Publié dans Politique

Gouvernement - 4 nouveaux entrants dans l'équipe de Christian Ntsay

Publié le jeudi, 20 août 2020

Trêve de suspense ! Un mini - remaniement vient d'être opéré au sein du Gouvernement de Christian Ntsay qui accueille 4 nouveaux entrants. Attendue depuis le début de la semaine, cette retouche de l'équipe gouvernementale a finalement été officialisée hier au Palais d'Iavoloha. Parmi les principales nouveautés apportées par ce vent de changement, la nomination d'un nouveau ministre de la Santé publique qui succède à Ahmad Ahmad. Ce dernier vient d'être remercié pour laisser la place au Professeur Rakotovao Hanitrala Jean Louis.

 

Recadré par le Gouvernement à la suite d'une correspondance incongrue avec les partenaires financiers il y a un mois de cela et pointé du doigt pour sa grande difficulté à gérer la lutte anti - Covid-19, beaucoup avaient déjà supposé que les jours d'Ahmad Ahmad au sein du Gouvernement étaient comptés. Son successeur, quant à lui, avait déjà occupé le poste de directeur général des orientations stratégiques et affaires sociales au sein du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche technique et directeur général des Centres hospitaliers universitaires au ministère de la Santé publique.

Fin de la vacance dans l'Education nationale

Du côté du ministère de l'Education nationale, le poste resté vacant depuis le 04 juin dernier est désormais occupé par Marie Michelle Sahondrarimalala, ancienne directrice des études juridiques auprès de la Présidence de la République. Après le limogeage de l'ancienne ministre Rijasoa Andriamanana, l'intérim a été assuré par le ministre de l'Enseignement supérieur pendant plus de deux mois. Cette vacance prolongée du poste à la tête de l'éducation nationale a suscité de nombreuses réactions chez les membres du corps enseignant. Aujourd'hui, la nouvelle titulaire de ce porte - feuille ministériel aura la lourde tâche de répondre à toutes les attentes des parents, des élèves et des enseignants en cette période qui précède les examens officiels. Du côté du ministère de la Population, Irmah Naharimamy - ayant été contrainte de quitter son poste après son mariage avec un diplomate américain - est désormais succédée par la députée élue à Fénérive - Est et non moins vice - présidente de l'Assemblée nationale pour Toamasina, Angelica Michelle.

Séparé du ministère de l'Education nationale, le département de l'enseignement technique et de la formation professionnelle est désormais reconverti en ministère indépendant avec à sa tête, son nouveau ministre Ernest Tsikel'lankina. Avec ce nouveau tenant de porte - feuille ministériel, l'équipe gouvernementale compte désormais 25 membres au lieu de 24 auparavant. Sitôt leur nomination rendue officielle, les nouveaux ministres ont assisté au Conseil des ministres hier en présence du Président de la République, Andry Rajoelina. Le Chef de l'Etat a souligné l'avancée positive de la lutte contre la Covid-19 dans le pays. A preuve, la tenue du Conseil des ministres qui s'effectue désormais en face à face alors qu'il se tenait en visioconférence au moment fort de la crise sanitaire.

La Rédaction

 

Fil infos

  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur
  • Réseau de trafiquants démantelé aux Comores - Un projet d’exportation illicite de deux tonnes d’or déjoué
  • Conjoncture - Le FMI insiste sur le volet social et les infrastructures 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Austérité oblige !
    Pour une fois dans les annales de l’histoire de la République, le Gouvernement serre les vannes. Les dépenses publiques font l’objet des mesures restrictives de deux à trois tours de vis. Les dépenses jugées non indispensables ou non prioritaires ont été purement et simplement supprimées de la comptabilité publique. Des décisions courageuses qu’il fallait mettre sur le compte du numéro Un du pays. Austérité oblige !Les festins et bombances du Nouvel an annulés ! Le maitre des céans supprime depuis janvier 2019 les cocktails à gogo et réceptions copieuses du Palais (d’Ambohitsorohitra ou d’Iavoloha) auxquels des milliers d’invités avaient été conviés. Ce fut une grande première durant les soixante ans de la République. Et pour cause, le besoin de limiter drastiquement les dépenses publiques. La traditionnelle présentation des vœux se voit réduite en simple cérémonie d’échange de bonnes manières de souhaits entre le couple présidentiel, le « Raiamandreny », et…

A bout portant

AutoDiff