Nos archives web

Pari tenu pour le ministère de la Communication et de la Culture (MCC). La tenue de la 8ème édition du « Tagnamaro » dans le Fokontany d’Antohomadinika III G Hangar, le 19 octobre dernier, a porté ses fruits. Cette édition a, rappelons-le, été assurée par des bénévoles mobilisés en masse, composés non seulement des employés du MCC et de ses branches mais aussi des riverains, membres d’associations et d’autres entités. La première partie des travaux entrepris se focalisait sur l’assainissement et la collecte d’ordures entassées sur place. En fait, un dépôt sauvage a été formé dans ce quartier ces dernières années, accueillant les ordures des 4 Fokontany environnants. Cette situation a impacté sur la vie quotidienne des riverains, avec la hausse des maladies liées à la pollution et l’insalubrité notamment durant la saison des pluies. Raison pour laquelle le président dudit Fokontany a fait appel au numéro Un du MCC pour la tenue d’un « Tagnamaro » sur place.

Naina Andriantsitohaina - Acta non verba

Publié le dimanche, 01 décembre 2019

L’exemple vient d’en haut. Le candidat Naina Andriantsitohaina et ses équipes se sont mobilisés afin de remettre en ordre la propreté dans la ville d’Antananarivo. Sans attendre la proclamation officielle des résultats, il a déjà prouvé sa volonté de redresser l’image de cette ville, comme il l’a promis durant la campagne électorale. Depuis hier,  ses équipes, appuyées par les associations qui l’ont soutenu durant la campagne, ont passé à l’acte. Elles ont tout d’abord enlevé les affiches de Naina Andriantsitohaina et celles des autres candidats qui ont envahi les murs et les poteaux. Dirigé par le futur maire de la Commune urbaine d’Antananarivo lui-même, les travaux ont commencé du côté d’Alarobia, Analamahitsy, Ankorondrano, Antanimena et Analakely. D’autres équipes ont été réparties dans toute la ville. D’après Naina Andriantsitohaina, la ville d’Antananarivo passera Noël dans la propreté. « Nous sommes conscients que la ville vit dans la saleté.  Ainsi, n’attendons personne et agissons maintenant », soutient-il.
 L’assainissement des affiches n’est que la première étape. Après cela, l’équipe procèdera au nettoyage collectif et l’enlèvement des ordures dans la Capitale. D’ailleurs, le Service autonome de la maintenance de la ville d’Antananarivo (SAMVA) a déjà prêté trois camions pour collecter les ordures. Ces travaux devront être terminés avant la fête de Noël pour que chaque citoyen puisse  faire la fête dans la propreté.
 Anatra R.

Rideau sur le MCB Tour championship Madagascar 2019. Le public malagasy a vécu durant trois jours une compétition internationale d’envergure au golf du Rova à Andakana. Une grande première pour Madagascar d’abriter cette épreuve réservée uniquement aux professionnels de 50 ans et plus et ce dans le cadre de l’Indian ocean swing. Au bout des 3 tours et des 54 trous, la victoire finale est allée entre les mains de l’Anglais Lane Barry tandis que l’unique représentant de Madagascar, Jean Baptiste Ramarozatovo termine à la 7e place.  Une bonne prestation en  somme pour le professionnel malagasy qui ne s’est pas laissé impressionner par ses adversaires dont la plupart ont derrière eux des années de pratique de très haut niveau. C’est certainement cette inexpérience à des compétitions dont la mentale demeure l’une des armes fatales qui a fait défaut à Jean Bà. Lui, qui a
entamé tambour battant l’épreuve en rendant une carte de -2 à la journée inaugurale, a passé un jour sans,  samedi avec un résultat catastrophique de +4. Hier, il s’est démené comme un beau diable pour rectifier le tir en effectuant un -2 mais c’est loin d’être suffisant pour se hisser dans le haut du tableau. Un par au final, Jean Bà se classe à la 7e place à trois coups du vainqueur de la compétition, Lane Barry.

Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur

Publié le dimanche, 01 décembre 2019

Le candidat de l’IRD Nantenaina Rakotonirina se trouve en pôle position pour la magistrature de la capitale Betsimisaraka. Les électeurs ont été convaincus non seulement par le projet de développement qu’il a avancé mais également par sa jeunesse et sa qualité de rassembleur. Les tendances de vote pour les élections communales et municipales sont en faveur des candidats de l’IRD. Ce parti rafle la majorité des sièges tant pour les maires que pour les conseillers municipaux. Cette tendance est d’autant plus flagrante au niveau des chefs- lieux de province. A Antananarivo, Mahajanga, Toliara, Fianarantsoa et Toamasina, les candidats arborant la couleur Orange ont su convaincre les électeurs de voter pour eux. Dans la capitale Betsimisaraka, Nantenaina Rakotonirina se trouve en tête pour briguer le mandat de maire pour les cinq ans à venir. Un joli coup venant de celui qui est un inconnu dans le milieu politique contrairement à ses adversaires dont l’un avait auparavant gérer la mairie de Toamasina avant de briguer deux fois le poste présidentiel et de devenir ensuite représentant de la population tamatavienne à l’Assemblée nationale. Celui-ci tentait de retrouver son fauteuil à la Mairie de Toamasina en quittant celui de Tsimbazaza. Mal lui en pris, la population lasse de son zigzag a préféré son dévolu à un candidat de nouveau genre, de sa jeunesse et de son aptitude à rassembler les politiques. Outre le projet de développement qu’il a présenté aux électeurs, Nantenaina Rakotonirina a une qualité cachée, parvenir à fédérer autour de lui les notables du grand port de l’Est. Les Pierrot Botozaza un ancien TIM, Pierrot Rajaonarivelo président du parti MDM, Narson Rafidimanana, Ndahimananjara Johanita une AVI et bien d’autres, ont soutenu le jeune Nantenaina  qu’ils qualifient de porteur de nouvelles idées pour développer la ville de Toamasina.

Mandat catastrophique, mauvais choix du candidat, stratégie de campagne au ras des pâquerettes. Tous les ingrédients étaient réunis pour une défaite du parti TIM lors de l’élection communale à Antananarivo Renivohitra. Dès lors, crier à la fraude pour justifier cette débâcle annoncée relève d’une politique de l’autruche.

Jusqu’au bout de son mandat à la tête de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), Lalao Ravalomanana n’a pas pensé un seul instant à préparer sa propre succession. Trop occupée à chercher les moyens de renflouer l’on ne sait quelle caisse, elle a complètement délaissé le bien-être de la population tananarivienne, celle-là même qui constitue pourtant l’électorat d’un scrutin déjà prévu il y a un peu moins de cinq ans. L’équipe sortante de la CUA semble même avoir pris un malin plaisir à empirer une situation déjà difficilement supportable pour les habitants de la Capitale.  La transformation des îlots, trottoirs et autres parkings en souks a grandement contribué à aggraver les difficultés de circulation des citoyens  -  piétons comme usagers de la chaussée  -  dans la Ville des Mille. A la question épineuse des ordures ménagères, au lieu de chercher à y donner une réponse pour la salubrité de la cité, les responsables municipaux se sont complu à renvoyer la balle au pouvoir central, laissant ainsi pourrir la situation (au sens propre comme au figuré), au détriment des futurs électeurs.
Chat échaudé craignant l’eau froide
C’est dans ces conditions que le TIM a affronté l’échéance électorale des communale et municipale dans la Capitale. Mais si d’aucuns estimaient que le parti a fait preuve de bon sens en s’abstenant de représenter la maire sortante en raison de son bilan largement négatif qui ne lui laissait aucune chance d’être réélue, le choix du candidat de substitution va laisser plus d’un perplexe.  Marc Ravalomanana va en effet aligner sur le starting-block celui qui a été successivement directeur financier et secrétaire général de la CUA, c’est-à-dire l’un des premiers responsables de la descente aux enfers de la première ville du pays. Non seulement la décision était loin de faire l’unanimité au sein même du parti TIM mais, chat échaudé craignant l’eau froide, les électeurs ne pouvaient voir en Ny Rina Randriamasinoro que l’incarnation et la continuité de 4  ans de gabegie et de laxisme.

Face à un adversaire au parcours irréprochable, le TIM va alors tenir des arguments au ras des pâquerettes,  une stratégie qui se révèle être suicidaire. « 100% malagasy », tel était, dans les derniers jours de propagande,  le slogan favori brandi par les supporters de Ny Rina Randriamasinoro pour le démarquer de son rival de l’IRK, allusion à une supposée bi-nationalité  de ce dernier. Il est fort à parier que bon nombre de partisans du TIM qui ne se sont pas retrouvés dans ces propos aux relents ségrégationnistes sont allés grossir les rangs des abstentionnistes. 

Communales et municipales, les enjeux

Publié le dimanche, 01 décembre 2019

Les dés sont jetés ! Le dénouement approche pour les communales et les municipales du 27 novembre 2019. Deux scrutins différents, l’élection des maires et celle des conseillers municipaux s’étaient bien passées malgré les quelques imperfections constatées ici et là. Une élection « zéro problème » ou « zéro défaut » n’existe nulle part d’ailleurs. Même dans les pays dits avancés dotés des moyens techniques et technologiques les plus sophistiqués et appropriés, il existe toujours des incidents, majeurs ou non,  à relever. Sur le plan général, tout s’était passé dans le calme. Selon les scores provisoires affichés par la CENI, pour le cas d’Antananarivo, le candidat n° 4 Naina Andriantsitohaina, présenté par la plate-forme présidentielle IRD caracole en tête. Le candidat n° 2 du TIM Rina Randriamasinoro le talonne, de près, en deuxième position. Tandis que les trois autres prétendants en lice, Eliace Ralaiarimanana (n° 1), Alban Rakotoarison (3) et Feno Harison (5) trainent en queue de peloton et peinent  à remonter la pente. A ce rythme, ils ne seront que des « figurants » pour amuser la galerie. On n’est plus loin des résultats entiers. De ce fait, la CUA risque bien de   changer de patron dixit un quotidien de la Capitale. Et sur le plan national, en tenant compte des résultats qui parviennent progressivement à la CENI, l’avance des candidats arborant la couleur Orange ou de ceux qui ont déjà annoncé leur volonté de coopérer avec le régime IEM ne souffre plus de doute.  Si les tendances à l’échelle nationale viendront à se confirmer, à l’issue des résultats définitifs, le pouvoir en place verra son assise démocratique et politique à la base se conforter. Les élections communales et municipales tiennent un rôle de premier rang, à la base du système, dans le processus de développement du pays. L’efficacité des actions communautaires du régime IEM dépend étroitement de l’engagement responsable des élus à la base. Une synergie entre les représentants du peuple au niveau des Communes et les représentants du pouvoir central  est indispensable. C’est l’un des enjeux majeurs de ces scrutins du 27 novembre. Il ne faut point se leurrer, une Commune dominée par des éléments hostiles aux objectifs de l’IEM créera certainement des blocages et met en difficulté au processus de mise en œuvre des Velirano. Au bout du compte, le premier magistrat de la ville n’aura pas les coudées franches pour mener à terme sa mission, du moins ses promesses électorales. En somme, disposer d’une majorité confortable au niveau des Communes constitue, en soi, un socle solide à la base qui, à son tour, garantit la stabilité générale du régime. C’est tout l’enjeu ! Rajoelina Andry Nirina annonçait, dès l’entame de son mandat, qu’il va procéder à un sérieux lifting au Sénat dont le président est le personnage numéro deux de l’Etat. Selon la Constitution, Article 81 : « Le Sénat représente les collectivités territoriales décentralisées … Il comprend pour deux-tiers des membres élus en nombre égal pour chaque Province … ». Ainsi, les deux-tiers des membres du Sénat seront élus par les grands électeurs dont entre autres les maires et les conseillers municipaux de chaque Province.
En bref, les communales et les municipales comportent d’importants enjeux pour l’avenir du pays.

Utilisation peu courante. Les coupures émises en 2003 et 2004 sont maintenant en voie de disparition. Après environ une quinzaine d’années de circulation, ces billets de banque arrivent à la fin de leur validité au 31 décembre prochain. La Banque centrale de Madagascar, en tant qu’autorité chargée de l’émission de billets dans tout le territoire malagasy, a ainsi apporté davantage d’explication concernant cette décision gouvernementale. Une conférence de presse s’est tenue hier dans son siège à Antaninarenina. « Les anciens billets ne représentent qu’une faible proportion par rapport à la quantité des monnaies mises en circulation. En effet, nous les avons progressivement retirés du marché depuis l’émission de nouveaux billets en 2017. Actuellement, la valeur totale des billets de banque à Madagascar s’élève à 3 599 milliards d’ariary dont 182 milliards d’ariary représentent les anciennes coupures. Ces dernières  n’occupent  que 5 % de la totalité des monnaies.

La une du 30 novembre 2019

Publié le vendredi, 29 novembre 2019

La réticence des parents à la vaccination pose problème. Seulement 33 % des enfants malagasy, soit un enfant sur trois, âgé moins de 24 mois, a été vacciné avant son premier anniversaire en 2018. La peur voire la méfiance face aux rumeurs constitue le premier facteur de blocage. La société véhicule, par exemple, sans être certain de sa certitude, l’essai d’une expérimentation médicale à travers le vaccin. Or, il s’agit d’un propos erroné. La Première dame, Mialy Rajoelina qui n’est autre que la marraine de la Santé de la mère et de l’enfant et  aussi présidente  de l’association Fitia, l’a confirmé hier au Centre hospitalier universitaire mère-enfant, situé à Ambohimiandra. Dans son discours, elle a évoqué  le recours au changement de comportement pour pouvoir sauver des vies. « La  vaccination consiste à immuniser une personne contre une maladie infectieuse. Déjà, elle aide à sauver de nombreuses vies, mais elle  assure également un avenir meilleur aux enfants, notamment un développement intellectuel et physique. Etant donné qu’un enfant représente une richesse, les parents doivent s’en assurer. Je suis une mère de famille. La vaccination a assuré l’une des importantes étapes du développement de mes trois enfants. Aujourd’hui, je peux vous affirmer que celle-ci a amplement contribué à leur bien-être », a-t-elle confié. Et d’ajouter qu’à Madagascar, les vaccins sont administrés gratuitement et  cela afin d’obtenir une immunité aux enfants, sans contracter la maladie. « Aujourd’hui, j’encourage les parents, les mères de familles à emmener leurs enfants auprès des établissements sanitaires pour se faire vacciner et de finir toutes les étapes de cette pratique. Mais aussi, je vous invite tous à ouvrir la porte à ces agents de santé communautaires, envoyés spécialement pour vacciner vos enfants », poursuit-elle.

L’unique golfeur en lice au MCB Tour championship Madagascar, au golf du Rova à Andakana, a plus que jamais besoin du soutien de tout un peuple. Jean Baptiste Ramarozatovo, puisqu’il s’agit de lui, à la journée inaugurale de la compétition qui réunit 48 professionnels seniors issus des quatre continents, était à deux doigts de réussir un grand exploit. Le moins capé des participants, Jean Bà a donné du frisson au public venu assister, hier, au choc des légendes en caracolant en tête avec une carte de moins 6 à la fin du trou n°13. Là où il a fait un eagle salué à sa juste valeur par l’assistance. Mais à cause de la pression qui pesait sur son épaule ou autre raison, le golfeur malagasy a connu une contre-performance aux trous suivants. Un birdy raté tant au trou 14 et 15, a vu son avance fondre comme neige au soleil et pire à l’avant dernier trou du parcours, Jean Bà a fait un double boggey qui lui a coûté cher au décompte final. A deux coups sous le par à la fin, le Malagasy termine à la quatrième place du classement du 1er tour à égalité avec trois autres compétiteurs, Carilles José Manuel (Espagne), Sallat Jean Pierre (France) et Dodd Stephen ( Pays de Galles). Evans Garry (Angleterre) avec une carte de moins 3 se trouve seul en haut du tableau de classement avant d’aborder la seconde journée d’aujourd’hui.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

Recherche par date

« December 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff