Publié dans Politique

Andry et Mialy Rajoelina - … 20 ans après

Publié le mercredi, 29 juillet 2020

Hier, Andry et Mialy Rajoelina fêtaient leur 20 ans de mariage. C’est en effet en 2000 qu’ils sont unis devant Dieu, leurs familles et leurs proches.

Il y a vingt ans, Andry Rajoelina épousait Mialy Razakandisa six ans après leurs fiançailles et le départ de l’actuelle Première dame en France pour des études de Gestion et Finance. Au retour de Mialy Rajoelina, ils se marient. La suite, tout le monde la connaît : naissance des trois enfants du couple, Arena, Ilontsoa et Andrialy, une carrière politique pour Andry Rajoelina marquée par une ascension fulgurante, une élection à la Mairie de la Capitale, une accession à la magistrature suprême du pays et une élection au titre de Président de la République !

Un succès grandement dû à sa femme qui a su le conseiller de la meilleure façon pendant des décennies et trois enfants présents pour le soutenir. Pour marquer leurs 20 bougies de mariage, aucune festivité particulière n’a été programmée. Et ce, certainement en raison du fait que l’anniversaire de mariage des Rajoelina a lieu en pleine période de crise sanitaire. Néanmoins, la famille présidentielle s’est accordé une petite pause. « Il était une fois nous deux, Puis 20 ans après, nous cinq. Pour marquer ces noces de porcelaine, nous avons fait simple : prendre quelques clichés. J’ai renfilé ma robe de Princesse d’un jour. Une robe qui me correspond et que j’avais choisie minutieusement », a écrit la Première dame une publication sur ses réseaux sociaux, hier. Certains des clichés pris ont d’ailleurs été partagés par Mialy Rajoelina pour accompagner sa publication. Celle qui est également présidente de l’association Fitia profite de cette publication pour livrer quelques confidences sur sa vie de famille. « 20 ans de mariage, c’est une bénédiction. Quelle grâce ! », dit-elle, avant de continuer : « Il n’y a ni mariage parfait ni couple parfait. Nous sommes tous les deux parfaitement imparfaits. Notre parcours a été parsemé de tempêtes et de sublimes instants », explique la Première dame, parlant notamment de la jeunesse, de l’arrivée des enfants, de la conciliation du rôle d’épouse, de maman et de femme active,  ou encore de la maturité. Mialy Rajoelina de conclure par un message aux membres de sa famille : « On ne sait pas de quoi demain sera fait mais je continuerai à donner le meilleur de moi-même, à faire ce qui est juste, et à prendre le temps d’apprécier les petits instants de bonheur à venir. Du fond de mon cœur, un énorme merci à vous quatre de donner un sens à ma vie », peut-on lire dans ladite publication.

La Rédaction

Fil infos

  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !

La Une

Editorial

  • Du bluff à la farce
    De qui se moque-t-on ! Dans ce beau pays qui est le nôtre, on se permet de mener en bateau le peuple. Et cela, sans aucun souci ni respect d’autrui. A Madagasikara, certains acteurs de la vie politique nationale foulent aux pieds les principes de base de l’éthique politique. Coup de bluff ! Les membres du RMDM persistent et signent pour la tenue d’une consultation nationale prévue pour le 10 août. Jusque-là, rien de répréhensible dans la mesure où dans une République respectant le minimum de la démocratie, on ne jette pas des bâtons dans les roues de la liberté de réunion et d’expression. Chaque citoyen jouissant pleinement de ses droits civiques peut librement exprimer son opinion. Ainsi, la liberté de presse, à titre d’exemple, est une chose vécue au quotidien à Madagasikara surtout à l’avènement de ce régime issu des élections libres à partir de 2018.Seulement voilà, dans le…

A bout portant

AutoDiff