Publié dans Politique

Etablissements publics - Zones d’ombre autour de la gratuité !

Publié le mardi, 15 septembre 2020

20 000 à 60 000 ariary. Telle est la somme moyenne que les parents d’élèves inscrits dans les établissements publics, à savoir les Ecoles primaires publiques (EPP), les Collèges d’enseignement général (CEG) et les lycées, doivent allouer pour la scolarité de leurs enfants. Pourtant, les autorités compétentes, notamment le ministère de l’Education nationale (MEN), insistent sur la gratuité de l’inscription auprès de ces établissements. Des zones d’ombre persistent à ce sujet, si l’on tient compte de la grogne des parents et de l’impuissance des directeurs. « Nous continuons à payer une somme conséquente pour inscrire nos enfants à l’EPP chaque année.

Les responsables exposent qu’il s’agit de la cotisation annuelle des parents d’élèves, mais c’est quand même exorbitante avec le peu de moyens à notre disposition. Personnellement, je dois payer 15 000 ariary par élève par an alors que j’ai 3 enfants inscrits », nous confie Suzanne R., mère de famille résidant à Andranomanalina. « Pour notre collège, la gratuité n’existe pas. Les parents doivent payer 15 000 ariary par élève pour leur participation au fonctionnement et 20 000 ariary par parent pour la cotisation annuelle de la FRAM (association des parents d’élèves), destinés notamment pour le paiement de salaire des  enseignants et du gardien ainsi que pour la mise en œuvre de certains projets, à l’exemple de la réhabilitation des salles de classe ou des branchements électriques », informe le directeur d’un CEG dans la circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo Avaradrano, voulant garder son anonymat.

0 ariary de droit d’inscription

« Seul le droit d’inscription est gratuit dans les EPP et CEG, c'est-à-dire 0 ariary. Pour le reste, les parents d’élèves doivent contribuer, selon leur organisation et les besoins auprès de chaque établissement », souligne Feno Soja Richard, directeur des technologies de l’information et de la communication auprès du MEN. « La gratuité concerne uniquement l’inscription, laquelle ne constitue qu’une infime contribution dans le fonctionnement de l’établissement. Les enseignants FRAM doivent être payés, tout comme le gardien, d’où l’exigence d’une cotisation annuelle des parents », insiste Paul Mallory Randrianarivelo, directeur de l’EPP de Tanjombato. Pour cet établissement de la CISCO d’Antananarivo Atsimondrano, chacun des 5 maîtres FRAM perçoit un salaire mensuel de 100 000 ariary. La cotisation annuelle s’élève à 30 000 ariary par parent, notamment pour couvrir ces dépenses considérables.

A la place du droit d’inscription, le ministère de tutelle octroie la « Caisse école », comblant en partie le fonctionnement. Ce budget, tenant compte du nombre d’élèves inscrits, de l’emplacement de l’établissement et de l’effectif des enseignants, semble toutefois symbolique. De plus, son paiement traîne jusqu’au 2è trimestre. Questionné à ce sujet, le responsable du MEN n’a donné de détails. « Un communiqué y afférent sortira au cours de cette semaine », a-t-il répliqué. Quoi qu’il en soit, des explications détaillées devraient être fournies aux parents afin de dissiper leurs doutes, blâmant dans certains cas les directeurs d’établissement. Aussi, des mesures d’accompagnement devraient être adoptées face à la gratuité de l’inscription et aux autres services payants…

P.R.

Fil infos

  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…
  • Sénat - Des dons pour le personnel de santé et les patients
  • Vaccins anti-Covid - Que cela soit facultatif et non obligatoire !
  • Haute Cour constitutionnelle - Florent Rakotoarisoa élu président à l’unanimité
  • Exploitation de béryl à Amparafaravola - Suspendue depuis mercredi

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • « Rends à César… ! »
    « Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! » En retour à une question « Maitre, doit-on payer des impôts et des taxes à César ? » On ne s’attendait guère à ce que le maître Jésus allait répondre ainsi. Une douche froide ! Les Juifs, étant sujets de l’empire romain, croulaient au même titre que les autres sous le poids des impôts et des taxes divers exorbitants que le tyran de Rome prélevait. Ainsi, ils espéraient avoir à travers la réponse de Jésusun signe de compassion ou plutôt une incitation à la désobéissance à l’autorité de l’empereur. Négatif, il faut rendre à César ce qu’on lui doit !Au-delà du débat inédit du dimanche (2 mai 2021), force est de reconnaitre que les tenants du régime se sont pliés en quatre et cela pour le besoin de la transparence, de…

A bout portant

AutoDiff