Publié dans Politique

Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Publié le mercredi, 08 juillet 2020

Haro sur l'esclavagisme moderne, la traite des personnes et le travail des enfants. Au cours d'une conférence virtuelle à l'occasion de la journée des leaders mondiaux, dans le cadre du sommet mondial de l'OIT sur la Covid-19 et le monde du travail, le Président de la République de Madagascar a réitéré son appel à la mobilisation de tous « à se lever pour dénoncer » des « malheurs et des horreurs », des « pratiques inhumaines » et à « agir pour y mettre fin ». « Ensemble dressons-nous face à ce fléau et agissons stratégiquement dans la solidarité des nations pour protéger nos concitoyens », dit-il au cours de son intervention.

Madagascar agit déjà pour protéger les Malagasy victimes de ces méfaits pour éradiquer définitivement ces pratiques avec l'appui des partenaires techniques et  financiers tels que le BIT et l'UNICEF, a-t-il rappelé hier, avant de renchérir dans la foulée, « Nous menons des activités prioritaires pour atteindre les objectifs de lutte contre la traite des personnes, la promotion du travail décent pour tous, et la lutte contre le travail des enfants conformément aux engagements de l'alliance 8.7 ». Un appel à la mobilisation déjà lancé l'an dernier au cours de la conférence internationale du travail, marquant également le Centenaire de l'OIT.

Durant son intervention, Andry Rajoelina rappelle d'ailleurs que Madagascar a franchi les étapes historiques et fondamentales dans la protection des citoyens et des travailleurs malagasy citant notamment la ratification officielle des cinq conventions et protocoles de l'OIT sur les travailleurs migrants, les agents d'emploi privé, les travailleurs domestiques, le travail forcé. Le Chef de l'Etat malagasy  Andry Rajoelina rappelle par ailleurs la mise en place d'accords bilatéraux de travail entre Madagascar et les pays destinations des travailleurs migrants pour mieux protéger ceux malagasy et traiter conjointement les cas d'abus. L'esclavagisme moderne est encore une pratique courante et fait de nombreuses victimes, stipule-t-il, mentionnant le cas de 4000 femmes séquestrées et détenues, contre leur volonté au Moyen-Orient dans des conditions inhumaines. Il rappelle également que le Gouvernement malagasy a procédé au rapatriement de 176 travailleuses domestiques venant du Koweït, victimes de traite des personnes, d'abus et d'exploitation sexuelle. « Nombreuses sont celles encore en danger en terre étrangère. Mais l'Etat malagasy ne les abandonnera jamais », rassure Andry Rajoelina.

La Rédaction

 

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff