Publié dans Editorial

De Marc à Marco …

Publié le jeudi, 04 mars 2021

Il n’y a qu’un pas à faire ! Plus précisément, un brin de cheveu à repérer ! Entre Marc Ravalomanana (MR) et Marc Randrianisa (MR), le même sigle, la ressemblance frappe trop du moins par un prénom drôlement identique « Marc » et dans le mode pensée ainsi que la manière d’agir bizarrement le même. Si le premier ne jure que par la chute du régime « Orange » autrement dit la mort politique de Rajoelina Andry, le second s’entiche à attenter à la vie (physiquement) de Rajoelina et à sa petite famille. Si le premier Marc, au nom d’une vengeance viscérale, se caressait discrètement l’idée de voir se réaliser son macabre projet et agissait ouvertement pour le concrétiser et cela depuis 2007-2009 tandis que le second Marc depuis 2009 couve l’idée diabolique d’abattre Rajoelina, lui et ses proches. Enfin, si le premier s’était « enfui » au pays de l’Arc-en-ciel et ce pour se soustraire aux effets implacables du courroux d’un peuple en furie, le second « s’émigre » ailleurs et se « terre » quelque part en France par peur d’un retour de manivelle dans son propre pays. Et nous avons là devant nous deux acteurs politiques rigolos ou folklores qui sèment le ridicule et également le trouble en étant des dangers publics.
Marc et Marco jouent avec le feu. Des pyromanes sans scrupules et cruels qui manquent fondamentalement de discernement. Ils confondent le bien à faire avec le mauvais à éviter. Le sens du devoir sacré envers le pays et son peuple leur fait défaut terriblement.
Marc Ravalomanana, imbibé à bloc d’un désir malsain de venger, ne sait plus ce qu’il dit ni ce qu’il fait. Du n’importe quoi qui frise la démence. Il ne sait pas faire la différence entre patrimoine personnel et patrimoine public, appartenant à l’Etat. Une défiance mal placée au moment où il implante indument sa propre station de radio et télévision dans un domaine public sinon communal. Dans la gestion de ses entreprises, Ravalo se moque de l’administration fiscale. Il ne croit pas nécessaire de se conformer à son devoir civique auquel tout citoyen ou toute société censée être citoyenne doit se plier à savoir s’acquitter de l’obligation des impôts. Le pire des situations, quand l’Etat prend des mesures de rétorsion, le citoyen indélicat Ravalomanana ose monter au créneau et porte les affaires sur le terrain miné de la politique. C’est une insolence manifeste !
L’autre Marc, Randrianisa de son patronyme, un activiste sans repère, agit en véritable sbire à la solde de son égal, Marc Ravalomanana. Depuis 2009, Marc Randrianisa n’a  cessé de cracher sur des gens honnêtes et innocents. Marco, pour les intimes, un vulgaire nervi sans état d’âme, éprouve un malin plaisir à proférer des menaces mortelles à l’endroit du dignitaire du Palais d’Iavoloha et sa famille directe. Toujours prêt à effectuer de sales besognes, Marc Randrianisa ne fait pas de détail. Activement recherché par la Justice malagasy, l’homme de Ravalo dont les méfaits dépassent les bornes et passibles de sanctions en France comme à Madagasikara, se croit insaisissable.
De Marc à Marco, bonnet blanc, blanc bonnet, le cœur balance !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff