Facebook n'est et n'a jamais été une source d'information fiable. Cette fois encore, les rumeurs sont tombées sur ce réseau social dans l'après-midi d'hier, annonçant la mort de Fafah du groupe Mahaleo. Apparemment, l'origine de la mort était une crise cardiaque pendant qu'il se trouvait au centre hospitalier de Soavinandriana (HOMI). La publication a tout de suite - comme tous les autres bad buzz d'ailleurs- republiée et partagée partout sur facebook provoquant une agitation des fans. Sans recoupement et ne pouvant pas savoir la vérité et la rumeur, les fans se sont tout de suite mis à partager leur tristesse provoquant la dispersion de la nouvelle plus rapidement. Pendant quelques heures, tout le monde était perdu et ne savait pas si l'information est fondée ou non. Cependant, les démentis n'ont pas tardé à circuler sur facebook notamment venant du compte officiel du groupe.

Publié dans Société

Personnalité politique très connue, ancien Maire et membre du parlement de la Transition, Guy Maxime Ralaiseheno est candidat à l’élection législative en tant que deuxième titulaire d’une liste indépendante dans la circonscription électorale très convoitée du District d’Antananarivo Atsimondrano. Cette liste croit fermement que cette élection législative marque un vrai nouveau départ pour Madagascar. Les frémissements de changement au sommet de l’Etat a des effets importants pour créer une prise de conscience collective pour tourner définitivement une longe page d’Histoire nationale tourmentée. INTERVIEW
La Vérité : Vous appartenez à une liste aux législatives. Dans cette perspective de changement qui se dessine, comment analysez-vous l’environnement global de cette échéance électorale.
GUY MAXIME RALAISEHENO ( = ) : « Qu’on le veuille ou non, le frémissement de changement qui est en train de s’opérer au sommet de l’Etat et dans ses structures pyramidales créera  un effet d’entraînement rapide que ce soit au niveau des acteurs politiques ou au niveau des électeurs dans son ensemble. L’élection législative est une élection de proximité par excellence. Chaque société de base aura la possibilité de manifester de plein droit et  en toute conscience de prendre en main son avenir.

Publié dans Politique

Marquer le Nouvel an malagasy en tourisme ! Chaque samedi, l'Office régional du tourisme d'Analamanga (ORTANA) organise une randonnée. Dans le cadre de la célébration du Nouvel an malagasy, l'office emmène ce samedi les amoureux de la marche au cœur de la colline royale d'Ambohidrabiby. Par rapport  aux différents parcours organisés par ORTANA, cette activité est destinée au grand public. En effet, le trajet mesure seulement 3,5 km tandis que la durée du parcours est estimée à deux heures de temps. Ces divers points montrent que le niveau de difficulté est facile et accessible pour tous. En dehors de la marche, les participants visiteront les musées et les lieux sacrés de la colline royale d'Ambohidrabiby.

Publié dans Economie

Invité de marque à l’investiture du Président du Sénégal, Macky Sall, à l’instar des 17 autres Chefs d’Etat, le Président Andry Rajoelina a revêtu le statut d’invité d’honneur à la célébration, hier, de la 59e année de l’indépendance du Sénégal. Accompagné de son épouse, Mialy Rajoelina, le Président de la République de Madagascar a eu tous les  honneurs incombant à ce statut. Les choix de la présidence du Sénégal de jeter son dévolu sur le Président malagasy ne sont pas fortuits mais amplement justifiés. Plusieurs raisons sont invoquées mais des sources locales relèvent quelques- unes les plus importantes.  Le fait qu’Andry Rajoelina est le benjamin des Présidents de la République du continent africain constitue une des raisons. L’accession d’un quadragénaire à la magistrature suprême a reçu un écho favorable auprès de la classe politique africaine et à certains peuples africains qui en aspirent.

Publié dans Politique

Triste fin pour cette commerçante basée  de Toamasina. Son corps inerte et dénudé est retrouvé par un employé  d’une maison de passe au quartier de Valpinson (Toamasina) dans l’après-midi de mercredi.  Le constat d’un médecin légiste note que le décès de cette dame de 45 ans est causé par un étranglement. D’autant plus que du sang coulait de sa bouche lors de la découverte du corps.  De là à déduire à un assassinat, tout le monde épouse cette thèse. Et la disparition des  16 millions d’ariary que la victime aurait eu sur elle et son téléphone portable conforte la thèse d’un vol suivi d’un assassinat. Cette somme perdue est destinée à un achat de matériaux de construction d’après les proches de la défunte, venus récupérés le corps à la morgue dans la soirée de mercredi.

Publié dans Politique

Chasser le naturel, il revient au galop. L’ancien Président Marc Ravalomanana semble reprendre ses mauvaises habitudes de mélanger affaires publiques et affaires personnelles. Simple conseiller spécial de la maire de la Capitale et non moins époux de celle-ci, le président fondateur du groupe Tiko use de nouveau de sa position au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo pour assouvir ses intérêts personnels.  Visiblement sur instruction de l’ancien président, la CUA bloque ainsi systématiquement tout traitement de dossier concernant la propriété dite  « Village Voara » à son niveau, selon les informations recueillies. Toutes les demandes de permis de construction formulées par la Société d’Equipement immobilier de Madagascar (SEIMad), propriétaire connu du terrain, se voient ainsi toutes rejetées. En novembre 2016, la SEIMad a sollicité la Commune urbaine d’Antananarivo pour la délivrance d’un permis de construire pour les travaux relatifs à l’accueil du 16è Sommet de la Francophonie. La CUA a refusé de délivrer ledit permis à la SEIMad. Toutefois, la SEIMad a pu exécuter les travaux conformément à deux arrêtés délivrés par le Mepate à l’époque, l’une portant autorisation d’aménagement et de viabilisation du site d’hébergement du Village de la Francophonie Andohatapenaka et l’autre précisant les prescriptions d’urbanisme régissant la zone d’activité mixte longeant la route digue à Andohatapenaka Ambohimanarina.

Publié dans Politique
jeudi, 04 avril 2019

Quid du Sénat !

Le pays a tourné définitivement la page de son histoire. Le peuple a opté pour la voie du changement. Un nouveau Président muni d’un programme bien élaboré, solide et réalisable s’installe au sommet de l’Etat. Ainsi, on se dirige vers une nouvelle direction pour une nouvelle orientation.  Bref, un régime diamétralement opposé par rapport à l’ancien existant prend quartier. Conséquence logique et immédiate, les nouveaux tenants du pouvoir font table rase. Mais, une institution, un des symboles vivants du régime HVM, s’accroche : le Sénat.  D’emblée, un lot de légitimes et pertinents questionnements s’interpose. Le Sénat, ce reliquat du défunt régime indélicat, a-t-il encore sa place dans ce concert du renouveau ? Le Sénat, vu sa configuration actuelle reflétant la caricature de l’ancien régime, mérite-t-il encore l’honneur de siéger dans cet ensemble de système nouveau ?

Publié dans Editorial
jeudi, 04 avril 2019

La UNE du 5 AVRIL 2019

Publié dans La Une

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Recherche par date

« April 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff