Publié dans Economie

Prix à la consommation - Hausse généralisée constatée par l’INSTAT

Publié le dimanche, 15 janvier 2023


Impact multisectoriel. Le nouvel indice des prix à la consommation régionale publié par l’Institut national des statistiques (INSTAT) pour la Région d’Analamanga est sans appel. A tous les niveaux, les hausses de prix à la consommation sont observées. Certes, moins importante dans tel ou tel secteur mais dans d’autres, l’augmentation des prix s’avère être intenable pour le cas de la plupart des ménages à revenu modeste. En effet, en variation en glissement annuel, dernièrement, les prix à la consommation à Antananarivo augmentent de 9,49 %. Les prix de l’énergie affichent des augmentations importantes de 11,43 %. Par rapport à l’année précédente, les prix des PPN augmentent de 8,19  % et ceux du riz augmentent de 4,50 %. Selon l’origine des produits, les prix des produits locaux augmentent de 8,96 % et contribuent à 83,39 % à la variation des prix dans l’ensemble. Les prix des produits semi- importés  augmentent le plus (+16,55  %), ceux des produits importés  augmentent de 6,58 %. selon le secteur de production, les prix des  services publics  augmentent fortement (+24,68 %) suivis par d’importantes augmentations des prix des produits manufacturés industriels  et des produits vivriers non transformés  respectivement de 15,17 % et de 12,12 %. Des variations positives des prix sont aussi notées sur les produits vivriers transformés, des produits manufacturés artisanaux et des  services privés  respectivement de 4,84 %, de 7,34 % et de 6,42 %.
Faible revenu
Ainsi, du fait de profils de dépense différents, de leur propension à consommer une part plus élevée de leurs revenus, à épargner moins et à subir des contraintes de liquidité plus fréquemment que les ménages à revenus élevés, les ménages les plus modestes présentent un risque de défaut plus élevé. Par ailleurs, les secteurs les plus affectés ces derniers temps, selon la fonction des produits, les prix de l’hôtellerie, cafés, restauration varient le plus et augmentent à 43,23 %, suivis de loin par l’augmentation des prix de l’ameublement, équipement ménager et entretien courant (+20,87  %) et ceux des transports  (+15,21  %). Des augmentations des prix relativement faibles s’observent sur le logement, eau, électricité, gaz et autres combustibles  (+0,78 %). Les prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées, de l’enseignement, éducation et des  autres biens et services  varient à des taux presque similaires respectivement de 10,14 %, de 8,48 % et de 13,02 %. Ainsi, au dernier trimestre de l’année dernière, les prix à la consommation à Antananarivo augmentent de 2,35 %. Tandis que ceux des PPN et de l’énergie augmentent respectivement de 0,79 % et de 3,03 %. Selon l’origine des produits, les prix des produits semi- importés  enregistrent la plus importante augmentation (+3,29  %). Les prix des produits locaux et des produits importés  augmentent respectivement de 2,28 % et de 1,86 %.
Hary Rakoto

Fil infos

  • Élection - L’Antoko Hiaraka Isika recadre l’Opposition
  • Gestion des risques et des catastrophes - Un centre national pour gérer les réponses d'urgence
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés d’Ankaboka et de Marovoay - « Nous allons nous entraider »
  • Jean-Claude de l'Estrac - « Madagascar était l'eldorado de l'océan Indien… »
  •  Velirano présidentiel - Le projet « Téléphérique » va bon train !
  • Economie bleue - Maroc apprend de Madagascar
  • Lutte anti-corruption - « Madagascar a fait un bond de 16 places depuis 2019 »
  • Vakinankaratra - Le voyage en immersion pour relancer le tourisme
  • Îles Eparses  - Le SECES écarte toute idée de cogestion 
  • Mobile money - Les systèmes d’arnaque se diversifient

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la haute trahison !
    Ketakandriana Rafitoson remet de fait en cause l’appartenance des Iles Eparses dans le giron de la République Malagasy. En effet, la directrice pays de l’ONG Transparency International Initiative Madagakasikara (IT-IM) fustige la cause nationale. Elle défend ouvertement la position de la France selon laquelle ces petites îles font partie intégrante du territoire français. La directrice pays de l’IT – IM, au cours d’une interview accordée au quotidien français « Le Monde », à l’entame de l’année nouvelle 2023, portant sur plusieurs sujets touchant les relations entre les deux pays, Madagasikara et la France, émit un avis pour le moins controversé concernant la revendication des Malagasy en vue de la restitution des îles Eparses au sein du territoire de la République Malagasy. Ketakandriana Rafitoson prend le contre-pied de Madagascar « je m’interroge sur les liens qui nous unit à ces îles. Ce sont des terres inconnues par nous auxquelles nous ne…

A bout portant

AutoDiff