Publié dans Politique

Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !

Publié le mercredi, 16 septembre 2020

Les parlementaires HVM et autres de leurs compagnons auraient – ils une peur bleue de quitter leur poste au Sénat et craignent une fin de carrière politique définitive ? La question se pose à juste titre dans la mesure où ces mêmes parlementaires ne cessent de faire des mains et des pieds pour éloigner le scrutin en vue l’élection de leurs successeurs à effectif réduit au niveau de la Chambre haute. En tout cas, le bras de fer entre certains parlementaires du Sénat et l’Exécutif continue de plus belle bien que les arguments semblent s’amoindrir du côté d’Anosikely. Hier, un groupe de sénateurs dirigé par Olivier Rakotovazaha a déposé une requête, signée par le président du Sénat Rivo Rakotovao, auprès de la HCC. Une requête qui évoque un non-respect de la loi, en l’occurrence celle relative à la convocation du collège électoral pour les scrutins sénatoriaux.
Dans cette nouvelle manœuvre, ce sénateur du parti MFM et sa troupe mettent l’accent sur les articles 80 et 127 qui définissent les membres du collège électoral à savoir les maires, les conseillers municipaux, les chefs de région et conseillers régionaux, etc. Selon eux, l’absence de chefs de région ainsi que de maires dans certaines localités constitue une irrégularité. Il faut pourtant savoir que ces mêmes sénateurs ont été élus par les textes en vigueur en 2015 sans qu’ils aient émis ou fasse l’objet de la moindre contestation.
Proche de la fin
Au fur et à mesure que la date de leur fin de mandat au mois de février 2021 approche, au même titre que l’échéance électorale en vue de choisir de nouveaux occupants au palais d’Anosikely, certains sénateurs continuent de faire de la résistance. Pour cela, ces sénateurs récalcitrants ne sont pas à cours d’idées. Récemment, un groupe de parlementaires de la Chambre haute avait déjà fait une tentative inutile d’invalider la ratification de plusieurs ordonnances dont celle relative au fonctionnement du Sénat auprès de la Haute Cour constitutionnelle. Ces sénateurs avaient ainsi saisi la HCC en vue d’un nouveau contrôle de constitutionnalité des ordonnances déjà ratifiées au niveau de l’Assemblée nationale. Les mêmes textes ont été pourtant déjà déclaré conformes à la Constitution par les juges d’Ambohidahy. Ce qui rend la démarche d’autant plus absurde.
Les élections sénatoriales sont prévues se tenir le 11 décembre prochain selon le calendrier adopté en Conseil du Gouvernement la semaine dernière.  Cette décision du Gouvernement résulte d’une recommandation formulée par la Commission Electorale nationale indépendante.
La Rédaction

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff