Publié dans Editorial

Jeu périlleux !

Publié le mercredi, 23 septembre 2020

De l'incendie un peu partout. Au figuré comme au propre, l'édifice prend feu. Certes, on n'est pas encore au stade d'un incendie déclaré à 100%, calciné ou carbonisé, mais le feu avance. Et nous semblons nous préoccuper ailleurs, des foyers de feu détruisent nombre de bâtiments  administratifs ou appartenant à des particuliers. Evidemment, nos princes au pouvoir ont d'autres chats à fouetter surtout en cette période difficile plombée par l'état d'urgence sanitaire. Néanmoins, il faut se rendre à l'évidence. L'ancien président français Jacques Chirac commençait son discours à Johannesburg le 2 septembre 2002 lors du Quatrième Sommet de la Terre, par cette historique phrase devenue célèbre depuis « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ».

 

C'en est trop ! Ces derniers temps, il n'y a pratiquement pas un jour sans que les médias évoquent des cas d'incendie parfois graves et dévastateurs. Lesquels feux trop fréquents se doivent d'interpeller les différents responsables. Etant vu le nombre élevé dépassant l'entendement de ces incendies, il nous échappe la possibilité d'afficher la liste exhaustive. Les contraintes du temps et de l'espace nous obligent à nous contenter sur quelques cas révélateurs.

Pas plus tard qu'avant hier, le feu ravagea quinze maisons d'habitation à Mangarano (Toamasina-ville). Il a fallu de peu pour que la station-service à proximité ne s'explose. Le week-end dernier, le bloc de l'Amicale des étudiants d'Ankatso II partait en fumée. Presque au même moment, le feu dévorait les 112 logements des étudiants de Toliary. A Bebandro Ambalananirana (Tsiroanomandidy), des feux de brousse intentionnels dévastèrent entièrement l'école communautaire. A Manjakandriana, l'école catholique « Notre Dame de Lourdes » totalement ravagée par le feu. En avançant à reculons, le grand et historique immeuble de l'Office national de l'environnement (ONE), à Antaninarenina, a été calciné par un terrible incendie. A Ampasika (67 Ha), le feu réduit en cendres une centaine de cases d'habitations de petites gens. Et si on remonte encore dans le temps, l'incendie du Palais de la Reine en 1995 reste encore bloqué en travers de la gorge. Tous ces incendies criminels demeurent non-élucidés. Les zones protégées n'en sont pas épargnées. Des écosystèmes,  richesses naturelles endémiques du pays, sont menacés de disparition. Et continue à jouer avec le feu. On trame, sous la trappe, des incendies criminels. Certains y trouvent leur compte.

Au figuré, des acteurs politiques, pleinement conscients de la gravité du contexte qui prévaut, jouent périlleusement avec le feu. Certains voyant leur avenir politique bouché, d'autres craignant la traversée du désert durer, jettent de l'huile sur des points chauds couvant le feu. D'autres encore, n'ayant aucune chance de sortir gagnants au prochain scrutin, télescopent le processus électoral. En somme, de minables hommes et femmes politiques revendiquant le statut d'opposants bombardent les préparatifs des sénatoriales du 11 décembre 2020. Les arguments fallacieux, des balles « à blanc » qui n'émeuvent point les tenants du pouvoir, la cible privilégiée, tournent autour du pot et amusent aigrement le public. Tel un chanteur de variété qui bégaie, les politicards se rendent ridicules de leur propre prestation. Tout le monde se doit de prendre au sérieux les enjeux pour la relance du pays.

Quand on s'aventure à jouer avec le feu, on se livre à un jeu périlleux précipitant le pays dans le ravin de l'incertitude.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff