mardi, 27 février 2018

La Une du 28 février 2018

Publié dans La Une

Dans une situation délicate. Les médecins et paramédicaux travaillant dans les zones rurales doivent s’assurer de la santé des paysans producteurs, garants d’une meilleure productivité agricole, voire de la sécurité alimentaire. Pourtant, ils font face aux divers problèmes endurés par les populations locales. « Depuis un certain temps, on assiste amèrement à une désertion de la population des zones rurales et des paysans agriculteurs vers le milieu urbain. Ce phénomène pourrait s’expliquer par l’insécurité, les problèmes liés à la protection et la couverture sanitaire ou encore par l’insuffisance de communication. Il ne s’agit pas d’un manque de patriotisme ou de considération des ruraux. Le problème réside dans l’absence d’accompagnement de l’administration et ce dans nombreux plans », nous communique la 14ème promotion du Centre d’études diplomatiques et stratégiques (Ceds). C’était lors d’une conférence-débat organisée lundi dernier à Ankorondrano, intitulée « l’engagement de l’administration, éthique et sécurité alimentaire ». Sur le thème de la santé dans les zones rurales, le Dr Andry Roussel Herijoelison, auditeur de la 11ème promotion de l’établissement, a reconnu l’engagement et la forte motivation des agents de santé affectés en milieu rural. Toutefois, leur installation et sécurité devraient être soutenues, outre la nécessité de réviser leur salaire et indemnités.

Publié dans Société

De nombreux étudiants malagasy désirent effectuer leurs parcours universitaires dans les pays étrangers. Parmi les pays mentionnés figure toujours la France. L’Hexagone demeure une référence en termes d’enseignement supérieur au niveau mondial. Les universités françaises offrent divers programmes adaptés à tous les besoins des étudiants. Toutes les nationalités peuvent y accéder après avoir accepté les conditions. Outre la capacité intellectuelle requise, l’aspect financier doit également être priorisé. En effet, c’est au niveau du financement des études que tous les projets et les ambitions de ces jeunes malagasy s’arrêtent. Particulièrement, pour le groupe « France International Graduate Schools » (Figs) qui est à la disposition des jeunes souhaitant poursuivre leurs études en France, le frais de scolarité annuel varie de 7 500 à 9 000 euros, soit plus de 28 millions d’ariary pour les bacheliers voulant décrocher le diplôme de licence. Quant aux étudiants en master, la somme demandée s’élève à plus de 8 500 euros, ce qui équivaut à environ 32 millions d’ariary.

Publié dans Société

Les trois projets de lois organiques appelées à régir les futures élections sont enfin portés à la connaissance du public. Il s’agit du projet de loi relative au régime général des élections et des référendums, du projet de Loi organique relative à l’élection du Président de la République, ainsi que projet de loi organique relative a l’élection de députés. Dans le premier projet, celui de la loi relative au régime général des élections et des référendums, force est de constater que la tendance à régenter les organes de presse privés est manifeste, à un tel point que le texte finit par moment par verser dans la contradiction. 

Publié dans Politique

Aberrant. Tel est le terme qui est venu à l’esprit des observateurs lors de l’intervention du député Jean Nicolas Randrianasolo sur les ondes d’une radio privée hier. Alors que l’heure est déjà aux préparatifs électoraux, le Président de la Commission Défense nationale insiste encore et toujours pour un remaniement au sein du Gouvernement. Pour argumenter sa requête, il affirme que « 95% des membres du Gouvernement actuel ne sont pas dignes de confiance et risquent de se retourner à tout moment contre le Président Hery Rajaonarimampianina. Ils savent pertinemment qu’ils ne seront pas reconduits à leur poste si le Président était élu pour un 2ème mandat  ». Il considère également que  « la majorité de ces ministres sont incompétents ». Une manière à lui de confirmer la guerre intestine et la lutte d’intérêt qui règnent actuellement dans le cercle du  « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Une guerre qui n’est pas prêt de se terminer à seulement quelques mois de la fin de mandat de Hery Rajaonarimampianina.

Publié dans Politique

Le Miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina a procédé à sa cérémonie de présentation de vœux samedi dernier au domicile de l’ancien président dela Transition Andry Rajoelina à Ambohimangakely.Une cérémonie qui a vu la présence de plusieurs élus sous les couleurs orange, à savoir notamment les Ratsivalaka Michelle, Lanto Rakotomanga, Naivo Raholdina, Velontsara Paul Bert et d’autres.  L’absence de plusieurs élus sous l’étiquette du Mapar, lesquels ont trahi l’ancien homme fort du pays a toutefois constitué un sujet à discussion. Des élus pour lesquels Andry Rajoelina a battu la campagne et qui ont été élus surtout grâce au nom d’Andry Rajoelina. Des députés dont les chances d’être élus auraient été faibles s’ils avaient été en dehors du Mapar. Et qui pourtant, à peine élus, ont trahi leurs électeurs et tourné le dos à leurs familles politiques pour des raisons bassement personnels aux dépens de leur pays. Des élus qui actuellement n’hésitent pas à passer à la guillotine celui  qui les a menés au Parlement… La première législature de la Quatrième République compte de nombreux députés de ce genre. Moults élus sous les couleurs du Mapar ont changé de veste et de cravate.

Publié dans Politique
mardi, 27 février 2018

Conspiration

Comme il fallait s’y attendre, le Gouvernement s’est résolu, finalement, à convoquer ce lundi  26 février 2018 les deux Chambres du Parlement à des sessions extraordinaires, et cela, pour une durée de douze jours francs. Lors des cérémonies  d’ouverture,  les discours d’usage, sans intérêt apparent, des deux présidents voulaient marquer l’importance que revêtent les présentes sessions extraordinaires de ce genre pour le pays. En effet, selon le décret convoquant la session, les députés et les sénateurs vont bosser sur l’examen et l’adoption de trois projets de lois organiques relatifs aux élections. Il s’agit en fait du projet de loi n°05/2018 relatif au régime des élections et des référendums ensuite le projet de loi n°6/2018 relatif à l’élection du Président de la République et celui du 07/2018 relatif à l’élection des députés à l’Assemblée nationale.

Publié dans Editorial

Sans détour. La compagnie Corsair a revendiqué ouvertement son droit de trafic pour la zone Réunion - Madagascar face au projet de suspension des vols envisagé par l'Aviation Civile de Madagascar.  Une décision qui viserairt à favoriser le redressement de la compagnie nationale Air Madagascar. Dans un communiqué publié hier,  la compagnie aérienne ne manque pas d'arguments dans ce sens.  D'emblée,  elle souligne que l'ouverture de la desserte régionale l'année dernière a permis à plus de personnes de voyager à des prix compétitifs. Elle souligne aussi que « les risques de retour à une situation de monopole qui aurait pour conséquences une baisse du trafic et une augmentation des prix ».

Publié dans Politique

Les interventions d'un des Députés élus d'Atsimondrano pour sanctionner les chauffeurs et receveurs entêtés d'Itaosy ont entraîné des réactions à la fois positive et négative, voire la polémique sur les réseaux sociaux. Cela a même provoqué le clash entre les habitants et usagers de cet axe : les uns qui sont contre le demi-parcours des « Taxis-be » et les autres pour le respect du cahier des charges. La plupart d'eux sollicitent l'intégration d'autres coopératives pour servir, au moins, de navette depuis les primus à Itaosy Cité ou Hôpitaly jusqu'aux terminus à Analakely ou Tsaralalàna. Outre les divergences d'opinions, l'on constate des conflits d'intérêts et des corruptions dans cette affaire. En attendant, les transporteurs continuent à faire leur loi jusqu'à maintenant.

Publié dans Société

Le 22 février, les limiers de la Brigade criminelle (Bc) ont interpellé 8 personnes pour tentative de braquage d’une société privée sise dans la localité d’Ivato. Valeur du préjudice : 160 millions d’ariary. D’après une investigation de la Police, ce fonds était prévu être décaissé puis transporté en dehors de l’entreprise le week-end du 24 février dernier.

Publié dans Société
Page 1 sur 2

Fil infos

  • Permis biométrique - Mahafaly Olivier doit répondre de l’arnaque du siècle
  • Calendrier électoral - Le Premier ministre entretient le flou
  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »

Recherche par date

« February 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Editorial

  • Problème d'éthique !
    En 15 +2 jours de la nomination du Premier ministre de consensus (PMC), la situation politique malagasy n'a rien évolué. Nommé le 4 juin 2018, Ntsay Christian n'est pas encore sorti de l'auberge. En dix jours d'existence, le Gouvernement tente, tant bien que mal, de démarrer.Sur la Place du 13 mai, la tension ne baisse pas.

A bout portant

AutoDiff