Publié dans Economie

Commerce international - Forte baisse des exportations durant le premier semestre 2023

Publié le dimanche, 17 septembre 2023

Madagascar traverse une période difficile sur le front économique avec une chute significative de ses exportations, au cours du premier semestre de cette année. Les données statistiques, récemment publiées, indiquent une réduction alarmante de 16,8 % en volume et de 39,8 % en valeur des exportations, soulevant des préoccupations majeures au sein de la communauté économique nationale. Parmi les secteurs les plus touchés, la vanille et le girofle semblent être en première ligne de cette crise exportatrice. La vanille a connu une chute vertigineuse de 56,4 % en volume et de 54 % en valeur, tandis que le girofle a enregistré une baisse de 14 % en volume et de 2,1 % en valeur.

Ces chiffres alarmants sont en grande partie attribuables à la diminution des exportations vers des marchés clés tels que les Etats-Unis, la France et l'Afrique du Sud, mettant en évidence une vulnérabilité croissante de Madagascar face aux perturbations économiques mondiales. Cependant, tous les secteurs ne sont pas en perte. Le secteur de la pêche se démarque positivement avec une augmentation remarquable de 29,96 % en volume et de 24,49 % en valeur, en grande partie grâce à la demande croissante de crevettes et d'autres crustacés malgaches sur les marchés internationaux. 

Mesure présidentielle

Le Président de la République, Andry Rajoelina, a réagi rapidement à cette situation économique préoccupante en prenant des mesures pour stimuler l'économie malgache. Parmi ces mesures, on compte un encouragement accru au développement de l'agriculture et la promotion de l'investissement dans des secteurs émergents tels que l'énergie renouvelable et les technologies numériques. Le Gouvernement s'est également engagé à fournir un soutien adéquat aux entreprises locales pour renforcer leur compétitivité sur le marché mondial. Cette initiative devrait contribuer à inverser la tendance actuelle des exportations en déclin. Dans l'ensemble, il est de la plus haute importance pour Madagascar de redynamiser son secteur économique exportateur et de réduire sa dépendance excessive vis-à-vis des importations. Cela revêt un caractère essentiel pour maintenir une croissance économique stable et améliorer la qualité de vie de la population malgache. La réussite future de Madagascar, en tant que nation exportatrice, dépendra largement d'une stratégie économique claire et d'un soutien continu des décideurs politiques. La mise en place de politiques économiques et commerciales solides est essentielle pour stimuler les exportations et maximiser les avantages économiques pour le pays. Alors que Madagascar traverse cette période de turbulences économiques, il est impératif de soutenir les secteurs qui ont le potentiel de générer davantage de devises étrangères pour la nation. Une coopération entre le Gouvernement, les entreprises locales et la société civile est nécessaire pour relever ce défi et redonner un souffle nouveau aux exportations malgaches.

 

Carinah Mamilalaina

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Les lobbyings agitent en coulisses
  • Eradication de la poliomyélite - Fy, jeune influenceuse et défenseuse des jeunes pour la vaccination
  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Secteur combatif
    Le tourisme, le fer de lance pour la relance de l’économie nationale, se trouve en tête de la ligne du front dans la bataille sans merci contre la malédiction, si on peut s’exprimer ainsi, qui semble s’éterniser. En effet, il faut batailler dur si l’on veut briser à jamais le blocage en béton gênant la remontada. En diapason avec le ministère des Transports et de la Météorologie, le département du Tourisme et de l’Artisanat, en tête de peloton, sous l’impulsion de l’inamovible ministre Randriamandranto Joël conduit en tandem avec le ministre Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald, le combat. En fait, les ministères du Tourisme et des Transports sont deux départements appelés à unir leur force dans un cadre de stratégie commune afin de coordonner les actions.

A bout portant

AutoDiff