Publié dans Economie

Pollution des eaux à Andrakaraka - QMM rappelée à l'ordre par le ministère

Publié le mercredi, 23 septembre 2020

Descente inopinée. La ministre de l'Environnement et du Développement durable, Vahinala Baomiavotse Raharinirina, effectue actuellement une tournée dans la partie sud-est du pays. Cette tournée a surtout comme objectifs de constater de visu tous les problèmes rencontrés par le secteur de l'environnement dans cette partie de l'île et d'ouvrir la discussion avec les acteurs concernés pour dégager des solutions. En passant dans la Région d'Anôsy, la ministre a ainsi fait une mission de contrôle auprès de l'industrie minière QMM, exploitant l'ilménite à Taolagnaro. « Après l'obtention du permis environnemental auprès de l'Office national de l'environnement, l'industrie doit s'engager à respecter les normes sociales et environnementales qui y incombent. Par la suite, le ministère pourra contrôler si c'est vraiment le cas », a notifié la ministre de l'Environnement et du Développement durable.

 

Cette descente a ainsi permis aux autorités de voir la souffrance de la population d'Andrakaraka depuis la mise en place d'un déversoir dans cette zone, sachant que leurs moyens de subsistance se basent sur l'agriculture ainsi que la pêche maritime et en eau douce. « Les poissons se raréfient depuis, alors que ce sont nos principaux moyens de subsistance. L'eau est polluée. La forêt est détruite. Nos revenus sont ainsi presque inexistants », se plaint un père de famille. Selon les informations fournies, ces paysans gagnaient entre 60 000 à 100 000 ariary, mais aujourd'hui, ils peinent à trouver 1 000 ariary. Face à ces doléances de la population, la ministre s'est entretenue avec le directeur général de QMM afin de trouver une solution qui conviendra aux deux parties.

Face à ces plaintes de la population locale, les responsables au niveau de la QMM ont admis leur part de responsabilité face à la dégradation de l'environnement dans cette zone. De ce fait, la ministre a demandé à ce que cette situation soit vite inversée. « Tout comme Taolagnaro, les petites localités comme Andrakaraka doivent aussi pouvoir bénéficier des avantages et du développement apportés par l'exploitation d'ilménite. L'intérêt public doit ainsi être considéré face à la dégradation de l'environnement. Il faudra donc que QMM propose des alternatives pour fournir de l'eau potable aux communautés concernées par les eaux polluées », soutient-elle.

Cette industrie minière a déjà renforcé sa politique de reboisement pour pallier à la dégradation des zones forestières dans la Région. En tout cas, le ministère de tutelle veillera particulièrement à la concrétisation des remarques faites lors de cette descente. La ministre a même déclaré que les missions de contrôle de ce genre seront multipliées.          

Rova Randria

Fil infos

  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff