Publié dans Editorial

Des actes de bravoure mais …

Publié le dimanche, 12 juillet 2020

Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

De même, la guerre contre la pandémie de Covid-19 voit la participation active des bérets rouges sur terrain, au front. A Toamasina, selon des observateurs, l'Armée y était efficacement pour la baisse significative des chiffres de la pandémie. De même à Tanà, la présence dissuasive des soldats de l'Armée en déployant l'artillerie lourde contribue réellement au respect des consignes. Cette fois-ci, c'est le Bataillon multi-missions (BMM) qui entre en jeu. Des actes de bravoure mais l'Armée doit  veiller constamment à ce que les soldats déployés sur place ne commettent certains abus sur la population comme ce fut le cas dans certains endroits.

La Gendarmerie nationale, chargée essentiellement à assurer la sécurité intérieure du pays, fait le maximum. La traque des dahalo et consorts partout où ils sévissent, en zones rurales ou en villes, est la principale mission des éléments des bérets noirs. La tâche s'avère difficile mais ils ne reculent jamais. Le ratissage des zones rouges infestées de ces « hors-la-loi » complique la tâche. Les résultats probants viennent s'ajouter au fil du jour au palmarès des éléments du Général Ravalomanana Richard. Mais le démantèlement des réseaux mafieux des criminels dangereux, auteurs des rapts défrayant les chroniques, constitue aussi l'une des priorités des bérets noirs. Tout récemment, ils viennent de mettre hors d'état de nuire la bande à Ramandiamanana Norbert alias Lama.A cela s'ajoutent les efforts d'assainissement de la « maison ». La lutte sans merci contre la corruption n'est pas un vain mot. Des actes de bravoure notables mais l'ex-Catalane d'Andrefan'Ambohijanahary a intérêt à se mettre aux aguets, à tout moment, de telle sorte que les bérets noirs ne retombent pas dans les pièges du mal.

La Police nationale (PN), l'entité chargée de veiller à la sécurité publique, n'est pas en reste. Des réseaux de gangs qui sévissent dans les centres urbains ont été démantelés sans pitié.Il faut noter la volonté irrévocable des hauts responsables de la PN à traquer sans pitié les brebis galeuses. Le placement sous mandat de dépôt de ce jeune commissaire, en poste dans le Nord, impliqué dans une affaire de corruption, illustre en grandeur nature de la traduction en actes des efforts du ministre et son équipe à assainir son département.

Somme toute, les trois entités confondues de la FDS manifestent ouvertement leur volonté de changement à… 180°, ces derniers temps. Elles ont fait preuve de courage, d'abnégation, bref, d'actes de bravoure et contribuent énormément dans la lutte contre le Covid-19. Cependant, on doit constamment éviter de pécher aux excès de zèle risquantd'aboutir aux abus divers et nuisant aux effets positifs du changement.

Ndrianaivo

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff