Publié dans Economie

Redressement de l’économie de Madagascar - « Un taux de croissance de 5 % atteignable dès cette année » dixit Thierry Rajaona

Publié le vendredi, 05 mars 2021

Les impacts économiques de la pandémie de Covid-19 se font encore ressentir jusqu’à aujourd’hui, plus particulièrement au niveau des entreprises.

Toutefois, il est fort possible d’y remédier, d’après le Groupement des entreprises de Madagascar (GEM). « Nous pouvons parfaitement atteindre un taux de croissance de 5 % dès cette année, et ce malgré la crise. Mais le secteur privé ne pourra pas y arriver tout seul. Le soutien du secteur public est également requis. Pour atteindre ce chiffre, nous devons attirer de nouveaux investisseurs dans le pays, mais aussi soutenir et augmenter la production locale, tous secteurs confondus, mais surtout dans le domaine agricole et industriel. Cependant, toutes les parties prenantes doivent échanger ensemble pour trouver les solutions adaptées et coordonner les actions à entreprendre », a soutenu Thierry Rajaona, président du GEM, à l’issue de l’Assemblée générale du groupement, hier au Carlton, Anosy. 

Pour le GEM, la priorité pour redresser l’économie est le soutien du secteur privé. Et le groupement l’a maintes fois répété lors des différents dialogues publics-privés. Cependant, le secteur privé a été informé au mois de janvier de la mise en place d’un système de garantie par l’Etat, géré par Solidis. « Il s’agit d’un système de prêts octroyé par le système bancaire aux PME par réaffectation du fonds de la Banque mondiale d’un montant de 24 millions de dollars », détaille le résumé exécutif pour l’Assemblée générale ordinaire du GEM, mais sans plus d’informations.

Dans tous les cas, les discussions se focalisent encore actuellement sur le plan de redressement économique du pays. Dans ce sens, un débat sur la relance économique et la mise en œuvre du Plan multisectoriel d’urgence (PMDU) a été organisé le 15 février dernier entre les différentes parties concernées. « Des points concernant le PMDU sont encore à revoir et à définir au niveau des instances publiques. En parallèle, nous avons également émis des propositions pour améliorer le plan et ses impacts. Une nouvelle rencontre devrait alors se faire avant le mois d’avril pour voir où nous en sommes », rajoute le président du GEM.

 

Le secteur privé s’attend ainsi à ce que les autorités publiques écoutent vraiment leurs propositions et les prennent en considération par la suite, sachant que les activités ont été fortement impactées par la pandémie. De plus, pour sortir de cette crise, il faudra la contribution de tous. 

 

Rova Randria

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff