Publié dans Editorial

Le bordel

Publié le vendredi, 04 juin 2021

Le sous-sol malagasy regorge de richesses naturelles. Gisements miniers, énergies fossiles, etc., existent en quantité considérable pour ne pas dire inépuisable dans les entrailles de la Grande île. Chaque citoyen de ce beau pays dort ou marche au-dessus d’immense trésor, en grande partie, inexploité ou plutôt mal exploité. Ironie du sort, Madagasikara figure dans la liste des pays riches, très riches mais encore coincé dans la misère.
Malheureusement, la richesse colossale du sous-sol, sans oublier les atouts en ressources naturelles, faune et flore et halieutiques, n’ont pas pu contribuer à l’épanouissement de l’économie nationale. Béni des dieux, gâté par la nature, Madagasikara végète dans la misère. Et pour cause, le bordel !
On va se limiter cette fois-ci au domaine des ressources minières pour ne pas s’embourber dans la mêlée.
Dans la Grande île, l’exploitation minière laisse à désirer. Sauvages, barbares et anarchiques sinon bordéliques, les travaux d’exploitation n’ont jamaisété régis par une quelconque organisation structurante. Le Code minier, s’il existe, demeure lettre morte. A l’époque coloniale, les colons exploitants miniers se taillèrent la part du lion. Du pillage sans foi ni loi ! Au cours de la Première République, un timide Code minier gérait le secteur. Des nationaux titulaires des licences d’exploitation réglementaires émergent du lot. Ils ne représentent néanmoins que l’infime partie des opérateurs informels qui agissent dans l’ombre et échappent à tout contrôle des autorités compétentes.
L’avènement de la Deuxième République aggrave la situation. La gabegie dont le régime socialiste en a le secret règne en maître. De hauts dirigeants, de mèche avec des opérateurs étrangers douteux, laissent la situation pourrir et s’enrichissent impunément.
Le Code censé donner le cadre de la gestion et de l’exploitation des ressources minières ne correspond plus aux réalités vécues. Les régimes qui se sont succédé ne parviennent pas à échafauder à terme un nouveau Code minier. A chaque nouveau patron qui débarque au département des Mines, on a droit à des déclarations d’intention mais au final niet. Sur terrain, la loi de la jungle domine et ne laisse aucun espoir à la mise en place d’un éventuel ordre ni de la discipline. Et en attendant, le bordel total fait sa loi. Des exploitants miniers asiatiques formels et informels auxquels s’ajoutent certains opérateurs africains pillent et gaspillent les richesses naturelles du pays.
La corruption gangrène le secteur. Elle rend la gestion de notre trésor enfoui dans le sous-sol compliquée voire impossible. L’économie nationale en pâtit. Les recettes qui devraient générer des intérêts conséquents et renflouer la caisse de l’Etat sont déviées ailleurs vers le circuit parallèle. Selon des analystes et des experts compétents en la matière, si le volume financier qui circule autour des exploitations minières de Madagasikaradepuis quatre ou cinq décenniesa dû être orienté dans le circuit normal, le pays n’en serait point là où il est. Si le monde arabe a son pétrole, les Malagasy ont ses ressources du sous-sol considérables. Les Saoudiens, les Iraniens et bien d’autres réussissent à améliorer leurs conditions de vie grâce au pétrole, malheureusement les Malagasy peinent à survivre en dépit de leurs richesses naturelles.
Dans le « Velirano », le Président Rajoelina s’engage fermement à rendre formelles les activités évoluant dans le secteur minier. Le bordel n’aura plus droit de cité.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff