Attirer davantage de téléspectateurs et changer de « cliché ». Tel est le défi lancé par les responsables au sein de la Télévision malagasy (TVM). Pour ce faire, la chaîne nationale passe au relooking, en priorisant la réforme de sa grille de programme, depuis les chansons et films diffusés jusqu’au journal télévisé, en passant par les émissions et productions locales. « Les employés déploient beaucoup d’efforts pour assurer une production de qualité, pouvant concurrencer celle des chaînes de télévision privée. Nous restons ouverts à la mondialisation et aux nouvelles technologies, avec l’appui des partenaires locaux et étrangers », informe Nampoina Ranarivelo, directeur de la TVM.
Parmi les réformes entreprises, la chaîne nationale projette de diffuser des bandes annonces concernant les émissions et le programme de la journée. Des émissions sur le cinéma ainsi que des jeux télévisés seront également au rendez-vous prochainement, à en croire le directeur. « Depuis ces 6 derniers mois, le journal ne se limite plus à l’institutionnel mais propose plusieurs rubriques, dans le but d’étoffer la culture générale des téléspectateurs », avance notre source.
Coopération avec l’Inde
La concurrence est rude. Les responsables au sein de la TVM reconnaissent ce fait, d’où la multiplication des coopérations avec les partenaires locaux et étrangers. La chaîne indienne « Prasar Bharati » en fait partie depuis la signature d’un protocole d’accord, hier à Anosy. « Ce partenariat vise l’échange de programmes, l’exploration de la coproduction et la formation du personnel », résume Jean Yves Belalahy, directeur général de l’Office de la radio et de la télévision malagasy (ORTM). Concrètement, la TVM va diffuser des programmes issus des productions internes de Prasar Bharati dans les domaines de la culture, de l'éducation, de la science, du divertissement, du sport, de l'information ainsi que d'autres domaines d'intérêt mutuel. Aussi, les deux parties exploreront les opportunités de coproduction liées à des sujets d'intérêt commun et organiseront une formation pour le personnel de TVM en Inde.
« Les journalistes, techniciens et animateurs de la TVM n’ont bénéficié d’aucune formation spécifique ni de renforcement des capacités depuis des années. Cela reste un défi à relever dans le cadre de la réforme entreprise », reconnait le directeur de la chaîne. Outre la coopération avec l’Inde, à travers la chaîne citée précédemment, d’autres partenaires entrent en scène pour ce faire, entre autres la BBC, le ministère de la Communication, etc. Le but étant de rehausser le niveau des employés, voire de la chaîne nationale. Celle-ci compte, notons-le, 120 employés dont 30 journalistes, 30 techniciens et 20 animateurs.
Patricia Ramavonirina


Publié dans Société
Page 2 sur 2

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde

Recherche par date

« May 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff