Publié dans Politique

Délivrance de faux diplômes d'études - Une femme jetée en prison

Publié le vendredi, 11 septembre 2020

Récemment, une femme d'entre deux âges a été placée sous mandat de dépôt pour une affaire de faux diplômes d'études dans laquelle on l'incrimine. Celle-ci a démarré à la suite d'une plainte déposée par le directeur d'un institut privé de la place auprès du commandement de la section de recherche criminelle de la Gendarmerie, à propos de cette dame. Dans cette plainte, elle a été pointée du doigt d'avoir fabriqué des faux diplômes au nom dudit établissement. Le pire, c'est que, sur ces certificats, l'accusée a imité la signature de la victime.

Sitôt informé, ce service de Gendarmerie a  entamé les recherches qui ont débouché sur l'arrestation de la concernée. Au cours de son audition, elle était passée aux aveux. Elle n'a pas ainsi caché qu'elle a déjà fabriqué plusieurs, et dont une bonne partie serait entre les mains des acheteurs. Et on a affaire à une professionnelle. D'après la Gendarmerie, Cette femme a même réussi à modifier, sinon falsifier la liste comportant les noms des élèves ayant passé avec succès leurs examens. Une falsification qu'elle n'a pas hésité à colporter jusqu'au niveau du département en charge des équivalences (diplômes) au sein du ministère de la Fonction publique. On la soupçonne également d'avoir utilisé ses faux diplômes en vue de procéder à un reclassement.

Après la mise en détention provisoire de la concernée, la Justice soumet deux autres suspects sous contrôle judiciaire. Pour la Gendarmerie, la deuxième étape de l'enquête devra consister à démasquer des éventuels complices, ainsi que ceux qui possèdent ces faux diplômes.

D'après toujours la Gendarmerie, la Primature/DLC a parallèlement porté plainte. Devant cette situation, la Gendarmerie met en garde l'opinion pour qu'elle ne soit aucunement tentée d'acheter de faux diplômes, et qu'on l'exhorte pour dénoncer rapidement en cas de suspicion. Le faux est une infraction, voire un fléau qui porte sérieusement préjudice à la vie communautaire, dans le monde du travail, et même le secteur de l'investissement dans le pays. La prison attend tous ceux qui sont impliqués.

Franck R.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff