise d’emblée le sénateur Rabenony Andrianirina. « A aucun moment toutefois, le bureau permanent n’a йtй consultй avant la prise de dйcision du prйsident du Sйnat. Pour nous, la requкte dйposйe par le prйsident du Sйnat a йtй faite au propre nom du prйsident du Sйnat et de son cabinet, et non au nom du Sйnat ».

« S’il n’existe aucune obligation lйgale pour le prйsident du Sйnat de consulter les sйnateurs avant de prendre une telle dйcision, il s’agit d’une tradition parlementaire, une norme internationale lorsque l’on parle de Parlement (…). Il s’agit йgalement pour le prйsident du Sйnat de faire montre de respect envers les collиgues parlementaires, lesquels ne sont pas tous issus des mкmes horizons que lui », précise pour sa part Mananjara Randriambololona.

Instrumentalisation d’une institution

Et le vice-président du Sénat de souligner, par ailleurs, que l’actuelle Constitution de Madagascar ne précise pas l’obligation, pour le Chef de l’Etat de soumettre les ordonnances à une ratification par le Parlement. En effet, l’article 104 de la Constitution dispose uniquement que « Le Parlement, par un vote а la majoritй absolue des membres composant chaque Assemblйe, peut dйlйguer son pouvoir de lйgifйrer au Prйsident de la Rйpublique pendant un temps limitй et pour un objet dйterminй. La dйlйgation de pouvoir autorise le Prйsident de la Rйpublique а prendre, par ordonnance en Conseil des ministres, des mesures de portйe gйnйrale sur des matiиres relevant du domaine de la loi ». Ce qui amène le vice-président du Sénat à déclarer que la demande déposée par le Président du Sénat est anticonstitutionnelle.

Rivo Rakotovao avait saisi la haute juridiction d’Ambohidahy pour demander que soient déclarées caduques les ordonnances prises par celui-ci,  qui, selon lui, n’ont pas été ratifiées ensuite par le Parlement.  Pour le requérant, comme la ratification n’a pas eu lieu, les ordonnances ne doivent plus être maintenues.

L’amalgame entre la gestion d’une institution et celle d’un parti politique de la part de l’actuel tenant du perchoir d’Anosy est ainsi dénoncé par ces sénateurs. En agissant de manière unilatérale, le président du sénat risque de verser dans l’abus de fonction et l’abus de pouvoir. D’ailleurs, les locataires de la Chambre haute de rappeler que le Président de la République est resté dans le cadre strict de la loi en promulguant ces ordonnances. Ces sénateurs pointent du doigt également une instrumentalisation d’une institution à « des fins personnelles » et « des buts politiques ».

Parmi les ordonnances prises par le Chef de l’Etat figure en effet une ordonnance qui réduit le nombre de sénateurs de 63 à 18, une décision qui, pour beaucoup,  resterait en travers de la gorge de Rivo Rakotovao. Lequel ne cesse de jeter des bâtons dans les roues du régime Rajoelina depuis quelque temps. Faut-il pourtant rappeler que lors de la présentation des vœux à Ambohitsorohitra, le président du Sénat avait émis sa volonté de collaborer fermement avec le locataire des lieux pour le développement du pays.
La Rédaction

Demande de démission du ministre Blanche Nirina Richard !Tel est l’un des messages que l’on peut lire affichés sur des banderoles à l’esplanade de l’Université d’Antananarivo dans le cadre de la grève du Syndicat des enseignants- chercheurs et des chercheurs-enseignants (SECES) ces derniers jours. Au final, c’est la principale revendication que l’on retient de cette longue période de grève. Un message, à forte connotation politique, qui n’étonne pas une grande partie de l’opinion publique. En effet, beaucoup soupçonnaient déjà que les revendications avaient une autre finalité que celle de la question du paiement des indemnités, des heures supplémentaires et autres. Ainsi, les masques commencent à tomber. Le ministre de l’Enseignement supérieur, Blanche Nirina Richard, est la principale cible de cette grève. Des sources bien informées font savoir que la nomination de la rigoureuse Blanche Nirina a fait froncer les sourcils au sein du Syndicat des enseignants-chercheurs. Qui veulent alors la tête du ministre et pourquoi ? Une partie des grévistes détient sans nul doute la réponse.
Et comme « par hasard », à l’approche d’un éventuel remaniement au sein du Gouvernement, les mouvements de contestation s’intensifient. Espérant une rencontre avec le Président de la République, les enseignants grévistes reviennent à la charge. D’ailleurs, sauf changement, une nouvelle déclaration du SECES est prévue ce jour.
Bras de fer
En tout cas, il n’y a rien de condamnable dans la formulation de revendications qui font partie des droits d’un syndicat. Néanmoins, prendre les jeunes étudiants de l’Université en otage et mettre en jeu leur avenir pour des questions de sou est plus que déplorable. Dans la situation actuelle, il y a lieu de dire que la fin ne justifie pas les moyens. Le geste de certains élèves qui verse dans l’extrême en lançant également un ultimatum de grève rend encore l’ambiance plus que tendue à Ambohitsaina. Une ambiance qui sent d’ailleurs une forte odeur de manipulation.

Du côté du ministère, le silence semble être devenu le maître-mot. Une option qui n’est sans doute pas la meilleure dans une telle situation de crise car laissant une impression d’un éternel bras de fer. Pour un grand nombre d’observateurs, les deux parties devraient, avant tout, faire preuve de bonne foi et reprendre les pourparlers à travers la mise en place d’un espace de concertation qui réunit les représentants du SECES et ceux du ministère. Un espace dans lequel des discussions continues devraient être organisées pour résoudre le problème une bonne fois pour toutes. Sans vouloir se poser en donneur de leçons à l’attention d’éminents universitaires, le SECES devrait savoir que la tenue d’une grève – devenue presque une « tradition » à l’université - n’a jamais permis de résoudre totalement un problème sauf créer un climat de tension et éventuellement donner l’impression de faire trembler un ministre, sans plus !
Sandra R.

La une du 18 janvier 2020

Publié le vendredi, 17 janvier 2020

Fil infos

  • Ile de La Réunion - Un couple malagasy mort noyé
  • Téléthons interdits - Une précaution contre les profiteurs
  • Aide aux sinistrés - Ny Rado Rafalimanana débarque les mains vides !
  • Gouvernement - Présentation imminente des nouveaux membres
  • Intempéries et inondations - Les opérations de secours militaires continuent
  • Concours d'entrée à l'INFA - « L'un des plus propres », dixit la ministre Ranampy
  • Intempéries - L'Etat déclare le sinistre national
  • Boeny et Betsiboka - Le Président Rajoelina accélère les actions de secours
  • Commune urbaine d’Antananarivo - 23 directeurs pour réaliser le veliranon’Iarivo
  • Banque européenne d'investissement - 173 millions d'euros investis dans le réseau routier malagasy

La Une

Recherche par date

« January 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff