Publié dans Editorial

Carte sur table

Publié le lundi, 29 avril 2019

Le Chef de l'Etat joue carte sur table. Il dévoile au grand public les micmacs « derrière la coulisse ». Une grande première dans la gestion des affaires nationales. Il passa outre la notion sacro-sainte de « Secret d'Etat ». Il mit à témoins les concitoyens des enjeux qui se trament « derrière le rideau ». Certes, l'Amiral Ratsiraka l'avait fait autant quand chassait de son lieu à Imerintsiatosika l'antenne de la NASA en 1977. Une des plus importantes antennes de la NASA dans le monde car elle couvre à elle seule toute l'hémisphère Sud. Il balançait sur la place publique toutes les informations ayant motivé la décision. Un geste que l'opinion appréciait beaucoup ! Le dernier grand show politique réussi du dimanche à Mahamasina au Palais des Sports nous retient toujours l'attention. On ne peut pas ne pas revoir certains grands sujets décryptés et développés. Au moins cinq grands thèmes ont été évoqués par le Chef de l'Etat : l'épineux problème du carburant et tout ce qui l'entoure ; l'éternelle question relative à la JIRAMA ; le salaire du secteur privé ; le financement des micro-projets à l'intention des jeunes ; la question sécuritaire. Le Président priorisait l'option de la transparence dans son exposé. Des informations, parfois délicates, ont été annoncées. Mais Rajoelina en avait voulu ainsi pour que les concitoyens prennent conscience de la délicatesse sinon la gravité de la situation et les invite à s'armer de patience s'il le faut. Le Président Rajoelina a étalé sans complaisance ni cache-cache le véritable enjeu autour de la transaction des produits pétroliers à Madagascar. Il dénonçait la mauvaise foi des compagnies pétrolières. Ils n'ont aucun scrupule à faire payer aux pauvres consommateurs locaux des prix exorbitants et injustifiés. Selon le Président, on peut très bien envisager la révision à la baisse du prix du carburant à la pompe. D'ailleurs, il va incessamment discuter avec les pétroliers sur la faisabilité de la chose.


De cause à effet, la baisse du tarif de l'électricité aux consommateurs entre également dans le domaine  du possible. Par ailleurs, il pointait du doigt l'emprise généralisée de la corruption à l'intérieur de cette Société nationale. Andry Rajoelina de réitérer qu'il se donne cinq ans pour tout mettre en ordre à la JIRAMA. Un défi colossal, mais il y aboutira. Pour une fois, les familles modestes du secteur privé pourront enfin jouir d'un minimum vital. En effet, le salaire minimum connaîtra une révision à la hausse pour atteindre le cap de 200.000 Ar. Bien sûr que ce n'est pas le grand boum des salaires mais à chacun de le bien gérer. Normalement, le Président entame ce jour avec le patronat ce délicat sujet.  Les jeunes en situation de précarité de travail doivent revoir la stratégie. Il faut miser plutôt sur la création de son propre entreprise. Un processus viable de financements des projets sera mis à la portée des jeunes. La question sécuritaire n'a pas été occultée. D'ailleurs, en 100 jours de pouvoir, des progrès notables ont été  déjà enregistrés. Et tous les efforts seront consentis pour maximiser les résultats escomptés. Entre autres, moyens matériels conséquents  et encouragements en direction des éléments méritants. En somme, le Président Rajoelina jouait carte sur table sur les défis qui attendent. Au final, l'espoir renaît ! 
Ndrianaivo

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff