Société

Sabotsy Namehana - Un homme recherché pour le meurtre de son épouse

Publié le mardi, 07 novembre 2017
Ame sensible s’abstenir ! Les images du corps sans vie d’une mère de famille d’une vingtaine d’années reposant sur un lit et au visage atrocement déformé par  les coups, ont fait le tour des réseaux sociaux, hier. La découverte macabre s’est produite dans un foyer de Sabotsy Namehana. Parallèlement,   son mari qui est fortement soupçonné dans cet assassinat barbare, s’est enfui et il est actuellement  recherché, selon une information de la Gendarmerie. Bien entendu, la victime a donc succombé à la suite de coups assenés avec acharnement et  sadiquement de l’agresseur.
Retour en classe. La plupart des élèves du primaire et secondaire ont rejoint le chemin de l'école/collège depuis hier, après un mois de vacances imposées à cause de l'actuelle épidémie de peste. Malgré les différentes mesures prises pour se prévenir de la peste en milieu scolaire, entres autres la mise en place d'un comité de vigilance et d'une salle d'isolement, les parents ne cessent de s'angoisser quant au sort de leurs enfants.
10 ans plutôt, Housséni, un Indien résidant à Toamasina a trouvé la mort dans des circonstances encore floues. Hier, Hassina, la veuve de la victime a dû comparaître devant la Justice de l'Hexagone, et ce, à la demande des proches de nationalité française du défunt. La première est incriminée pour complicité d'homicide volontaire avec préméditation. Elle est soupçonnée d'avoir recruté et rémunéré deux hommes « non identifiés » pour assassiner son époux. Elle risque la réclusion criminelle à perpétuité, du moins selon l'information divulguée par un quotidien français. Entendue par les policiers, Hassina livre sa version des faits.

Meurtre d’un gendarme - L’auteur présumé abattu

Publié le lundi, 06 novembre 2017
Le meurtre d’un adjudant de la Brigade de recherche au sein de la Gendarmerie, joint à une tentative de kidnapping d’un Indo-pakistanais, ont défrayé la chronique en octobre 2010. Depuis, les auteurs de ces forfaits sont recherchés. Le week-end dernier, l’un des premiers, le surnommé Takely fut abattu par la Gendarmerie au cours d’un échange de tirs du côté d’Ambohimiarina Itaosy.

Insécurité alimentaire - La situation dans le Sud se dégrade

Publié le dimanche, 05 novembre 2017
Les Districts du Sud-est de Madagascar sont les plus concernés par l’insécurité alimentaire aiguë. Le nombre de personnes atteintes par ce phénomène a augmenté de 12 % entre mars et octobre 2017. Dans ces zones, 34 % de la population sont classifiés en phase de crise, selon l’analyse Ipc ou Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire. La dégradation de la consommation alimentaire des ménages, la baisse des récoltes, la forte exposition à diverses maladies et l’inflation des produits vivriers sont les principales causes de l’insécurité alimentaire aigüe dans ces zones étudiées. 
Vu les drames qui s'étaient produits samedi matin dans deux différentes localités de la banlieue de la Capitale, l'on est tenté de croire au destin de la loi de série. A Ambohimanambola, deux tâcherons âgés chacun d'une vingtaine d'années ont subi une mort violente dans l'exercice de leur métier, un travail qui consiste à déblayer une butte pour transporter ensuite la masse de terre dans un camion. Ce drame est survenu samedi vers 8h du matin du côté d'Ambohimanambola. 
Les conflits liés à la terre ne cessent de prendre de l’ampleur dans le pays. Hier, un atelier sur le projet de loi fixant le régime juridique et l’immatriculation ainsi que la propriété foncière titrée s’est tenu à Antaninarenina. Les sociétés civiles, maires des régions Analamanga et Itasy, le Birao Ifotony ny Fananan-tany (Bif) ainsi que la Solidarité des intervenants fonciers (Sif) se sont donné rendez-vous à cet atelier. D’après ces intervenants, ce projet de loi met en avant le jugement des agents du Domaine. « Si ce projet de lois est voté à l’Assemblée nationale, les maires et les…

Fil infos

  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres
  • Lalatiana Rakotondrazafy - « Des choses illogiques dans les propos du Pm »
  • Hery Rajaonarimampianina - Un déplacement « secret » en Angola

Editorial

  • Noyautage indécent
    A la guerre comme à la guerre ! On attaque. On neutralise. Et tous les moyens sont bons. Le pouvoir en place, en position de force, ne lésine pas sur toutes les astuces pour terrasser l'adversaire, l'opposition. La presse, le quatrième pouvoir dit-on, l'une des armes les plus efficaces entre les mains des deux camps, constitue la cible idéale. Le mode opératoire, vieux comme le monde, consiste à étouffer les médias indépendants ou proches du camp d'en face.

A bout portant

AutoDiff