Publié dans Editorial

Le PAC fait-il peur ?

Publié le mardi, 15 juin 2021

Le Pôle anti-corruption (PAC) sème-t-il la terreur quelque part ? A en croire certaine manigance orchestrée autour d’une proposition de loi 01-2020 PL échafaudée et soumise  à l’Assemblée nationale, on s’interroge légitimement. Modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n° 2016-021 portant règlementation du fonctionnement du PAC, elle inquiète.

Des analystes et même de simples citoyens se demandent sur le vrai tenant et aboutissant de l’initiative. Personne n’est capable d’avoir une idée exacte sur le contenu de cette proposition mais une chose est sûre tout de même : en cas d’adoption définitive, le PAC verra ses prérogatives amoindries et son champ d’action réduit ! Le PAC fait-il peur ?

D’après la loi n° 2016-021 du 22 août 2016, le Pôle anti-corruption a pour mission de traduire devant la loi tout acte délictuel ayant des liens directs ou indirects avec la corruption. En collaboration avec les juridictions de la Justice dont le ministère public, le Comité pour la sauvegarde de l’intégrité (CSI), le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) ainsi que le Service de renseignement financier (SAMIFIN), le PAC est habilité à juger selon la loi en vigueur toute forme de délit de corruption commise sur tout le territoire de la République. Dans l’exercice de ses fonctions, le PAC jouit des prérogatives et d’un champ d’action élargi, entre autres la saisie des biens supposés mal acquis avant le procès.

La proposition de loi n° 01-2020 veut donner un cadre limitant les marges de manœuvre du PAC. Evidemment, la levée de boucliers des juridictions engagées dans la lutte contre la corruption ne se fait pas attendre. En première ligne, le CSI dirigé par l’éminente juriste Sahondra Rabenarivo. Le Comité monte au créneau et dénonce formellement la tentative déguisée à museler et à lier les mains et les pieds du PAC. Les organisations de la société civile s’inquiètent également au plus haut point. Tout porte à supposer qu’il existe des zones d’ombre à éclaircir.

En amont, les préparatifs dudit projet qui s’étaient réalisés en catimini suscitent des doutes. A en croire les explications apportées par Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, ministre de la Communication, en sa qualité de porte-parole, le Gouvernement a été pris de court. Au Palais de Tsimbazaza, les députés l’ont adopté « à la hâte ». Dieu sait si le débat a eu lieu normalement en séance plénière. Les initiateurs ont réussi à l’imposer. Du forcing manifeste ! Et l’opinion se pose des questions. Pourquoi ? Comment ?

Le Sénat, coincé entre les deux mâchoires de l’étau, tergiverse. La solidarité parlementaire entre majorité des deux Chambres d’une part et les Juridictions judiciaires autour du PAC, l’opinion publique, la société civile et surtout la communauté internationale, de l’autre. On attend de pied ferme le vote d’Anosikely. Un test de grandeur nature pour les sénateurs. Ils ont néanmoins promis de placer l’intérêt supérieur de la Nation au-dessus de toute considération !

Le PAC fait-il peur ? La lutte contre la corruption, initiée par le Président Rajoelina, serait-il en danger ? Qui vivra verra !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff