Publié dans Politique

Etablissements publics - Zones d’ombre autour de la gratuité !

Publié le mardi, 15 septembre 2020

20 000 à 60 000 ariary. Telle est la somme moyenne que les parents d’élèves inscrits dans les établissements publics, à savoir les Ecoles primaires publiques (EPP), les Collèges d’enseignement général (CEG) et les lycées, doivent allouer pour la scolarité de leurs enfants. Pourtant, les autorités compétentes, notamment le ministère de l’Education nationale (MEN), insistent sur la gratuité de l’inscription auprès de ces établissements. Des zones d’ombre persistent à ce sujet, si l’on tient compte de la grogne des parents et de l’impuissance des directeurs. « Nous continuons à payer une somme conséquente pour inscrire nos enfants à l’EPP chaque année.

Les responsables exposent qu’il s’agit de la cotisation annuelle des parents d’élèves, mais c’est quand même exorbitante avec le peu de moyens à notre disposition. Personnellement, je dois payer 15 000 ariary par élève par an alors que j’ai 3 enfants inscrits », nous confie Suzanne R., mère de famille résidant à Andranomanalina. « Pour notre collège, la gratuité n’existe pas. Les parents doivent payer 15 000 ariary par élève pour leur participation au fonctionnement et 20 000 ariary par parent pour la cotisation annuelle de la FRAM (association des parents d’élèves), destinés notamment pour le paiement de salaire des  enseignants et du gardien ainsi que pour la mise en œuvre de certains projets, à l’exemple de la réhabilitation des salles de classe ou des branchements électriques », informe le directeur d’un CEG dans la circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo Avaradrano, voulant garder son anonymat.

0 ariary de droit d’inscription

« Seul le droit d’inscription est gratuit dans les EPP et CEG, c'est-à-dire 0 ariary. Pour le reste, les parents d’élèves doivent contribuer, selon leur organisation et les besoins auprès de chaque établissement », souligne Feno Soja Richard, directeur des technologies de l’information et de la communication auprès du MEN. « La gratuité concerne uniquement l’inscription, laquelle ne constitue qu’une infime contribution dans le fonctionnement de l’établissement. Les enseignants FRAM doivent être payés, tout comme le gardien, d’où l’exigence d’une cotisation annuelle des parents », insiste Paul Mallory Randrianarivelo, directeur de l’EPP de Tanjombato. Pour cet établissement de la CISCO d’Antananarivo Atsimondrano, chacun des 5 maîtres FRAM perçoit un salaire mensuel de 100 000 ariary. La cotisation annuelle s’élève à 30 000 ariary par parent, notamment pour couvrir ces dépenses considérables.

A la place du droit d’inscription, le ministère de tutelle octroie la « Caisse école », comblant en partie le fonctionnement. Ce budget, tenant compte du nombre d’élèves inscrits, de l’emplacement de l’établissement et de l’effectif des enseignants, semble toutefois symbolique. De plus, son paiement traîne jusqu’au 2è trimestre. Questionné à ce sujet, le responsable du MEN n’a donné de détails. « Un communiqué y afférent sortira au cours de cette semaine », a-t-il répliqué. Quoi qu’il en soit, des explications détaillées devraient être fournies aux parents afin de dissiper leurs doutes, blâmant dans certains cas les directeurs d’établissement. Aussi, des mesures d’accompagnement devraient être adoptées face à la gratuité de l’inscription et aux autres services payants…

P.R.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff