Publié dans Economie

Création des aires protégées à Madagascar - La compensation des pertes des populations locales oubliée

Publié le jeudi, 08 octobre 2020

Une des principales raisons de l’actuelle dégradation de l’environnement à Madagascar. «Bien avant la création des aires protégées à Madagascar, les communautés environnantes bénéficient des services écosystémiques des zones forestières. Ensuite, nous avons créé les réserves naturelles sans nullement prévoir les pertes de ces communautés. Du jour au lendemain, nous leur disons qu’elles ne peuvent plus se servir dans ces zones comme avant parce que c’est désormais interdit par la loi. La compensation de ces pertes a été mise de côté, voire oubliée. Elles se retrouvent ainsi privées de ressources, causant leur pauvreté. Elles sont donc amenées à exploiter illicitement les ressources pour pouvoir survivre », explique Vahinala Baomiavotse Raharinirina, ministre de l’Environnement et du Développement durable, hier, à Ambatobe. Les descentes effectuées par cette responsable au cours des huit derniers mois, lui ont permis notamment de constater les gaps dans la conservation des ressources ainsi que les demandes des parallèles des communautés locales. Le modèle de conservation appliqué aujourd’hui exclut la partie sociale, c’est pourquoi il n’est pas efficient. «Il faut que nous arrêtions de construire des murs de conservation. En contrepartie, nous devons bâtir des ponts pour le développement durable », soutient la ministre. «Nous devons prendre soin des communautés autour des aires protégées pour qu’elles puissent par la suite s’occuper de la biodiversité » rajoute le directeur exécutif de la fondation des aires protégées et de la biodiversité de Madagascar.
Pour pouvoir aller dans ce sens, le ministère compte bien élaborer des stratégies plus inclusives. Après la réunion avec les gestionnaires des AP au mois de juin dernier, un débat a été ouvert hier, sur le thème: « Concilier la gestion durable des aires protégées avec la réduction de la pauvreté ». Ce débat s’est notamment basé sur les recherches effectuées par la mention Foresterie et Environnement de l’Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques (ESSA) de l’université d’Antananarivo en collaboration avec diverses universités internationales. « Aujourd’hui, le ministère entend baser ses stratégies sur les recherches scientifiques. Elles permettent notamment de garantir les procédures », défend Vahinala Baomiavotse Raharinirina. Après deux jours d’échange, les participants devront trouver de solutions pour permettre d’allier politique, stratégies et actions et d’y intégrer la population. Tout doit vite se faire parce que l’heure est grave.  
Rova Randria

Fil infos

  • Sécheresse et dégradation des zones forestières - Toute la ville de Fianarantsoa privée d’eau à partir de demain
  • Mise en accusation de ministres à la HCJ - Accouchement difficile à l’Assemblée nationale
  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff