Publié dans Economie

Filière « vanille » - L’Union européenne plaide en faveur de Madagascar

Publié le vendredi, 15 septembre 2023
Filière « vanille »  - L’Union européenne plaide en faveur de Madagascar Crédit photo : archive

A la suite du nouveau règlement de la Commission européenne en vigueur depuis le jeudi 14 septembre, lequel a suscité des préoccupations majeures à Madagascar, en particulier dans le secteur de la vanille, la situation des opérateurs du secteur devient intenable. Le règlement impose une limite drastique de 0,05 milligramme par kilo de résidus de nicotine autorisés dans les épices importées, au lieu des 0,3 milligrammes précédemment. Ainsi, hier, selon la presse internationale, face à cette mesure qui pourrait entraîner le rejet de près de 80 % des lots de vanille exportés, les opérateurs économiques et l'ambassadrice de l'Union européenne à Madagascar, Isabelle Delattre, ont uni leurs voix pour plaider en faveur d'une révision de cette réglementation.
En effet, la vanille de Madagascar, connue pour sa qualité exceptionnelle, est un élément clé de l'économie, employant plus de 150.000 familles et représentant jusqu'à 8 % du produit intérieur brut (PIB) du pays. Les exportateurs ont fait valoir que les résidus de nicotine dans leurs produits ne posent pas de problème de santé publique, mettant en avant le fait que des aliments courants comme les tomates et les aubergines conservent un taux maximal autorisé de 0,3 milligramme de nicotine par kilo, bien supérieur à la nouvelle limite imposée. L'Ambassadrice de l'Union européenne à Madagascar a alerté les instances de l'Union européenne à Bruxelles sur les conséquences potentiellement désastreuses de cette réglementation pour l'économie. Suite à ces plaidoyers, il a été annoncé que le taux de 0,05 % serait réexaminé les 18 et 19 septembre par un comité d'experts européens afin de permettre à la Commission européenne d'adopter un nouveau règlement.
Approbation
Ce règlement pourrait être en vigueur dès le début de l'année 2024, sous réserve de l'approbation de l'Agence européenne de sécurité alimentaire et de l'absence d'objections du Parlement européen ou des Etats membres. Elle a ainsi qualifié cette révision anticipée du règlement de « mesure exceptionnelle » en réponse aux préoccupations des opérateurs économiques et du Gouvernement. Elle a souligné que l'objectif n'était pas de jouer les pompiers, mais plutôt d'anticiper de telles situations à l'avenir en encourageant un dialogue renforcé entre les acteurs techniques des pays partenaires et des pays importateurs de l'Union européenne. D’autant plus qu’il a été expliqué que les données sur lesquelles reposait la limite maximale autorisée n'étaient pas représentatives de la réalité de la filière « vanille » à Madagascar. Elle a rappelé que la fixation de cette limite devrait être basée sur ce que l'industrie considère comme réalisable, plutôt que d'imposer arbitrairement une limite qui ne peut pas être respectée par la filière.
En attendant la révision officielle du règlement, les services sanitaires et phytosanitaires des Etats membres de l'Union européenne ont été encouragés à faire preuve de souplesse dans l'application de la limite de 0,05 milligramme de nicotine par kilo. Les exportateurs de vanille sont également invités à explorer les raisons sous-jacentes des traces de nicotine fréquemment détectées dans leurs produits. A cet effet, la décision de réexaminer cette réglementation offre un espoir aux producteurs de vanille et témoigne de l'importance d'une communication accrue entre les parties prenantes pour éviter des crises de dernière minute à l'avenir. Le destin économique de Madagascar et de ses nombreuses familles dépendantes de la vanille reste suspendu à cette révision.
Hary Rakoto

Fil infos

  • Fête de l'Indépendance - Madagascar débute la célébration dans l’unité et la foi
  • ACTU-BREVES
  • Téléphérique - Antananarivo au même niveau que les grandes villes du monde 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Tourisme à Madagascar - Construction d’une quinzaine d’hôtels cinq étoiles en vue
  • Périodes de vacances - Le mauvais état des routes nationales inquiète
  • Opposition - Manœuvres de déstabilisation en pleine fête nationale 
  • Actu-brèves
  • Haute Cour constitutionnelle - 1500 requêtes électorales à traiter

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • J’avais 12 ans !
    Je garde jalousement en mémoire les euphories de tous, jeunes et adultes, ce jour de 26 juin 1960. Né le 8 juin 1948, j’avais donc 12 ans, révolu, lorsque le pays fêtait pour la toute première fois le retour de Madagasikara à l’Indépendance. C’était la liesse générale. Tout le monde embrassait tout le monde. Sur l’emblématique et légendaire stade de Mahamasina quand feu le Président de la République Tsiranana, le premier d’ailleurs, prononça son tout premier discours, ès qualité, où il devait officiellement et solennellement déclarer que Madagasikara redevient souverain. Un discours suivi immédiatement des 21 coups de canon sur la montagne d’Ambohijanahary. C’était l’euphorie générale, une réjouissance nationale.

A bout portant

AutoDiff