Société

Une délocalisation du projet « Repas pour mille ». Le concept n'a pas changé. Il s'agit d'offrir un repas complet et gratuit d'une valeur de 20 000 ariary aux individus choisis.  Il se compose de mets spéciaux « fêtes » à savoir une entrée, un plat de résistance, un dessert, du  gâteau  ainsi que des boissons. Le nombre des bénéficiaires reste toujours mille personnes et ce sont notamment les gens défavorisés qui en reçoivent. Cette année, pour la deuxième édition du projet « Repas pour mille », l'on a choisi de regagner la ville de Toamasina. Dans le cadre d'une…

Toamasina - Un opérateur économique dépouillé de son milliard

Publié le mardi, 19 décembre 2017
 Le secteur de Tanamakoa 12/12, ce quartier de Toamasina fait de plus en plus parler de lui en ces derniers temps à cause de l’insécurité. Vendredi matin dernier, un opérateur économique dans la filière « girofle », a été totalement bouleversé, pour ne pas dire perdu la raison. Deux bandits armés et qui ont roulé en moto,  l’ont dépossédé de la somme de 180 millions d’ariary soit près d’un milliard de francs. Le comble, c’est que cet opérateur issu de la Commune de Fotsialanana à Soanierana-Ivongo, venait de  toucher cette somme à la banque. L’agression s’est produite juste au moment…

Santé - Les travailleurs indépendants et informels au premier soin.

Publié le mardi, 19 décembre 2017
Facilité d’accès aux soins médicaux.  Compte tenu du faible revenu et du pouvoir d’achat, la santé se place en dernier lieu en matière de priorité pour les Malagasy.  Ce sont notamment les travailleurs indépendants et informels qui adoptent cette mentalité. Ils ont du mal à dépenser une énorme somme pour une prise en charge médicale.  Dans le cadre de la couverture santé universelle (Csu), le minsitère de la Santé publique s’engage à offrir des soins à tous les Malagasy. C’est ainsi que le  projet d’extension de la couverture santé de ces travailleurs a été lancé.  Pour ce faire, le ministère…

Ikongo - Accident d'un camion militaire, des plongeurs arrivent sur place

Publié le lundi, 18 décembre 2017
Après la tragédie qui a frappé, samedi dernier, les éléments des forces de l'ordre à bord d'un camion militaire  à Ikongo, 6 d'entre eux n'ont toujours pas été retrouvés.  Aux dernières nouvelles, des plongeurs de l'Armée du Corps de protection civile (CPC) étaient spécialement dépêchés de la capitale, depuis hier matin. Leur mission est de tenter de retrouver les traces des portés disparus après leur noyade.

Fête de Noël - Une hausse de prix de 20 % pour les jouets

Publié le lundi, 18 décembre 2017
La fête de la nativité va de pair avec les cadeaux dont des bonbons, des articles vestimentaires, des chocolats et des jouets. Pour les parents, l'achat de jouets pour leurs enfants constitue une priorité absolue. Même avec un pouvoir d'achat faible et limité, faire plaisir aux petits constitue un de leur devoir. Ainsi, les commerçants essaient de profiter ce cette période festive pour gagner beaucoup d'argent. Ils exposent divers articles à des prix variés pouvant plaire aux enfants et intéresser les acheteurs. Il s'agit notamment des voitures téléguidées, des fusils en plastique, des poupées de grande taille et tant d'autres…

Syndicat des marins - Les membres revendiquent l’application de la loi

Publié le dimanche, 17 décembre 2017
Une guerre sans fin. Le Syndicat  général maritime de Madagascar (Sygmma) revendique l’application de la loi à son ancien Secrétaire général (Sg), Razafindraibe Lucien. Elle concerne notamment le dédommagement et le retour des matériels détournés. Au mois de juillet 2016, le syndicat a procédé à un audit. Cette décision a été prise à l’issue d’une  réunion de tous les membres. A la fin de leur mission, les auditeurs ont annoncé plusieurs anomalies mettant en cause  ce  Sg du syndicat. Le détournement est estimé à 776 millions d’ariary. 

Ikongo - Accident d’un camion militaire, 9 éléments portés disparus

Publié le dimanche, 17 décembre 2017
Un camion des Forces armées malagasy a basculé dans la rivière d’Agnila à Ikongo, faisant ainsi 9 victimes. Le drame est survenu vers le début de l’après-midi samedi sur un radier d’Ambinatromby, situé à 30 km de ce District du Sud-est du pays. Composés d’éléments issus de différents corps militaires, les malheureux ont été emportés par les crues, très violentes en cette période de l’année. Pour l’heure, il est impossible de savoir où ont fini les corps de 6 militaires basés à Fianarantsoa, de 2 policiers de cette même ville et d’un gendarme de Mananjary emportés par les flots. Les…

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff