Nos archives web

« Aucune vision inclusive à long terme ». Ce sont sur ces mots que les organisations de la société civile (OSC) ont qualifié l’environnement actuel des investissements dans le pays. Effectivement, d’après eux, les « soi-disant » consultations de la population ne sont plus qu’une formalité, et non une réalité ou encore une necessité pour le bon déroulement du projet d’investissements dans les Régions concernées. « Evidemment, nous avons des politiques cadrant les investissements dans le pays. Toutefois, elles sont inadéquates au contexte national.

Tout le monde sans exception. Le bureau d’information sur le crédit (BIC) va transformer radicalement l’industrie de crédit dans la Grande île. La Banque centrale de Madagascar (BCM) en partenariat avec la Société Financière Internationale (SFI,) a organisé, hier, une conférence internationale au Centre de conférence international, Ivato. Cet évènement avait comme thème  « Infrastructure financière moderne sur le partage des données : une forte valeur ajoutée à l’accès au crédit ». Cette journée était une occasion de présenter le Bureau d’information sur le crédit (BIC) qui sera opérationnel à Madagascar à partir de janvier 2020.

Les jeux sont faits. Les Malagasy étaient appelés aux urnes hier pour élire les 1695 maires des Communes ainsi que les conseillers municipaux. Les premiers chiffres officiels seront connus, au plus tard, le 16 décembre. Les premières tendances qui se sont dessinées, hier dans la soirée, peuvent toutefois déjà donner quelques indications. A Antsirabe et Antananarivo, réputés être des fiefs du Tiako i Madagasikara, la donne semblerait avoir changé. Les premières tendances des résultats des élections communales et municipales dans ces circonscriptions vont plutôt vers des défaites des poulains de l'ancien Président Marc Ravalomanana.

 

4200 jeunes écoliers bénéficieront des compléments alimentaires “Ferozinc” offerts par l'Association Fitia. Ces compléments alimentaires ont été remis aux bénéficiaires, mardi dernier, lors d'une descente marathon de cette association dans cinq Ecoles primaires publiques de la Capitale, Ampandrana Est, Ambohipo, Ampefiloha Ambodirano, Antohomadinika 3G Hangar et Manjakaray. Ces écoliers ont également obtenu des dictionnaires, comme ceux distribués récemment par le Président de la République, des tabliers ainsi que des cartables. Riche en fer, en zinc et en vitamine C, le Ferozinc apporte des éléments nutritifs nécessaires à la croissance des enfants. « Mon devoir, en tant qu'épouse du Président de la République, est de prendre soin des enfants malagasy à travers toute l'île.

LA UNE DU 28 NOVEMBRE 2019

Publié le mercredi, 27 novembre 2019

Donner la chance à tout le monde en matière d’obtention d’un prêt. La Banque centrale de Madagascar (BCM) travaille actuellement avec une société italienne nommée CRIF. Elles collaborent ensemble dans la mise en place du Bureau d’information de crédit (BIC). Henri Rabarijohn, le gouverneur fraîchement nommé, a détaillé de long en large cette nouvelle plateforme, hier, à Antaninarenina. D’un côté, l‘existence de ce système d’information facilite le travail des banques et des microfinances puisque ces derniers possèdent des données plus élaborées sur la solvabilité de leurs clients. D’un autre côté, les personnes non bancarisées peuvent obtenir du crédit même si elles travaillent dans le secteur informel. « 90% des personnes œuvrent dans le secteur informel. Dans un pays comme Madagascar où le taux de bancarisation reste très faible, nous allons aider les personnes hors radars des institutions financières  à obtenir du prêt.  Et ce, en regroupant toutes les données les concernant dans plusieurs domaines notamment leur habitude de paiement dans les autres entités comme la JIRAMA, le secteur de la télécommunication et les grands manufacturiers. Ces données servent ensuite à estimer leur capacité
de remboursement. Nous évaluons par exemple les factures de la JIRAMA.

« Oui à la bienveillance ! Non à la violence ! ». Mialy Rajoelina, Première dame de Madagascar et non moins ambassadrice du Fonds des Nations unies pour la Population (FNUAP) dans la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) et le mariage précoce, n’a pas manqué de célébrer l’« Orange day », hier. Il s’agit du premier jour de mobilisation en marge de la Journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes, célébrée le 25 novembre. Pour Madagascar, la journée d’hier s’est démarquée par l’inauguration du premier centre spécialisé dans la prise en charge des victimes de VBG, outre les multiples interventions y afférentes.
Implanté à Mahamasina, en face du portail du parking du Palais des Sports et de la Culture. Le premier centre spécialisé fournira des services de prise en charge intégrée aux survivants des VBG. « Ouverte au grand public, ce centre spécialisé est mis en place pour renforcer la dénonciation et le signalement des cas de violences. Il offrira également le soutien et la prise en charge adéquats aux victimes », déclare Mialy Rajoelina, à la fois Première dame, présidente de l’association Fitia et ambassadrice du FNUAP dans la lutte contre les VBG. « Ce centre spécialisé dispose d’une salle d’écoute, d’un centre de formation socio-professionnelle, d’une salle de consultations médicales, de bureaux pour les avocats et la Brigade féminine de proximité (BFP), ainsi que d’une salle pour la prise en charge psycho-sociale des victimes », ajoute la Première dame, engagée dans cette lutte. Divers partenaires vont se donner la main pour assurer les multiples interventions auprès du centre. 8 associations et ONG, qui ont exprimé leur engagement hier au Petit Palais des Sports, en font partie. L’Ordre des avocats de Madagascar se chargera de l’accompagnement juridico-judiciaire pour les victimes de VBG, à en croire Charlotte Ramanase, membre du Conseil. Pour leur part, les éléments du BFP déployés au sein du centre s’occuperont de l’accueil, de l’écoute, de l’accompagnement et de l’orientation des victimes. Ces femmes policières pourront également lancer une convocation des auteurs pour un rappel au cadre de la loi, à travers les procédures d’administration, d’après l’inspecteur Fetrasoa Andriamanantsoa, adjointe auprès de la BFP Antananarivo.

Il y a un an si quelqu’un avait prédit cela, sérieusement on aurait rigolé. Mais maintenant, les Barea de Madagascar continuent de faire rêver tout un peuple. Ils ont su faire taire les mauvaises langues. L’équipe nationale malagasy de football est en lice pour trois titres pour les CAF Awards de cette année. Dimanche dernier, la Confédération africaine de football (CAF) a dévoilé une liste des nominés pour les trophées. Et Madagascar compte parmi les 5 meilleures sélections d’Afrique qui seront recomposées le 7 janvier à Hurghada Egypte, durant la cérémonie CAF Awards. Parmi les meilleures  sélections masculines figurent logiquement l’équipe tenante du titre de la CAN 2019, l’Algérie, le finaliste Sénégal, les demi-finalistes : Nigeria et Tunisie.

Bel et bien d’actualité. C’est en résumé la réponse du Président de la République Andry Rajoelina à une question relative à la construction de buildings et de logements sociaux, hier au cours d’une émission spéciale diffusée sur les chaînes nationales et quelques stations privées de la Capitale. Le Chef de l’Etat s’exprimait, durant environ 75 minutes sous la houlette de journalistes de la TVM, de la TV plus Madagascar et de Viva Madagascar, sur les sujets d’actualité dans le pays. Une prestation intervient une dizaine de mois après son investiture.
Parmi les promesses de campagne du Président de la République, la construction de buildings et les logements sociaux semble avoir été relégué au second plan, ces derniers temps. Selon le Président de la République, le sujet est plus que jamais d’actualité. Il affirme ainsi que les premiers buildings à Antananarivo vont sortir de terre à Ivato avant la fin de cette année. Des terrains appartenant à l’Etat de plus de 50 hectares, vendus de façon illégale auparavant, seront utilisés pour bâtir les 36 buildings qui verront le jour et dont la construction devrait durer une année seulement. Ces immeubles, destinés aux citoyens de plus de 35 ans, travaillant aussi bien dans le privé que dans le public, font partie d’un programme plus large de construction de 40 000 logements sociaux à Madagascar en cinq ans, rappelle le Chef de l’Etat. Ces immeubles seront construits en attendant les travaux de construction de la nouvelle Ville Tana Masoandro. Un projet retardé notamment à cause des agissements de certains politiques.

Et vlan ! Le coup de semonce sur le stade de Mahamasina vient d’être donné par le président de la FIFA, Gianni Infantino. « Le stade de Mahamasina ne respecte plus les normes internationales. Ainsi, il ne pourra plus accueillir dorénavant des rencontres officielles de la FIFA », révèle le président de la fédération sportive la plus puissante au monde, à l’issue de la visite de courtoisie effectuée auprès du Président de la République, Andry Rajoelina, hier au Palais d’Etat d’Iavoloha. Après les joueurs des Barea et le coach Dupuis qui ont tiré la sonnette d’alarme quant à l’urgence de réhabiliter le stade de Mahamasina, voilà que Gianni Infantino, lui, tire à boulets rouges.
 Accompagné par le président de la CAF, Ahmad, la secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura,  les légendes du football mondial, le Camerounais Samuel Eto ‘O, et le champion du monde français, Youri Djorkaeff, ainsi que le président de la fédération nationale, Arizaka Raoul Rabekoto, Gianni Infantino a fait part de cette décision au Président Rajoelina lors de l’audience qui a duré plus d’un tour d’horloge. « La FIFA est devenue très stricte sur ce sujet. Si les choses ne changent pas, il n’y aura pas de matchs de qualification des Barea au stade de Mahamasina pour la prochaine coupe du monde. C’est un peu dommage pour l’équipe nationale malagasy, devenue une grande formation en Afrique et qui a une réelle chance de se qualifier non seulement à la coupe d’Afrique de 2021 mais également à la coupe du monde en 2022. Madagascar est aujourd’hui un pays dynamique à l’image de son football », souligne le président de la FIFA qui, il y a quatre ans, était témoin de l’Etat désastreux de la pelouse de Mahamasina lors de la rencontre Madagascar- Sénégal (2-2). A l’époque, Gianni Infantino est venu pour faire campagne auprès d’Ahmad, président de la fédération nationale, pour l’élection à la présidence de la FIFA et c’est durant cette visite qu’il a fait connaissance avec Fatma Samoura, représentant résident du PNUD à Madagascar. Ahmad, le président de la CAF, a  confirmé face à la presse  les dires du président de la FIFA.

Fil infos

  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être
  • Naina Andriantsitohaina - Acta non verba
  • Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur
  • Défaite du TIM dans la Capitale - Autopsie d’une débâcle annoncée

La Une

Recherche par date

« December 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Editorial

  • Impunité parlementaire ?
    Les députés ont adopté, en séance plénière, une résolution pour la libération de leurs pairs Hasimpirenena Rasolomampionona, élu à Fandriana et Raveloson Ludovic élu à Mahabo, incarcérés pour des affaires qui les concernent personnellement. Suite à la recommandation de la Commission permanente chargée de l'examen des demandes de suspension de la détention, des mesures privatives et restrictives de liberté ou de la poursuite d'un député présidée par Rakotomalala Lucien, député élu à Morombe, les députés ont pris la résolution de libérer les deux élus. Le Bureau permanent est chargé de le transmettre à qui de droit. A charge pour le Gouvernement et la Justice de prendre leurs dispositions. Evidemment, le comportement pour le moins corporatiste crée des vagues.  

A bout portant

AutoDiff