Publié dans Editorial

MEN, défis et enjeux !

Publié le mardi, 25 août 2020

Docteur Sahondrarimalala Marie Michèle, nouvellement nommée au portefeuille de l’Education nationale (MEN), aura du pain sur la planche. De gros défis et des enjeux complexes l’attendent dans ce département qui utilise avec celui de la Santé publique le maximum de la troupe du personnel de l’administration publique et qui engloutit le plus gros paquet du budget de l’Etat.
Sitôt nommée, sitôt au travail ! Apparemment, Sahondrarimalala Marie Michèle n’a pas de temps à perdre. A peine elle débarque à la « Trano boribory », à en croire aux termes du Chef de l’Etat, la  ministre entrante réunit immédiatement après les procédures d’usage de passation de service les principaux responsables dont les Directeurs régionaux (DRENETFP) pour s’enquérir des défis urgents à relever et des enjeux à atteindre à court et à moyen terme. Elle a pour mission de traduire en actes les Velirano du Président conformément à la vision de l’IEM.
Le plus urgent pour la remplaçante du Docteur Rijasoa Andriamanana consiste d’abord à refaire tourner la grosse machine d’Anosy, le moteur central du ministère ainsi que tous les services déconcentrés régionaux jusque dans les CISCO les plus reculées du pays. Après cinq mois de « vacances forcées » dont deux mois d’attente de la nomination de la remplaçante de l’ex, la machine de l’Education nationale est en quelque sorte « rouillée ». Mais avant toute chose, il va falloir qu’on procède au montage de la nouvelle équipe. Beaucoup s’attendent à ce qu’elle fasse un bon coup de balai à la « Trano boribory ». Ce n’est pas du tout une mince affaire. Tout dépend de la qualité des techniciens choisis. En tout cas, l’opinion croit en la capacité intellectuelle et professionnelle de la nouvelle venue afin d’avoir en mains le contrôle de la situation.
Le défi à terme réside dans l’organisation des examens officiels à savoir le CEPE et le BEPC. Vu le contexte exceptionnel qui prévaut, il faut y dénicher une forme adaptée. Il n’est jamais question de reculer les dates d’examen déjà annoncées : le 1er septembre pour les potaches de la septième (CEPE) et le 14 pour les classes de troisième (BEPC).
En simultané, il convient de préparer la prochaine rentrée scolaire 2020-2021 et établir le calendrier scolaire y afférent. Etant donné les perturbations dues à l’état d’urgence sanitaire, ce sont des défis de taille et on n’a pas le droit de rater. Il faut y ajouter, la gestion de la grogne des syndicats des enseignants qui font la pluie et le beau temps au bon fonctionnement de ce vaste ministère.
Par ailleurs, les enjeux qui s’imposent consistent à regagner la confiance des citoyens. Une condition sine qua non pour que les parents daignent envoyer leurs enfants à l’école publique et améliorant ainsi les taux de scolarisation. Pour ce faire, il existe toute une panoplie de mesures à prendre dont la plus importante revient de droit au rehaussement du niveau des élèves. Ce qui sous-entend logiquement l’amélioration du niveau intellectuel et pédagogique des enseignants.
Etant un vétéran de l’Education nationale, je pense modestement que Mme la ministre doit disposer sous les yeux le tableau de bord exact et complet du MEN dans lequel figurent tous les défis à surmonter et les enjeux structurants à maitriser.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff