Publié dans Economie

Tourisme mondial - Une perte de 320 milliards de dollars

Publié le mercredi, 29 juillet 2020

Une chute de 98 % du nombre de touristes internationaux. L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a publié hier le baromètre relatif aux pertes liées au coronavirus dans le secteur. L’institution a comparé les chiffres entre janvier et mai par rapport à ceux de l’année dernière. Elle a ainsi constaté une baisse des recettes s’élevant à 320 millions de dollars, soit le triple des pertes au niveau des recettes du tourisme international enregistrées pendant la crise économique mondiale de 2009.

Ce manque à gagner se traduit par une chute du nombre de touristes, à hauteur de 300 millions de personnes. « Ces chiffres les plus récents montrent clairement combien il est important de faire redémarrer le tourisme dès qu’il est possible de le faire. L’effondrement du tourisme international met en danger les moyens d’existence de plusieurs millions de personnes, notamment dans les  pays en développement », déclare Zurab Pololikashvili, secrétaire général de l’OMT.

Un déficit de 620 millions de dollars pour Madagascar

Ce ralentissement économique au niveau mondial se répercute sur le tourisme national. Le secteur estime une perte de 620 millions de dollars, soit environ 2 000 milliards d’ariary. Près de 1 500 000 personnes sont actuellement en péril dont la majorité d’entre elles vivent dans la Capitale. Les très petites entreprises, entre autres les guides accompagnateurs et les fournisseurs de produits frais aux hôtels, figurent parmi les catégories fortement touchées. Se sentant en deuil, les opérateurs se préparent déjà à un déclin de leur chiffre d’affaires à plus de 90 %.

Il faut savoir que l’aviation, qui reste le plus grand pourvoyeur de devises, s’avère le domaine le plus en détresse. Cela fait maintenant quatre mois que le Gouvernement a fermé le ciel de Madagascar et les avions sont cloués au sol. La société Aéroports de Madagascar (ADEMA), la compagnie Air Madagascar et ses filiales, ainsi que les compagnies privées du secteur ont subi des pertes substantielles de revenu, mettant en péril la continuité de leur existence et de leurs activités. La perte de nombreux emplois est à craindre en cas de compression du personnel, ou en cas d’éventuel dépôt de bilan de ces compagnies.

En particulier, la faillite de la compagnie domestique Tsaradia, filiale d’Air Madagascar, mettra sérieusement en péril les chances de relance économique et la desserte nationale. A travers cela, elle exacerbera l’impact sur le secteur du tourisme et génèrera encore plus de pertes d’emplois induits. Afin de remédier à cette situation, le Gouvernement envisage un soutien financier à la trésorerie de cette compagnie aérienne. Le montant du financement prévu s’élève à 11 millions de dollars. La société assurera également des vols cargo pour survivre.

Malgré les initiatives de relance du secteur touristique à travers une campagne de communication nationale, les opérateurs estiment que ce secteur mettra entre 11 à 18 mois à se relever, c’est-à-dire vers la fin 2021.

Recueillis par Solange Heriniaina

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff