Publié dans Editorial

Recours présidentiel inédit !

Publié le mardi, 15 septembre 2020

Le Chef de l’Etat a adressé une lettre aux membres du Gouvernement. Motif ? Une demande ou un ordre, c’est selon, notifiant tous les ministres que « chacun dans les périmètres de ses responsabilités et des spécificités de son département de soutenir sans réserve et de faciliter la réalisation d’une usine de production de compléments alimentaires dans le Sud ». Il s’agit d’une lettre de recommandation à l’intention des membres du Gouvernement afin que chacun prenne sa disposition pour faciliter l’implantation et l’exploitation des usines de production d’aliments nutritionnels dans le Deep South.

 

Comme on le sait, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry accorde une importance particulière dans la recherche des voies et moyens pour sortir le grand Sud de cette insuffisance chronique alimentaire. Cette partie de la Grande île, victime de la sécheresse à presque 9 mois de l’année, se débat difficilement pour se nourrir. Lors de la campagne électorale de 2018, le candidat n° 13 a fermement promis de faire le nécessaire pour combattre de façon pérenne la précarité alimentaire dont les habitants du Sud en sont victimes.

En tant qu’homme de parole, le Président élu Rajoelina Andry prend au sérieux à traduire en actes ses engagements électoraux. L’homme est le genre de dirigeant qui n’oublie jamais ses engagements d’autant qu’il se sent redevable vis-à-vis du peuple. Sans doute, la popularité toujours intacte qu’il jouit auprès de son peuple trouve son origine dans ce geste de redevabilité qu’il manifeste à l’égard de la Nation.

Des contacts ont été faits auprès des partenaires approuvant leur consentement à collaborer et à accompagner Madagasikara dans la lutte contre la malnutrition et l’insuffisance alimentaire. La Fondation Mérieux, l’un de ces partenaires potentiels, répond favorablement. Ces unités de production et d’exploitation qui seront incessamment installées dans cette partie déshéritée de la Grande île apporteront une solution permanente au problème d’insuffisance chronique alimentaire qui fait souffrir durant des années le grand Sud.

Pour en revenir à cette fameuse « lettre », les observateurs s’interrogent « pourquoi le Chef de l’Etat devait-il recourir à une lettre pour s’adresser ou pour donner des instructions sinon des consignes à ses ministres ? » « Ne suffisait-il pas d’une communication verbale en Conseil des ministres ? ». Etant le Chef de l’Etat, le patron de l’Exécutif, le Président de la République n’a pas, normalement, besoin à passer par biais d’une lettre pour transmettre ses ordres. On a déjà noté plus d’une fois l’usage de ce mode opératoire par le Président. C’est un phénomène inédit dans les annales de la relation entre le Chef d’Etat et son Gouvernement. D’où les questionnements des observateurs.

Des éléments de réponse susceptibles d’éclaircir la zone d’ombre peuvent être décelés à travers certaines révélations par le locataire d’Iavoloha lui-même. Devant des journalistes, il déclarait sans ambages, dans le courant du mois de juillet 2019, que certains ministres ne parvinrent pas à suivre son rythme. Le patron de l’Exécutif avait l’impression de travailler seul, au four et au moulin, semblait-il. Il se rendait compte que l’exécution de ses instructions verbales laissait à désirer.

Ceci étant, vu l’importance que représente pour lui ce projet dans le Sud, le Président Rajoelina jugeait nécessaire à laisser des traces écrites à ces instructions. Obligation de résultats !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff