Nos archives web

Cyclone - « Belna » attendu à Boeny lundi

Publié le vendredi, 06 décembre 2019

Le système dépressionnaire a commencé à s’organiser plus sérieusement dans la partie nord de la Grande île. Sa transformation en tempête tropicale s’est concrétisée dans la nuit du jeudi dernier. Sur ce, le système a ainsi pris le nom de Belna. Hier à 15 heures locales, cette forte tempête tropicale (FTT) poursuit son intensification. Selon Hanitra Elisa Rasoavololoniaina, chef du service de la Communication et de la Relation publique au sein de la Météo Malagasy, elle a été positionnée à 430 km à l’ouest-nord-ouest d’Antsiranana. Elle se déplace vers le sud-ouest à une vitesse classique de 11 km/h, accompagnée d’un vent moyen de 110 km/h avec des rafales pouvant atteindre les 150 km/h. « Avec ce rythme d’intensification, Belna est prévu se maintenir dans les deux prochains jours en présentant toujours une menace potentielle sur le nord-ouest du pays en début de la semaine prochaine. Le risque d’atterrissage sur la Région de Boeny au stade de cyclone tropical intense semble probable dansau cours de la nuit du lundi prochain ». 

Pour toutes ces raisons, les habitants des régions Sava, Diana, Sofia, Boeny et Melaky sont priés de se préparer à un éventuel mauvais temps en appliquant les prescriptions d’Alerte verte. Entre-temps, les usagers maritimes des côtes nord sont invités à ne plus s’aventurer en mer à compter de demain. Le vent se renforcera progressivement.

En outre, la situation générale est caractérisée par un couloir dépressionnaire sur le sud-est, favorable aux orages. Ce jour, dans la matinée, des pluies sont attendues à Diana, Sava, Analanjirofo, Tamatave, Sud-est, Fort-Dauphin et la pointe sud. Cet après-midi, elles vont se transformer en orages pouvant atteindre la moitié nord de Sofia, Itasy, Vakinankaratra, Anosy ainsi que la Province de Fianarantsoa. Un temps venteux est toujours de mise dans la pointe nord. 

Par ailleurs, concernant la forte tempête tropicale Ambali, présente également dans la pointe nord du pays, les dernières informations météorologiques transmises par Météo France indiquent qu’aucun danger potentiel ne menace Madagascar jusqu’à présent.

Recueillis par K.R.

Quid de la souveraineté nationale

Publié le vendredi, 06 décembre 2019

Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée.

A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.

 

Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre de la Communication, les dirigeants malagasy priorisentla voie « diplomatique » et mettent en avant l’option « dialogue » dans le processus de restitution comme le recommande d’ailleurs l’assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution.

A titre d’éclairage, un petit rappel de l’histoire nous aidera à situer dans le vrai contexte de cet éternel « feuilleton ». A l’époque coloniale, les Iles Eparses faisaient partie du territoire indivis la Grande Ile. La France reconnaissait implicitement que ces cinqpetites iles dépendaient administrativement et territorialement de Madagascar, la Grande Terre. 

 

Au moment de la signature des accords de coopération en 1960 (le 2 avril), les Iles Eparses ne figuraient plus dans le territoire de la future République malagasy. Les membres de la délégation malagasy, au moment de la signature des documents, ne s’étaient pas rendu compte ou plutôt n’avaient prêté attention à ce « petit détail ». En effet, la veille (le 1er avril), la France publiait « secrètement » un décret retirant les Iles Eparses du territoire malagasy.Il fallait attendre la révision des termes des accords de coopération en 1973 poursoulever le cas. Ratsiraka Didier, chef de la délégation devenu plus tard Chef de l’Etat (1975) portait la « question » devant les instances de l’ONU. Grâce à la ténacité et la compétence technique des membres de la délégation malagasy dont entre autres le Pr Raymond Ranjeva, un juriste émérite, Madagasikara obtint finalementgain de cause le 12 décembre 1979. Mais comme il fallait s’y attendre, la France rejette la résolution onusienne. Et elle persiste et signe que les Iles Eparses sont… françaises.

 

Quarante après, le Gouvernement malagasy relance la question. Ces « petites merveilles » incluses dans les eaux territoriales de Madagasikara sont… malagasy. Toutefois, on doit être en possession d’un dossier solide, bien ficelé et assez « costaud ».

Pour ce faire, RajoelinaAndry choisit la stratégie de la consultation à large horizon sinon « open » voire populaire. Le Gouvernement mobilise ! Le sujet est de taille, il s’agit de défendre la souveraineté nationale qui, en fait, ne se négocie point. Tout le monde est convié à apporter sa contribution. La portée de vue du grand nombre va loin, dit-on ! « Ny hevitry ny maro, mahataka-davitra ». Il y va de l’honneur et de l’avenir du pays.

Ndrianaivo

 

 

Si elles sont confirmées, les tendances publiées par la CENI sur les élections qui se sont tenues dernièrement vont complètement changer la donne en ce qui concerne la Capitale. En effet, avec l’élection de Naina Andriantsitohaina en tant que maire et la parfaite parité entre le TIM et l’IRK au sein du conseil municipal, le parti de Marc Ravalomanana perd totalement le contrôle de la CUA. Du coup, certaines zones d’ombre soigneusement entretenues jusque-là, notamment sur la gestion  financière de la Commune, vont enfin être mises sous les feux des projecteurs.

 

Bon gré mal gré en effet, l’équipe sortante aura à rendre compte de toutes les interrogations sur lesquelles elle a toujours fait l’impasse jusqu’ici. Les explications de Lalao Ravalomanana sont particulièrement attendues, non seulement sur le montant des sommes collectées à partir de certaines sources de recette qui ont fait polémique durant son mandat, mais aussi et surtout, sur leur utilisation. Outre les sommes perçues des occupants des box commerciaux qui ont été érigés sur différents espaces communaux (trottoirs, îlots, parking), la transparence est ainsi exigée en ce qui concerne la ristourne versée par Easy Park,  l’opération régularisation de permis de construire de 2016, et dernièrement, l’histoire de l’impôt foncier sur la propriété bâtie (IFPB).

 

En ce qui concerne le cas Easy Park, au-delà des dysfonctionnements dénoncés par les usagers, c’est la gestion des versements effectués par cette société dans les caisses de la CUA qui retiendra l’opinion publique. Si l’on sait que 20% des recettes engrangées par les emplacements concernés reviennent à la Commune, en revanche, l’on ignore le montant total des sommes encaissées par la CUA depuis le début du contrat ainsi que leur destination. 

 

Pour ce qui est de l’opération régularisation de permis de construire effectuée du 20 octobre  au 4 novembre 2016 et censée permettre aux propriétaires de constructions illicites de régulariser leur situation, force est de constater qu’elle a été définitivement laissée aux oubliettes. Or, 200.000 ariary par construction ont été collectés par la Commune à cette occasion et, selon les chiffres avancés à l’époque, près de 167 600 toits étaient visés.

 

Quant au scandale de l’IFPB, rappelons qu’il concerne une pratique peu orthodoxe qui aurait cours depuis plusieurs années au sein de la CUA et qui a pour conséquence de  priver cette dernière de milliards d’ariary de recettes fiscales annuelles. Sans s’encombrer de termes techniques, elle consiste à s’abstenir d’inclure les nouvelles constructions dans la base de données de l’IFPB, laquelle présenterait à l’heure actuelle un énorme gap de plusieurs centaines de milliers de constructions par rapport à la réalité. La question qui se pose est de savoir à qui pourrait bien profiter cette abstention coupable.

 

Il est peu probable que les réponses à toutes ces questions puissent être obtenues lors de la passation entre les deux maires sortant et entrant. Il est certain que les documents qui seront présentés à cette occasion seront exempts de toute irrégularité.  Afin d’éviter de mauvaises surprises et pour partir sur de bases saines, la nouvelle équipe de la CUA a intérêt à commanditer un audit afin d’éclaircir toutes les zones d’ombre qui entourent la gestion de l’équipe sortante. 

Hery Mampionona

 

Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois

Publié le vendredi, 06 décembre 2019

La défaite électorale du TIM est consommée et semble inévitable même si les résultats ne sont que provisoires. Ne pouvant pas accepter cette débâcle, le TIM menace de descendre dans les rues. Une menace sans conséquence majeure jusqu’au prononcé du résultat définitif par les tribunaux administratifs.

 

Les électeurs ont fait leur choix lors des élections communales et municipales malagasy. Ils ont offert leur confiance aux candidats de l’IRK, au détriment d’autres partis politiques notamment le TIM. Ce dernier, au sens littéral comme au figuré, n’arrive pas à avaler sa défaite. La demande de confrontation de procès-verbaux que ce parti refoulé par le peuple a exigée lors de la dernière présidentielle n’a pas eu les résultats escomptés, étant donné que la demanderesse a finalement fait faux bond au moment venu. Lors des communales et municipales, le TIM a changé son fusil d’épaule en demandant cette fois une confrontation de listes électorales signées lors des législatives et lors des communales et municipales. Une autre trouvaille qui frise l’aberration.  

 

Ne trouvant plus de parades et ne sachant plus sur quel pied danser, le TIM rameute ses partisans à descendre dans les rues pour contester les résultats des dernières élections et surtout ceux d’Antananarivo -ville. Les dirigeants du parti TIM s’en moquent  complètement de la déconvenue de leurs candidats dans les autres localités comme à Andoharanofotsy, Antsirabe, Antanifotsy, Ambatondrazaka etc. l’important pour eux, c’est la Capitale. La plateforme « Rodoben’ny mpanohitra »  qui l’a soutenu avant les élections municipales,  a d’ailleurs affirmé l’objectif de cette fixation sur Antananarivo, faire tomber le régime actuel.  En adoptant cette nouvelle stratégie, ils ne manquent pas à leur réputation de mauvais perdants et de revanchards. En effet, depuis la parution des résultats provisoires du dernier scrutin donnant la victoire aux candidats Orange, ce parti en phase de déclin ne cesse de remonter l’opinion publique contre la commission électorale et le régime actuel. Une attitude contraire à l’esprit démocrate qui veut que lors d’une élection, il y a toujours une victoire et une défaite.

 

En tout état de cause, cet appel ne verra que la participation d’une poignée de fanatiques et ce pour un temps limité.  La majorité de la population ne suivra pas des leaders. En incitant la population à une grève, le TIM ne fait qu’un pansement sur une jambe de bois. Un acte aussi vain qu’inutile de la part d’un parti dont la fin est proche. Les futures élections sénatoriales sonneront sans doute le glass du parti de Ravalomanana Marc. Ce dernier qui, en fin de carrière politique, veut entraîner avec lui dans ce déclin les jeunes qui ont encore un avenir à gérer. 

 

Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Tianarivelo Razafimahefa, hier en marge de la signature de lancement de la 2ème phase du projet PRODECID au FDL Anosy, a appelé la population à la sérénité. « Nous sommes toujours en période électorale », a-t-il rappelé et il faut attendre le prononcé des résultats définitifs. D’ailleurs, la CENI présentera officiellement les résultats provisoires des élections communales et municipales lundi prochain à son siège. Actuellement, la population se concentre sur son travail et sa vie tandis que le régime actuel se focalise sur la réalisation des promesses dites lors des campagnes.

Boaza

 

20 milliards de dollars. Tel est la somme annuelle que rapporte le golf sur le marché international du tourisme sportif. Alors que Madagascar, dans le cadre de la redynamisation de son secteur touristique, s’ouvre un peu plus vers le tourisme sportif, il a le privilège d’accueillir pour la première fois la finale du « Staysure Tour », un éminent tournoi international de golf. Une vraie aubaine à exploiter, entre le coup de projecteur international pour la destination et les répercussions sur les activités des opérateurs hôtelliers et les restaurateurs. D’ailleurs, durant une semaine, plus d’une cinquantaine de joueurs de golf internationaux à hauts revenus ont séjourné dans la Capitale. Certes, le fait d’accueillir ce genre d’événement à maintes reprises permettra de booster le secteur touristique, en même temps que l’économie du pays. De plus, il ne faut pas oublier que Madagascar a les infrastructures nécessaires pour accueillir ce type de tournoi, notamment l’International Golf Club du Rova à Andakana ou encore le Foulpointe Golf Club, qui ont chacun leurs spécificités. 

De surcroît, parmi les différents types de tourisme, le tourisme sportif s’avère le plus stable. « Quand les sportifs décident de partir vers une destination dans le but de découvrir un spot ou encore pour participer à un tournoi quelconque, aucun autre événement ne leur ferait annuler leur voyage. En effet, même si le pays subit une crise politique ou autre, les sportifs maintiennent toujours le cap. C’est pourquoi, il est d’autant plus intéressant d’investir dans ce domaine, étant donné cette stabilité. En plus, il faut souligner que les sportifs ont pour la majorité beaucoup de moyens financiers pour profiter au maximum de leur séjour », a soutenu un professionnel dans le secteur. Ainsi, le marché du tourisme sportif pourrait s’étendre vers d’autres disciplines comme la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ou encore les Jeux des îles. Comme cela, le pays n’accueillera pas non seulement les joueurs mais aussi les spectateurs. Proposer une large gamme d’offres tournées vers ce secteur permettra donc d’attirer de plus en plus de tournois ou de compétitions en tout genre. 

En tout cas, en termes de visibilité, Madagascar en aura pour son compte en tant que pays hôte avec le résumé de 52 minutes réalisé par l’European Tour Production, et diffusé sur des chaînes internationales telles que Sky Sports, Eurosport, Discovery Channel ou encore Premier Sports et Golf Plus. Un autre résumé sera aussi produit par Canal+. Et il en sera de même pour les autres événements sportifs. Toutefois, il a déjà été signé que le « Staysure Tour » passera désormais par Madagascar pour une période de trois ans, à savoir de 2019 à 2021.

Rova Randria

 

La une du 07 décembre 2019

Publié le vendredi, 06 décembre 2019

Une révision profitable à tous. Pour cette année, le ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche a procédé à la révision des contrats de pêche avec les différentes entités et pays concernés. « Avec cette révision, nous voulons surtout que ces contrats de pêche s'alignent avec la politique de l'Etat. Effectivement, les redevances de pêche sont considérées moindres en comparaison avec la production. C'est pour remédier aux points de ce genre que nous avons tenu à revoir tous les contrats. En tout cas, à ce jour, nous sommes en train de finaliser la partie technique de cette révision.

En besoin de production de masse. Madagascar compte actuellement plus de 25 millions d'habitants. L'université d'Antananarivo en collaboration avec le Syndicat des industries de Madagascar (SIM) organisent en ce moment le salon de la recherche au service de l'emploi et de l'économie au Carlton Anosy. L'événement a été honoré par la présence du Premier ministre Ntsay Christian et le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Blanche Nirina Richard ainsi que le président de l'université d'Antananarivo Mamy Ravelomanana.

Après les succès haut en couleur des éditions précédentes du championnat de Madagascar, le Golf Club Azura Foulpointe  a été choisi de nouveau par la fédération nationale pour accueilir le 3e sommet national, du 18 au 22 décembre. Une centaine de participants sont attendus à la plus prestigieuse compétition au niveau national. 60 joueurs ont déjà confirmé leur engagement  mais l’inscription ne sera clôturée que la semaine prochaine. Les clubs existants dans la Grande île à savoir l’international Golf du Rova, Antsirabe Golf Club, Foulpointe Golf Club,  Malaza Golf Club et Pearl Internationale Golf Course Nosy Be   ont déjà manifesté leur intérêt de participer à cette édition 2019 du championnat de Madagascar.

Six titres nationaux seront attribués au Golf Azura Foulpointe à l’issue de la compétition, vainqueur chez les hommes, Dames, super seniors, seniors, juniors et professionnels. Comme aux éditions précédentes, le championnat de Madagascar 2019 sera richement doté. Hormis les trophées réservés aux champions, des billets d’avion, des motos et divers lots seront aussi attibués aux occupants du podium dans chaque catégorie. Et comme animation, les organisateurs remettent sur le tapis le trou en un et l’auteur gagnera une voiture. Comme à l’accoutumée, le site hôte, Azura Foulpointe, organisera des soirées à thème. Pour le 19 décembre une soirée « retrouvailles », le lendemain sur le thème « chic et choc », une soirée rétro le 21 décembre et la remise des trophées et des prix aux méritants constitue le bouquet final.
 

« Le golf est l’une des disciplines qui participent activement dans le développement du pays notamment dans le secteur du tourisme. Le ministère souhaite encore soutenir la fédération dans ses efforts de mettre le sport en avant malgré les difficultés sur lesquelles elle est confrontée surtout en matière d’infrastructure» affirme Rosa Rakotozafy, directeur général du ministère des Sports et représentant du ministre Tinoka Roberto.
Elias Fanomezantsoa

L’année dernière, le phénomène kidnapping a fait rage dans le pays, notamment dans la Capitale. C’était le cas en septembre 2018 lorsqu’un membre de cette communauté indienne du pays mais dont l’identité n’a pas été déclinée, fut enlevé par des individus armés à Alarobia. Hier, les deux personnes impliquées pour enlèvement, port d’armes illégal et association de malfaiteurs,  ont été traduites devant la Cour criminelle ordinaire du PAC des 67ha. Au terme de la délibération de l’affaire, le juge a sorti son verdict. Au final, c’est l’accusé qui  répond au nom d’Alain Noël, alias Ralala a écopé d’une peine de 3 ans d’emprisonnement ferme pour association de malfaiteurs et séquestration. Quant au second, le prénommé Minoarifetra, il a été relâché au bénéfice du doute, faute de preuve pour le retenir.

D’abord, les prévenus ont formellement nié les faits jusqu’au bout. Et au fur et à mesure que les débats ont progressé, il s’avère que le flou persiste finalement à propos des rôles de ces deux démarcheurs de voiture,  dans cet enlèvement. Et que ce sont leurs complices dont certains sont écroués, d’autres en cavale, qui étaient directement dans le coup. Sauf qu’ils n’ont pu nier leur association au gang ayant perpétré l’acte. Et c’est le seul élément qui a permis d’enfoncer le surnommé Ralala. D’ailleurs, il a avoué d’avoir été au côté de ses complices pendant la séquestration de l’otage à Andoharanofotsy, le temps que les ravisseurs obtenaient la rançon. Et qu’il a eu sa part de ce magot se chiffrant à 400 millions de fmg. Durant quatre jours d’affilée, la victime a enduré les pires cauchemars liés à l’émotion et surtout la peur d’être assassinée.

Ses proches ont dû faire le paiement en deux phases, le temps nécessaire pour réunir la somme demandée. Durant les débats à l’audience, l’on a appris que les membres de la communauté ont dû cotiser pour aider la famille à  atteindre le montant total. Notons que les deux accusés avaient été arrêtés en avril 2019,  et que l’un des cerveaux présumés du rapt, fut éliminé par les Forces de l’ordre au moment de son arrestation à l’époque. L’homme a essayé de s’opposer par la force aux représentants de la loi. Ce dernier travaillait également en tant que démarcheur de voiture, tout comme ces deux autres.
Franck R.

Page 1 sur 678

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

Recherche par date

« December 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff