Publié dans Editorial

Cette maudite maladie !

Publié le jeudi, 13 août 2020

En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la  vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions  de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle.
De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a qu’un pas à faire pour un détail près. Etant de forme grippale aigue et d’origine virale, ils ont tous les deux à peu près la même manifestation et se transmettent de la même manière : par simple contact, par voie respiratoire. Et il en faut les mêmes précautions : geste barrière, port de masque, etc. Seulement, il faut souligner que la Covid-19 se distingue particulièrement par le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ce qui lui a valu le constat d’un caractère dangereux. 
Le monde entier fait face à cette maudite maladie. Certes, il n’y a pas de maladie … bénie ni généreuse, elle crée toujours, quelle que soit sa forme, des malaises ou des gênes voire de la douleur chez la victime. Seulement, avec cette pandémie du XXIème siècle, les hommes subissent âprement des épreuves physiques et morales souvent insupportables. Des préjudices provoquant des dégâts collatéraux dans tous les domaines de la vie nationale. D’après les derniers bilans (source OMS), on estime à 20 624 316 cas confirmés, 12 831 800 guéris et 749 421 décès dans le monde. Apparemment, ces données statistiques n’ont rien à voir à l’hécatombe de la grippe espagnole mais les chiffres évoluent vers la hausse donc il faut se méfier sérieusement.
Parti de la Chine, dans la province de Wuhan en novembre-décembre 2019, le nouveau coronavirus se répand comme un éclair telle la grippe espagnole dans le reste du monde et fait des ravages énormes en vie humaine. Madagasikara ne peut pas, malgré les critiques insensées des détracteurs, échapper le mal. Apparue pour la première fois le 20 mars 2020 avec trois cas « importés », la Covid-19 continue sa course infernale à travers le pays pour franchir le cap des 13 397 dans le courant de juillet. Selon les analyses des experts, le pic de la pandémie aurait été déjà atteint le mois de juillet. La preuve, les bilans rapportés par le Professeur Hanta Marie Danielle de ces dernières 72 heures indiquent une courbe descendante sinon stable, en particulier concernant les nouveaux cas et ceux des décès à Analamanga. En effet, les données statistiques des cas testés positifs pour Analamanga baissent à moins de 50 et les formes graves et décès avoisinent autour de 5 cas.
Le pays avance progressivement vers la maitrise de la pandémie. N’empêche que la malédiction de la Covid-19 pèse sur les épaules de la Nation. L’économie, entre autres, endure de graves préjudices.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Processus électoral - Le collectif de candidats continue son tour de « vil »
  • Paositra Malagasy et Colissimo - Un partenariat postal rétabli après 32 ans
  • PM Christian Ntsay - « L’élection est la seule issue conforme à la Constitution »
  • Ambatoloana Manjakandriana - Des trafiquants de palissandre arrêtés et emprisonnés
  • Election présidentielle - La communauté internationale insiste sur le respect des dates établies
  • Conjoncture politique - La HCC s’explique et rappelle à l’ordre 
  • Meurtre d’une mère et de son fils - Le père et deux autres complices en prison
  • Troubles et nouvelle crise politique - Le Freedom condamne les velléités des opposants
  • Décrochage du portrait officiel du Président Andry Rajoelina - L’incivisme à son paroxysme
  • Conjoncture politique - L’Opposition abat ses dernières cartes
Pub droite 1

Editorial

  • Il fait chaud !
    « Il pleut dans la rue comme il pleut dans mon cœur ». Cette célèbre phrase, tirée du poème de Jean Jacques Rousseau (1762), nous inspire. Il fait chaud dans le pays comme il fait chaud dans l’arène politique. En cette deuxième moitié du mois de septembre, la météo glisse tout doucement vers le chaud. La température monte de plusieurs crans. Le froid glacial de juin, juillet et d’août des Hautes terres centrales n’est qu’un mauvais souvenir. Les frileux retrouvent peu à peu leur joie de vivre. Mais attention, une autre adversité d’ordre climatique pointera son nez d’ici peu : la pluie ! Et soyons prêts à la recevoir. Le cauchemar des bas-quartiers sera de retour. Autorités et divers responsables doivent s’apprêter à « accueillir » les eaux. Le sinistre principe de travail, à savoir le « médecin après la mort », ne sera plus de mise ni toléré. Contrôle…

A bout portant

AutoDiff