Publié dans Editorial

Engagement politique

Publié le mercredi, 14 avril 2021

L’Eglise catholique et apostolique romaine (ECAR) monte au créneau. Vatican interpelle les grands créanciers, les pays riches, de ce monde à se soucier du sort inimaginable des pays pauvres. Il est grand temps que les pays du G 7 ou du G 20 revoient leur copie relative à la politique de gestion de la dette vis-à-vis des Etats ou les pays les moins avancés (PMA) et qui croulent sous le poids de la dette. Vu l’impact nuisible de l’état d’urgence sanitaire dû au coronavirus type SRAS-Cov2, les pays pauvres ne seront pas en mesure d’honorer leurs engagements vis-à-vis de la dette envers les créanciers, les pays riches. L’économie à terre, les PMA ne disposent point les moyens matériels de s’acquitter de leurs devoirs sinon de leurs engagements.

 

L’Eglise ne peut pas, en sa qualité de « sentinelle », rester indifférente en constatant les malheurs de ses « brebis ». Il fut un temps où l’Eglise catholique ou Réformée (protestante) s’enfermait dans sa tour d’ivoire et ignorait les douleurs de ses ouailles. Rome (Vatican) et Genève (Siège mondial des Eglises réformées) se gardent de s’immiscer dans les affaires internes notamment politiques, sociales et économiques des Gouvernements. La situation résulte à l’origine de la volonté des dirigeants d’Etats de se libérer de la tutelle trop encombrante de l’Eglise (Vatican). Le phénomène de la laïcisation des affaires des Etats et des Gouvernements vers la fin du XIXème et début du XXème entraînait la séparation. La gestion des écoles et du domaine de l’Etat civil (mariage ou divorce) entrent dans le giron propre de l’Etat. Vers la moitié du siècle dernier, la question de l’immixtion voire de l’ingérence de l’Eglise dans les affaires internes surtout dans le domaine de la politique de développement ou de l’engagement de l’Eglise dans les efforts de développement fut remise sur le tapis. En Amérique latine, on parlait de l’Evangile du développement. Les dirigeants d’église ne voulaient plus rester en marge du moins impuissante face aux conditions misérables de ses « peuples ». Ce qui n’est pas sans gêner certains potentats d’Amérique latine, d’Asie ou d’Afrique de même les grands capitaux qui exploitent insidieusement les richesses naturelles du Tiers-Monde.

A en croire la révélation de certaine presse locale, Vatican demande l’annulation des dettes des pays africains.  En effet, certaines entités vaticanes comme Caritas Afrique, Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagasikara (SCEAM), la Conférence de Jésuites d’Afrique et de Madagasikara (CJAM) et l’Association des Femmes consacrées d’Afrique de l’Est et du Centre (ACWECA) s’engagent dans une initiative pour intercéder auprès des pays riches afin qu’ils revoient leur politique de remboursement envers les pays endettés d’Afrique.

Certainement, cet engagement politique du Vatican en faveur des Etats en difficulté du Continent noir dû à la pandémie de la Covid met les pays créanciers dans une position délicate. Devoir annuler les dettes des pays pauvres requiert une forte dose de bonne volonté et de bonne foi de la part des grands de ce monde, toute tendance confondue. Le Chef de l’Etat malagasy Rajoelina Andry a déjà formulé le souhait de voir les pays riches annuler les dettes des pauvres.

La balle se trouve désormais dans le camp des prêteurs, quelle suite à donner à la « demande ».

Ndrianaivo

Fil infos

  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud
  • Gifi Madagascar - Grande affluence des clients dès l’ouverture
  • Président Andry Rajoelina à Ivato - « Passons outre les divergences politiques pour arriver au développement »
  • Vatovavy et Fitovinany - La 23è Région prend forme
  • Prix des PPN - Festival de surenchères dans les marchés
  • Transport aérien - ADEMA reprend du poil de la bête
  • Covid-19 - Ruée vers le vaccin

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un signal fort !
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry a rendu visite la Commune rurale d’Ivato ce jeudi 10 juin. Un passage éclair mais très lourd en symbole ! C’est la première fois dans les annales de la République qu’un Président a bien voulu courber l’échine et descendre pour rendre visite une Commune rurale fief de l’opposition. Le premier magistrat de ladite Commune appartient au parti très engagé au camp d’en face.

A bout portant

AutoDiff