Société

Scène de lynchage d'une rare  violence à Namontana, hier matin. 6 individus soupçonnés d'avoir perpétré une série de cambriolages aux environs de 4h, étaient tombés entre les mains des riverains après l'alerte. Si 3 suspects ont réussi à échapper  à la foudre populaire, 3 autres ont été finalement appréhendés dont l'un a dû être hospitalisé. Ce dernier aurait tenté encore à prendre la fuite sur le chemin  où les gens l'ont conduit vers un Commissariat de police. Mais le fugitif n'a pas pu aller loin. Le fokonolona l'a attrapé  in extremis et lui a donné une sévère raclée.  
Des incidents. Les responsables du baccalauréat auprès du centre d’examen au lycée de Nanisana auraient mis la main sur quelques candidats ayant effectué des tentatives de fraude, hier durant l’épreuve de mathématiques. L’un des candidats de la filière technique qui y passe l’examen a témoigné qu’un des leurs aurait poursuivi le chef de centre jusqu’à sa salle d’examen pour lui présenter ses excuses. « Au moment où nous étions tous concentrés à traiter le sujet de mathématiques, notre matière de base, le chef de centre a surgi et s’est mis à surveiller la salle d’une manière suspecte.

2ème escale Kopi Kolé - 30 candidats en lice

Publié le lundi, 30 septembre 2019
5 parmi les 35 candidats ont quitté l’aventure à l’issue de la 2ème escale de Kopi Kolé qui s’est déroulée le samedi 28 septembre 2019 au siège de TV Plus Madagascar, situé à Ivanja Ambohitsoa. Il s’agissait de Kopi Kolé Elidiot, Lico Kininike venant de Majunga et Joyce Mena Makoa. Quant aux candidats de la catégorie « découvertes », l’aventure de Gasy Mamy de Toliara et Gasy Astro venant de Mananjary ont également pris fin samedi dernier. A chaque escale, 5 candidats quittent définitivement le jeu suite à la délibération des membres du jury.
Actuellement, la peur s’empare vraiment du personnel de la morgue de l’HJRA Ampefiloha. Une peur qui découle des propos très « durs » et accusateurs  émanant de certains facebookers de la place pour inciter les autres à s’en prendre « physiquement » à ce même personnel, accusé de vol d’organes présumé, malgré une absence de preuve. « Nous nous taisons depuis longtemps. Maintenant, nous jugeons qu’il serait trop injuste de croiser les bras devant tant de diffamations », apprend-on du côté de l’HJRA. La dernière affaire en date, remonte le week-end dernier à la suite du décès d’une jeune mère…
600. Tel est le nombre de femmes et de jeunes femmes qui meurent tous les ans après avoir rencontré une complication au cours d'un avortement à Madagascar. En effet, d'après Mireille Rabenoro, présidente de la Commission nationale indépendante des droits de l'Homme (CNIDH), près de 7 500 femmes ont recours à cette pratique qui est punie par la loi dans la Grande île. Selon elle, différents paramètres amènent les femmes et jeunes femmes à avorter. L'article rédigé par l'Agence de presse francophone (AFP) intitulé « A Madagascar, le cimetière aux fœtus de Volatiana », souligne des aspects de la vie…
Quatre jeunes hommes âgés entre 15 et 26 ans, et qui sont  domiciliés à Antorolava, Dar-Es-Salama, quartier de Dzamandzar à Nosy Be, furent interpellés par la Gendarmerie, le 28 septembre dernier. Ils ont eu à répondre de leurs actes à propos du meurtre d’un autre, qui n’est autre que leur camarade.  
A nouveau, le sang a giclé sur la route en l’espace de quelques heures sur les routes de la périphérie de la ville, à cause des accidents de moto. Deux personnes ont été tuées dans des circonstances effroyables au cours de ceux-ci. Commençons par le drame qui a touché un couple de jeunes vers 16h à Anosimasina-Itaosy. La moto qui l’a transporté s’est butée contre le trottoir mais aussi contre une plaque publicitaire. Le pilote, un homme de 27 ans a été tué sur le coup. Le port d’un casque n’a pas permis de le protéger du terrible choc.

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff